Berry Island – part 2 / partie 2

 

Berry Island, a hidden beauty of the Bahamas 

 

~ 2 March 2018 – 14 March 2018 ~

 

The beautiful long beach is calling me, so I prepare the dingy and go explore. A very fine white sand is surrounding the bay, together with a beautiful clear blue water, like on a post card. Walking around, I saw a restaurant, decided to make a little stop but he is closing. Sad. When I return the next day, I understood that they open early in the morning and not in the evening 😅

The wind pick up and turn like forecasted, a few big thunderstorms passed by, I observe them and think about my next move. The weather, the anchorage, I’m learning to plan my moves by myself, with my boat and my experience. We can learn the theory but then it has to be practiced to have the experience and even like that it’s never easy to choose. No decision is good or bad, but arrive a point, we have to choose before the situation become dangerous.

Taking advantage of this windy weather to scrap and sand my back wooden rail, a neighbor was going through the waves, coming to me. He is by himself for the first time since a few days and wasn’t able to start his engine. The wind and the waves were so that if his anchor drifted, he would land on the beach. Totally agree with him and the fact that he want to start his engine… After a battery problem, changing the fuel filter,… he had to bleed the injectors, typical operation where you need 2 pairs of arms.

Not being a pro of mechanical, I tried anyway to go helping him. Unfortunately without success. He wanted still to thanks me and gave me a nice piece of frozen fish. One of his battery being dead, it took too much energy to keep running the freezer…

The next morning, I raised the anchor and keep going southbound.

About 10 miles south of there, I saw a very nice little anchorage, so close to the shore but still with plenty of deep to anchor safely.

And so I had an island for myself.

Taking every morning a train overfilled, crossing the train station of the capital, taking a bus full of people still half sleepy on the way to work. And one day, waking up, taking your sailboat to move and being (willingly 😜) alone on a paradise island. On one side the Atlantic Ocean, strong, agitated, and one the other side, the shallow bank water, beautiful and quite. That makes a shock 😳

Once the first shock absorbe, I started to realize how lucky I am to have opened my eyes, and being strong enough to follow my dreams.

The worries are coming less important by themselves. Because the troubles only have the importance that you give them. And finally, every problem, is an opportunity to go on, to progress, to improve yourself. We generally didn’t realize the chance we have to have something, until this thing disappears. 

There’s a powerful energy in this place, and my experience was close to a meditation, a self reflection, a meeting with my real me and my real life. The life I decided to choose, not the one imposed to me by the capitalist modern society.

The duality of this place bump me in the face like the nose in the face, walking between the fine sand beach and the rocky sharp floor.

The life is made of duality: the confort, easy and the insatisfaction? Or the unknown, the difficulty and the joy? Getting lucky and having trouble, give and receive, work more and have less time, the yin and the yang, the white and the black, all has its opposite. It’s about taking a little of all to form a balance, your own balance.

 

Finally I meet myself, start to forgive, let it go, express myself, and have faith in the life. She will bring me where I have to be. At this point, a peace start to fill the big emptiness. Then I lay down on the beach and enjoy this peace, this loneliness that has been so good for me, that was needed.

The next morning I remove the hook, already, but the wind are turning and going to be strong for the next days, coming from a side I don’t have protection and pushing me on the beach in case of anchor troubles 🧐

A naviguation who should have been of 10-15 miles, but will finally be much more athletic than expected.

Once out of the anchorage, the wind start to pick up, the waves too. Going south, the waves, as the wind came from the east. After having hoisted all the sails, seeing the waves getting bigger, I choose to anticipate, take down the main sail, start the engine. In case of need, he is already running and warm.

Navigation is learning, and learned. I know the basement. But by myself on the boat, haven’t been navigate in open water for 2 years, I need a little adaptation time, to get self confident again. And the experiments combine with the mistakes, make the learning 😉

A big lesson hit me in the face. Quickly I realized that I can’t let me taken over by the fear. Because being by myself on board, no one is going to do what has to be done, reaction to the action, only me…

So I took my courage in my hands, luckily the autopilot is working good. After about 2 hours, arriving at the point where I wanted to anchor, the waves from over 1m (4ft) seems a little to big to try to get closer and into the intlet in safety.

Thinking about all the possibilities, I choose finally another anchorage, about 15 miles further south. It’s the beginning of the afternoon, the weather isn’t going to be worst neither change today, so it’s the safest option on my point of view.

Being still not very confident on my “moving a little too much” boat for my taste, 2 shots of whisky helped me. It’s warming up and give a little courage and I felt suddenly disappearing this fear (apprehension?) not really useful, more disturbing, and who try to fool me while thinking, while doesn’t allowing me to enjoy the present moment.

And so the second part of this travel was much more confortable physically and mentally. I keep going south, turning SW then W to make the round of the southern Berry and going to drop the anchor in a much more accessible place in the actual weather conditions (more protected too)

This small navigation was like a reminder shot of how to sail. Very interesting and also not really planed. I remember now that the downwind is much more comfortable than the side wind, but this last one give a faster speed. I still have to switch the sails more efficiently, to take the best advantage from the wind.

But I also remember that I have to not forget to make a knot at the end of the lines to adjust the front sails, on the port or starboard side, once they are into the pulleys… 

Indeed a change of direction and the line get out of the pulley and smash in the air, as the sail… hmmm…. How am I going to grab this line back 🤔 With a stick, I am able to grab the line but she is flapping all over with the wind, and i will keep some blue marks as a souvenirs for few days 😅

Arriving between Bird Cay and Chub Cay, I’m taking the entry then passage north until the old marina, closed (and/or destroyed), along the island.

The anchor dropped and fixed, I celebrated the end of this emotionally intense journey with a glass of wine and some pasta and tomatoes salsa and a good amount of Parmesan (sometimes, on a boat, we have very specific desire 👍😂)

The wind who come from the E today, is going to turn W and then N. A low pressure system is sliding from the USA to the Bahamas, typical winter weather of the area Florida-Bahamas.

The wind turn, the waves also, but ended up mixed from all directions. I stayed 3 days in this anchorage. Taking advantage of the good protection to plan the next leg, thinking about the next move. 

During those days, the wind picks up up to 30kn steady for a few hours, then reducing to about 20kn. This wind doesn’t really motivate me to make landfall on the small beach there. Instead I spend some time to clean and do some periodic checks of the boat.

And there I saw 2 things: my through hull fitting for the impeller of the speedometer is a little bit leaking. Hmmm… not a very good sign… Do I start to panic now or very soon? By myself, next to an island where there is only a few locals who are living, not really much around, is that that leak going to get bigger and sink the boat? Or is it going to hold until repair?

After absorbing the all humidity around and let it stay for half an hour, I saw again a few drops of water appearing. Having a rest of a big pack of marine sealant 4000 with me, I used it to fix temporarily, the time to find a better solution.

My second trouble is the hose who drain the grey water from the shower to the bilge, before being pumped overboard. He is in a state of advanced degradation, obviously mostly the down side, where we don’t really see it at the first sight. In the worst case, the water is going to the main bilge and will be pumped out over there, with the help of the 2 other bilge pumps.

Having a lots of spare pieces onboard, I tried to replace this hose, but the replacement one is smaller and doesn’t fit the adapter. Not that bad, I put back the old hose and try to cut it shorter and fix the leak.

The travel has been so smooth until now, that it has to have a few action time, that’s all about the live aboard life 😂

And like a bad news never happen alone most of the time, a strong toothache hit me during my first day in this anchorage. Stronger and stronger, forcing me to take painkiller the second day. The 2 last nights, the pain wake me up and I had to take again some painkillers. (Let just say that I don’t like to take medicine, I only take them if I really have to… just to tell you that it wasn’t a small temporary pain)

Having a toothache strong enough to smash your head into the wall, in a foreign country where I don’t really know what to think about the dentist and the hygiene, having a through hull leaking, a hose half way composted… what will be the next destination? 😳🙄🤔

The idea was to sail north of New Providence and Paradise Island, direction Rose Island, then taking the Fleming Chanel direction the Glass Window on Eleuthera.

Things never happen has it was planned, I decided to change course to go fix those troubles who can’t wait.

Those 2 weeks have been like 2 months to me. When we live our life, so many things happen in 24 hours! The visit of the Berry Islands has helped me to discover and learn more about myself. Indeed, I have spend about 2 weeks mostly alone with my boat, luckily internet let stay in touch with the civilisation when needed. But in the end, it has been a great experience 😃

The Berry Island, a wonderful place, very quit, not overloaded with traffic, perfect to to relax, doing meditation, and simply enjoying life. The good anchorages aren’t so numerous, so it’s important to keep an eye on the weather. But every paradise has a price 😏

 

 

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

. 

Les Berry’s, une gemme cachée des Bahamas

 

~ 2 mars 2018 – 14 mars 2018 ~

 

La jolie grande plage de l’île m’appelant, je prépare le dingy et met pied à terre, pour une belle petite marche. La baie est entourée d’une plage de sable fin blanc, avec une eau turquoise, digne d’une carte postale. En faisant le tour, je vois un restaurant, repéré sur mon guide, et décide d’y faire un petit arrêt mais il est en train de fermer. Dommage. Quand j’y retournais le lendemain je compris qu’il ouvre tôt le matin et à midi mais pas le soir 😅

Le vent se lève et tourne comme prévu, j’observe et réfléchi à mon prochain mouvement. La météo, les ancrages, j’apprend à planifier mes mouvements seule, avec mon bateau et mon expérience. Mais on a beau apprendre la théorie, la pratique doit se pratiquer pour avoir l’expérience et même comme cela il n’est jamais évident de prendre une décision. Aucune décision n’est bonne ou mauvaise, mais arrive un moment il faut choisir avant que la situation ne devienne dangereuse.

Profitant de ce temps venteux pour décaper et poncer ma barrière arrière extérieur, un voisin traversait les vagues pour venir me voir. Il était par lui même pour la première fois depuis quelques jours et n’arrivait pas à démarrer son moteur. Le vent et les vents étant dans une direction qui le poserait sur la plage si son ancre venait à décrocher, il voulait démarrer son moteur. Ce que je comprend et approuve tout à fait… Après des problèmes de batterie, filtre à essence,… il devait « saigner » les injecteurs avant de pouvoir démarrer, opération typique pour laquelle on a souvent besoin de 4 bras.

N’étant pas une pro de la mécanique, je tentai quand même d’aller lui donner un coup de main. Malheureusement sans succès. Il tenu quand même à me remercier en me donnant un joli morceau de poisson congelé. Une de ses batteries étant morte, cela lui prenait trop d’énergie de faire tourner le congélateur…

Le lendemain matin, je lève l’ancre pour continuer ma route vers le sud. 

Environ 10 miles plus au sud, je repère un joli petit ancrage, tout près du bord d’une île déserte, avec malgré tout assez de profondeur pour m’ancrer en toute sécurité.

Et c’est ainsi que j’eu une île pour moi.

Prendre tous les matins un train bondé, traverser la gare de la capitale du pays, prendre un bus rempli de gens encore à moitié endormi qui vont travailler. Et un jour, au réveil, vous prenez votre voilier pour vous déplacer et vous retrouvez (volontairement 😜) seul sur une île paradisiaque. D’un côté l’océan atlantique puissant, agité, et de l’autre, les eaux peu profondes, magnifiques et calmes des bancs Bahamians. Ca fait un choc 😳

Une fois le premier choc passé, je commence à réaliser, et à me rendre compte de la chance que j’ai d’avoir ouvert les yeux et oser suivre mes rêves. 

Les choses se relativisent alors d’elles mêmes. Car les problèmes ont l’importance qu’on leur donne. Et finalement, chaque problème, est une opportunité d’avancer, de progresser, de s’améliorer. On a souvent tendance à ne pas remarquer la chance que nous avons d’avoir quelque chose,  jusqu’au moment où cette chose disparaît. 

Il y a une énergie énorme dans cette place, et cette expérience est proche d’une méditation, d’une réflexion intérieur, une rencontre avec mon vrai moi et ma vrai vie. La vie que j’ai décidé de suivre, pas celle qui m’est imposée par la société capitaliste moderne.

La dualité de cette place me sauta à la figure comme le nez au milieu du visage, en marchant entre les plages de sable fin délicat et le sol rocheux dur et coupant. 

La vie est fait de dualité, le confort, la facilité et l’insatisfaction? Ou l’inconnu, la difficulté et la joie? Les problèmes et la chance, donner et recevoir, travailler plus et avoir moins de temps, le yin et le yang, le blanc et le noir, tout à son opposé. Il s’agit de balancer les choses afin de trouver un équilibre, son équilibre.

Enfin je me rencontre, commence à pardonner, lâcher prise, m’exprimer, et avoir la foi en la vie. Elle va m’amener là où je dois être. Et là, une paix intérieur commence à remplir ce grand vide. À ce moment là, je me pose sur la plage et profite de cette paix, de cette solitude qui m’a fait un si grand bien.

Le lendemain matin je lève l’ancre, déjà, mais les vents ont commencé à tourner et vont être fort ces prochains jours, venant d’une direction où je n’ai pas de protection et me poussant sur la plage en cas de problème avec mon ancre 🧐

Une naviguation qui devait être d’environ 10-15 miles, mais qui se révéla beaucoup plus sportive que prévue. 

Une fois sortie de l’ancrage, le vent se lève, les vagues aussi. Allant vers le sud, les vagues viennent de l’est tout comme le vent. Après avoir monté toutes les voiles, voyant les vagues grossir, je décide de redescendre préventivement la grand voile, et démarre le moteur. Au cas où il y en aurait besoin, il est déjà allumé et chaud.

La naviguation ça apprend, et ça s’apprend. J’en connais les bases. Mais seule sur mon bateau, n’ayant pas navigué en eaux ouvertes depuis plus de 2 ans, il me faut un petit temps d’adaptation, de mise en confiance. De plus, les expériences et les erreurs font l’expérience 😉

Une grande leçon me frappe de plein fouet. Rapidement, je me rend compte que je ne peux me laisser paralyser par la peur. Car étant seule à bord, personne ne va faire l’action nécessaire, conséquente à un événements, mise à part moi…

Je prend donc mon courage en main, heureusement l’auto pilote marche bien. Au bout de 2h environ, arrivant au niveau de l’ancrage où je voulais aller, les vagues de plus de 1m (4 pieds) me semblaient un peu grandes pour entrer le passage entre les îles en sécurité. 

Réfléchissant aux différentes possibilités, j’opte finalement pour un autre ancrage, environ 15 miles plus loin. C’est le début de l’après-midi, la météo ne va pas empirer ou changer aujourd’hui, c’est donc la solution la plus sécurisante selon moi. 

N’étant toujours pas très en confiance sur mon bateau qui bouge et remue un peu trop selon mon goût, deux gorgées de whisky m’ont aidé. Ça réchauffe et donne du courage et je me sentie soudain moins envahie de cette peur (appréhension ?) pas très utile, plutôt dérangeante, qui m’empêche de réfléchir correctement et de profiter du moment présent. 

Et voilà comment la deuxième partie de cette journée de naviguation fut bien plus confortable, mentalement, et physiquement. Continuant ma course vers le sud, tournant vers le SW puis W pour contourner le sud des Berry et aller m’ancrer dans un endroit mieux protégé et beaucoup plus accessible dans les conditions météorologiques actuelles. 

Cette petite naviguation fut comme une piqûre de rappel de comment faire de la voile. Très intéressant et un peu imprévu aussi. Je me rappelai ainsi que le vent arrière est beaucoup plus confortable que le vent de travers, mais ce dernier fait avancé plus vite le bateau. Il me reste encore à jongler un peu mieux avec les différentes combinaisons de voiles pour tirer le meilleur avantage du vent.

Mais je me rappelai aussi qu’il ne faut pas oublier de faire un noeud au bout des cordes pour ajuster les focs à bâbords et à tribords, une fois passées dans les poulies… 

En effet un changement de cap et l’écoute sort de la poulie et bat dans l’air, tout comme la voile… Hmmm… Comment vais-je bien récupérer ça 🤔 Grace à une gaffe, j’arrive à rattraper la corde mais elle frappe dans tous les sens avec le vent, et j’en gardai quelques bleus en souvenir pendant plusieurs jours 😅

 

Arrivée entre Bird Cay et Chub Cay, je remonte dans le petit passage, jusqu’au nord de l’ancienne marina, fermée (ou détruite) le long de l’île. 

L’ancre jetée et bien crochée, je célébrai la fin de cette intense journée émotive avec un verre de vin et des pâtes bolognaises avec une bonne dose de parmesan (par fois, sur un voilier, on a des envies bien spécifiques 👍😂)

Le vent qui vient de l’E aujourd’hui va pivoter au S puis à l’W, puis au N. Une dépression sur les USA étant en train de glisser vers les Bahamas, constellation typique de la météo hivernale de la région Floride-Bahamas.

Le vent tourne, les vagues se croisent et je passe 3 jours dans cet ancrage. Profitant de la bonne protection, planifiant la suite du voyage, étudiant la prochaine route. Durant ces jours, le vent augmente jusqu’à 30kn soutenue pendant quelques heures, puis diminue vers une vingtaine de noeud. Ce vent ne me donne pas vraiment envie de descendre à terre découvrir la petite plage pas très loin, du coup j en profite pour faire des nettoyages et faire un tour de vérifications périodiques du bateau.

Et là, je remarque 2 choses: mon passe coque pour l’appareil qui mesure la vitesse sur l’eau a une petite intrusion d’eau. Hmmm… pas très bon signe… Est-ce que je panique tout de suite ou maintenant? Seule, à côté d’une île où il n’y a que quelques locaux qui vivent et pas grand chose, est-ce que la fuite va s’agrandir et couler le bateau? Où est-ce que ça va tenir jusqu’à réparation? 

Après avoir épongé toute l’humidité autour, une demi heure plus tard, je vois à nouveau une à deux gouttes d’eau perler. Ayant un reste de grosse bouteille de Marine Sealant 4000 à bord, je l’utilise pour réparer temporairement, le temps de trouver une meilleur solution.

Mon deuxième souci fût le tuyau qui sort l’eau sale de la douche pour l’amener à la pompe de cale qui pomper cette eau dehors. Il est en état de dégradation assez avancé, bien sûr en dessous, là où on ne le voit pas du premier regard. Bon à la limite, l’eau va aller dans la cale où les 2 autres pompes prendront le relais. 

Ayant plein de pièces de rechange à bord, j’essaie de remplacer ce tuyau mais celui ci est plus étroit et ne rentre pas dans l’adaptateur. Tant pis, je remet le vieux, le raccourci et essaye de colmater la fuite.

Le voyage s’étant tellement bien passé jusqu’à maintenant, il faut bien avoir quelques complications, c’est ça la vie à bord d’un voilier 😂

Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive généralement jamais seule, un mal de dent violent apparu lors de ma première journée à cet ancrage. De plus en plus fort, il m’oblige à prendre un antidouleur le deuxième jour. Les 2 dernières nuits, la douleur me réveilla et me força à en reprendre. (Que l’on se le dise, je n’aime pas prendre de médicaments, et n’en prend que lorsque je n’ai pas le choix, pour vous dire que ce n’était pas une petite douleur passagère)

Avoir un mal de dent à se taper la tête contre les murs, dans un pays étranger où l’on ne sait que trop penser des dentistes et de l’hygiène, avoir un passe coque qui fuit, un tuyau à moitié décomposé… quelle sera la prochaine destination 😳🙄🤔

L’idée était de passer au nord de New Providence et Paradise Island, en direction de Rose Island, puis prendre le Fleming Chanel, direction la Glass Window sur Eleuthera.

Les plans ne se passant jamais comme prévu, je décidai donc de changer de course pour aller régler ces problèmes qui ne peuvent attendre.

Ces 2 semaines de voyage m’ont semblé être 2 mois. Tellement de choses se passent en 24h, lorsque l’on vit sa vie. Cette étape me permis aussi de me rencontrer et me découvrir. En effet j’ai passé 2 semaines en grande partie seule avec mon bateau, heureusement internet permet de rester en contact avec la civilisation! Mais à la fin, ce fut une expérience extraordinaire 😃

Les Berry, un endroit magnifique, calme, peu fréquenté, idéal pour se reposer, méditer, et tout simplement profiter de la vie. Les bons ancrages ne sont pas nombreux, il faut donc toujours garder la météo à portée de vue. Mais tout paradis se paie 😏

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *