Indiantownmarina

Indiantownmarina: the place of endless work and endless friendships

arrived the 21 November 2017, moved in the work yard on the 1 December, splashed and departed the 16 February 2018 –

Once in the work yard, the serious stuffs begging. Like I said in the past article, the biggest part of the work will be done in 3 main projects:

– The deck:

After preparation, the teak of the back deck was removed (will be use for interior work, later). The front and both sides are sanded. Then I have done a coat of fiberglass overall and 2 coats of nonskid paint.

– The masts:

Both masts came down. Two sanding days later, I have fixed the holes from the dear birds woodpeckers with some wood filler epoxy, then 2 coats of penetrating epoxy and a lots of coats of varnish. The 4 first are made with Cetol Marine Natural Teak, and the rest (10 coats I think) with Captain Varnish from Petit, for the highly glossy effect.

All of this after removing many of the hardware from the masts, to make a easier working access, and also check every inches of cables and lines. A line, 2 rigging, a LED bulb are changed and a protection for the electrical cable is added (protection of the sun).

The beams are sanded and varnished, 15 coats, with some sanding between the coats to make a flat finish, but not between every coat, because that diminish the total thickness, who protect the wood.

– The topeside

Before redoing the painting of the top side, I wanted to open a small part to see what’s happen under, because I have felt some soft spots. And there, surprise… the core wood is all rotten. The wood become dust just by hand. Bigger opening around and it appears that it isn’t just a spot, it’s the all surface who is like that. So this means a lots more work than what I thought.

The topside has a complete lifting. Cutting the top coat of fiberglass, renewing the core wood, closing the fiberglass, fixing it, painting, in a very resume way.

For the « small »projects, it was:

– new bilge pump
– new floating switch for the other one
– changing all the light in the boat for LED (sometimes just the bulb, sometimes the all lamp)
– one new piece of wood to hold the floor (the old one had a big crack)
– removing the old freshwater pump with all the junk cables, and installing a new one with new cables
– fixing the steering wheel (she get out sometimes, not very good during navigation)
– redoing one leaking hatch
– 4 new pieces of teak around the mast
– new cushions inside (a few, not all)
– making the opening to let the water running out of the deck lower
– bottom paint
– servicing a winch
– shopping to be self sufficient in non perishable stuffs for many months
– transforming a project boat in a live aboard boat
– installing an autopilot (anchored, a week after leaving the marina)

For the work on the engine:

– taking out and cleaning the heat exchanger
– changing the coolant
– new « facet » to drain the coolant + new part to hold the heat exchanger
– installing a new glow plug
– new starter
– cleaning all the electrical connections on the engine
– changing oil and filter
– changing fuel filter and pre filter (on the road, a few weeks later)

All those works done in 2 and a half months, waking up at the sunrise, or a little later the after party days(…) From Monday until Sunday, 8 a.m. until 5 p.m., under the sun, the rain, the warm or the cold.

Next to this, I have met a lots of new people, very friendly and inspiring, ready to give a hand, support, encourage, give advices,…

Everyday or almost, there is the famous 5 to 7. Yes because the boat people work a lot to repair, maintain and upgrade their boat (only those who have a lots of money don’t belong to this category, but they also don’t belong to this marina). The 5 to 7 is a time to relax, meet people, laugh, and sharing happiness, pain and experiences. It is the comfort after the effort. Then everyone go to have dinner and enjoy the evening.

Often there is party events, organized by small group of people in the marina, themes dinners, restaurants,… A lots of animations and meetings in Indiantown.

There is also a less funny side but as much important, having to deal with the unexpected events. More work than excepted, fact almost normal with a boat, and that brings two points: the time and the money.

More working time isn’t really a big deal because I don’t have an obligation to go back somewhere. But after a few months, seeing the friends leaving one after another and doesn’t see the end of the work, become a little frustrating, but that’s manageable. On the other hand, the end of my stay (visa with a 6 months max stay) and the beginning of the hurricanes season, are fixed and non negotiable.

On the financial level, the works I have done coasted me in materials, but that was kind of included in the budget. But the longer working time make a longer stay in the work yard. And the raise of 50% of this price was not at all expected, until I get to pay the bill after the first working month.

And so it’s with a big happiness that I left (finally) he marina to go sail in new places, but also with a very sad feeling, to let so many people who have me deeply affected and marked by their friendship, kindness,support,help, encouragement and simply by being there around me at some times where I had, maybe without really realizing it by the time, most needed it. 1000 thank you all of you!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Indiantown marina : là où les travaux ne finissent jamais, tout comme l’amitié

– arrivée le 21 novembre 2017, déplacée dans la zone de travail le 1er décembre, mise à l’eau et partie le 16 février 2018 –

Une fois dans la zone de travail, les choses sérieuses commencent. Comme je l’ai dit dans l’article précédant, le gros des travaux va se faire dans 3 projets principaux :

– Le pont:

Après préparation, la partie arrière s’est vu enlevé le teak (conservé pour des réparations intérieur ultérieurs). Les parties avant et côtés sont poncées. Puis le tout à reçu une couche de fibre de verre et 2 couches de peinture antidérapante.

– Les mâts

Les mâts descendus, 2 jours de ponçage plus tard, réparation des trous, dû aux chers oiseaux et leurs becs pointus, avec une epoxy pour bois, puis 2 couches d’époxy pénétrante, et beaucoup de couches de vernis. Les 4 premières couches sont faites avec du Cetol Marine Natural Teak, puis le reste (10 couches, je crois) avec du Captain Varnish de Petit.

Tout ceci après avoir enlevé bien des éléments sur les mâts pour simplifier le passage, ainsi que contrôler chaque centimètre de câbles et cordes. Une corde, 2 haubans, une ampoule LED sont changés et une gaine de protection des câbles électriques est installée (protection du soleil).

Les baumes sont poncées et vernis, 15 couches au total, avec quelques ponçages entre les couches pour un fini plat, mais pas entre toutes les couches car cela réduit l’épaisseur finale, qui va protéger le bois.

– Le desssus de cabine

Avant de refaire la peinture du dessus de la cabine, je décide d’ouvrir un coin pour voir ce qui se cache dessous, sentant des endroits un peu mou. Et là, surprise… la couche de bois entre les couches de fibre de verre est totalement délaminée. Le bois s’effrite à la main. Ouverture plus grande autour de la zone et il s’avère que ce n’est pas local, c’est tout le toit de cabine qui est dans cet état. Ce qui signifie beaucoup plus de travail que prévu.

Le dessus de cabine a eu droit à un lifting complet. Découpage de la couche de fibre de verre supérieur, remplacement de la couche intermédiaire de bois, remise en place des couches supérieures, attachement solides de celles ci et peinture, en très résumé.

Pour les « petits » projets, il y a eu:

– installation d’une nouvelle pompe de cale
– remplacement du switch flottant de l’autre
– changement de toutes les lampes du bateau pour des LED (parfois juste l’ampoule, parfois toute la lampe)
– remplacement d’une poutre de bois soutenant le sol qui était fendu
– enlevé la vieille pompe à eau douce + tous le câblage et installation d’une nouvelle avec nouveaux câbles
– réparation sur la roue (elle se déboîtait, chose embêtante en pleine navigation)
– isolation et étanchéité d’une des fenêtre du dessus de cabine refaite
– nouveau 4 pilier en teak autour du mât principal
– nouveaux coussins à l’intérieur (une partie)
– agrandir les trous d’écoulement pour l’eau sur le deck
– anti fouling
– service d’un winch
– faire les provisions pour être autonome en produits non périssable pour plusieurs mois
– ranger afin de transformer un bateau-travail en bateau-habitation
– installation d’un autopilot (à l’ancrage, la semaine après avoir quitté la marina)

Puis au niveau du moteur:

– retirer puis nettoyer l’échangeur de chaleur
– changer le liquide de refroidissement
– nouveau « robinet » pour drainer le liquide de refroidissement + nouvelles caches pour maintenir l’échangeur de chaleur en place
– installation d’une nouvelle bougie
– nouveau démarreur
– nettoyage des connexions électriques sur le moteur
– changer huile + filtre
– changer pré filtre et filtre à essence (quelques semaines plus tard, sur la route)

Tout ce travail en deux mois et demi, me levant au levé du soleil, ou un peu plus tard certain lendemain de fêtes (…) Du lundi au dimanche, de 8h à 17h, sous le soleil, la pluie, le chaud ou le froid.

À côté de ça, j’ai rencontré énormément de nouvelles personnes, super sympa et inspirantes, prêtes à donner un coup de main, soutenir, encourager, donner des conseils,…

Tous les jours ou presque, il y a le fameux 5 à 7. Oui car les marins travaillent beaucoup pour entretenir et améliorer leur bateau (seul ceux qui ont beaucoup d’argent ne font pas partie de cette catégorie, mais ils ne font pas non plus partie de cette marina). Le 5 a 7 est un moment de détente, de rencontres, de rigolades, de joies, peines et aventures partagées. C’est le réconfort après l’effort. Puis chacun s’en va souper et profiter de sa soirée.

Régulièrement il y a des soirées organisées par de petits groupe de la marina, des soupers à thème, des sorties aux restos,… Beaucoup d’animations et plein de rencontres se font à Indiantown.

Il y a aussi le côté moins drôle mais tout autant présent de devoir gérer les événements imprévus. Les travaux sont plus lourds que prévu, fait quasi inévitable avec un bateau, et cela engendre deux points: le temps et l’argent.

Une rallonge au niveau du temps, ce n’est pas vraiment un problème étant donné que je n’ai pas de date obligatoire de retour. Mais après quelques mois, de voir les amis partir les uns après les autres et ne toujours pas voir la fin des travaux, cela devient un peu pesant, mais cela se gère. Par contre la fin de ma durée de séjour (visa avec séjour de 6 mois) et le début de la saison des ouragans doivent être pris en compte, ils sont fixes et non-négociables.

Au niveau financier, les travaux que j’ai entrepris m’ont coûtés en matériaux certe, mais cela était, en quelques sortes, prévu dans le budget. Par contre la rallonge de temps, engendre une rallonge de la durée en cale sèche. Et l’augmentation de 50% de ces prix n’était pas du tout attendue, jusqu’au moment d’aller payer la facture à la fin du premier mois de travail.

Et c’est donc avec joie que je quitte (enfin) la marina pour aller naviguer vers de nouveaux horizons, mais également avec un gros pincement au cœur, de laisser autant de personnes qui m’ont profondément émue et marquée par leur amitié, gentillesse, support, aide, encouragement et simplement par leur présence autour de moi dans des moments où j’en avais, peut-être sans vraiment le réaliser sur le moment, grand besoin. Milles merci à tous pour tout!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *