Berry Island – part 1 / partie 1

 

Berry Island, a hidden beauty of the Bahamas

 

~ 2 March 2018 – 14 March 2018 ~

 

 

A beautiful sunrise, a last hot shower accompanied by the engine started and the high tide. Time has come to cast off the lines and go discover new horizons.

A navigation day of about 63 miles (117 km), crossing the deep waters from the NW New Providence Chanel to arrive in the Berry’s Island. A little archipelago of about 130 island, around 30 miles long (around 45km). My arrival point is on the biggest and most inhabited island, Great Harbor Cay.

Leaving around 6 a.m., I had the sun almost right in front of me to leave the marina. But thanks the high tide, I didn’t had trouble with deep, by keeping close to the right side of the Chanel.

The downwind, the best wind for sailing, should have pushed me directly there, but the conditions during a crossing of the New Providence Channels are always a little unpredictable.

With only about 15 miles on the windex, I haven’t enough speed to surf with the waves. So the engine keep turning on low RPM, allowing me to have a perfect speed to do some motor-surfing-sailing.

The waves, coming  from behind, keep growing up until 3-4 foot (1m), it was my first experience with an autopilot in those conditions. After learning quickly how to use it, I realized that I can let him working alone safely.

Time keep running, boats around disappear and other appear, and the big deep blue circus surrounded me with his strength and serenity. Without having to deal with the old mate seasickness, I start to tame my new sailing life, and gaining self confidence in myself and in my boat.

The wind and waves decrease during the day, with some flat calm moments while many patches of grass drifted in the middle of the way. Looking closer to them, there is an incredible number of plastics trapped in the grass. Small, big, or tiny, it’s the first big sign of pollution I see this season.

My other travels have already shown me that it’s a big problem on our planet. The human being try to hide it as best as he can from the eyes of all, picking up the trash in the public places, but as soon as we go off the beaten path, the popular holidays ways, only at this point we can realize how big is the problem.

How can we act so bad with a nature who give us so much?

Arriving on the Great Bahamas Bank, the sea floor get higher progressively. The waves coming from behind are getting bigger, while bouncing against this floor, getting shallower. The wind is now very low, so it’s a little roller coaster but it doesn’t last very long.

Around 17h (5 p.m.), I arrive at destination. Few boats are already anchored here and there, and the sun give me a good hour to chose my spot and drop the hook safely. Then a deep sleep awaits me 😴

 

 

The next day, I decide to explore the island and his main city, Bullock Harbor.

But where is the dingy dock?

Going alone in an unknown place, it’s about doing stuff by herself, without asking the opinion of someone. Surely I have a Bahamas guide, combined with the apps ActiveCaptain-Garmin, that makes a big informations data. While preparing my stuffs, I saw a dingy and tried to see where he is going but I lost it.

Making landfall alone for the first time on an unknown island, I had a feeling of excitation and anxiety mixed. After Freeport, it’s my second stop in the Bahamas, going from big city to small island. Later I will understand, that here is the city for the locals 😅

And then I go, and let see what’s happen. It doesn’t bring nothing to be preoccupied to much and over thinking, sometimes it’s just about going, doing. The engine of the dingy top up with gas, I’m on the way for my first island exploration.

Pretty often , what looks confus on the first sight, become more evident by coming closer. And so then a dock and some dingy appear.

Not even docked, I heard my name and see a young couple, with a good tan and sunglasses, they are sailors. It took me a few seconds to recognize them, it’s some friends I have met in Indiantown the previous winter. They have made a total restoration of their boat and are actually cruisers full time.

 

 

Nice little colorful houses, aligned next to each other, not all are in a good shape, a grocery, a school, some kids playing on the street. Close to the United States, but so different at the same time. Island time, no stress, saying hi to people on the street.

 

 

Walking on the island, I’m leaving the town in the direction of the other one, where there is mostly the marina. Close to the bridge between the 2 cities, a groupe of locals are on the side of the street. We start to talk. They are cooking, rice, beans and conch salad. Every Saturday, the inhabitants meet them here, eat and enjoy some time together, full of laughs and good mood. They invited me to join but my desire of exploration take over it, and I keep going walking.

 

 

After a good walk, I arrived at the marina. Not being so much marina people, I made anyway a tour to look how it is. 

A place very simple with not much around. But in case of bad weather, it could be a place to be. Stone walls all around, pretty high, in the third bassin after the entry of the island, one could find good protection for the furious waves from the ocean. It is not a hurricane hole but it’s pretty well protected place to run away from bad weather.

 

 

Spending the afternoon walking around, I’m looking for some WiFi to give news of the crossing to my family, but apparently the island WiFi doesn’t work. I went then to have a beer to refresh a little.

 

 

The alcohol stores, or liquor stores, in the Bahamas are also for most of them a bar where people come over to have a beer together and spend time with people. And so I met a few locals, we share our stories, and I learned that for them, here, it’s the town. And the small islands, the Keys, are the land, where most of them are going to work.

North of the Berry’s, 2 islands are the propriety of a Norwegian cruising ship company. No less than 10’000 tourists, every day, make landfall on those islands, 6 days a week, expect in case of very bad weather, on 2 big cruise ships, one of about 6000 passengers and the other one about 4000. Lots of local people are working for them.

Speaking a little about my plans, they encourage me to go ask for a job over there. Because there is high probability of possibility for a young girl speaking 3 languages. The salary isn’t big but eat for free and free gas for my boat are already a good way to keep traveling 😏

Being still at the beginning of the traveling side of my adventure, I still want to enjoy for a while my freedom, keep traveling and discovering new places. But this idea is going to stay in my mind…

 

 

A small dingy tour brought me at the north of the anchorage, where a sunked plane is laying half submerged at low tide (remaining of a weed traffic back in the time). There is also a very nice little desert beach. Except a couple, getting bored at the marina, escaping out in dingy mode. They told me that there’s a “pot luck” tonight at the marina, those kind of eating where everyone bring a dish. But I didn’t trust enough my dingy and the small engine, who get along, for this long night trip. I will more be wiling to stay on my boat and keep sanding my wooden stuff around.

 

 

After a few days without WiFi, I decided to buy a SIM card to have some data available and be able to check the weather. A big joke 😂🤣

First, after founding a shop where I could buy a SIM card, I have to wait until the next day, because there isn’t one yet in stock. Then the next day, it has to be activated. The phone call are working but not the data.

After many try, a electrical shutdown, a few phone calls with the BTC office (Bahamian phone company), it was finally figured out that I have to go directly to the office so someone can activate my phone. But it is on the opposite side of the island. More than 30 min with he bicycle, with numerous hills and some drivers going a little on every sides of the street (in Bahamas we drive on the left side!) and with a speed not so adapted to conditions of the street.

After a few moments of fear, I arrive at the of the hill. On a road who seems to go nowhere, lost in the jungle, a small cabin with a sign BTC. Supposedly it’s the right place, I open the door, who gives on a small room of 3m x 3m, looking a little like a bank office. With a glass wall and a phone to keep space between the customer and the employee, are they really so bad that they have to hide behind a glass?!? 🧐🤔

And the longest part begins.

The lady behind the glass has to change the setting in my phone, asking me to change the language on English, restart and unlocked 15 times. Then she start to talk with another lady who just arrived and sit next to her, in the office (apparently not an employee). Other clients arrive, and it looks like it’s complicated for everyone 😂

After more than 2 hours and a lots of patience, the battery of my phone almost empty, the friend gone, the other customers finished, internet is also finally working on my phone!! Wow that was kind of a big deal 🤯

Checking the weather, back to the boat.

 

 

The next days are going to be windy from NE-N, I’m going to stay at my anchorage and keep going with the little projects/cleaning.

 

 

Then the wind turns S and is going to blow pretty strong from the SW-W for the next days. My spot isn’t going to be protected from those winds, so I took the decision to move. Passing north of the Berry to go on the other side of the island.

A small navigation of about 10 miles, with the sun, and a very light breeze from behind to start, brought me to the nord of the island. There I discover the famous cruise ships and theirs islands, transformed for the tourists. A strange feeling to see an uninhabited island into a day resort for tourists, with hundreds of sun chairs, water toys, shuttles going from the ships to the beach…

 

 

Once north of the north of the area, I made a little stop at the lighthouse, who should be visited regarding the guide. Passed the intlet to drop anchor in a safe spot from the waves and in shallow water, I drop the hook in about 8ft (2,4m). It seems that I sit on the bottom but no, there’s still 4ft (1,2m) under my keel. The water is so clear, transparent that we can see all the grass on the floor.

As soon as I made landfall, a big sign “no trepassing, this island is propriety of the crusing company” appears in front of me. The lighthouse isn’t far away, I continue, but unfortunately, there’s a grillage all around. The door isn’t hier anymore, the stair look like in advanced state of rust, the entry is full of trash and graffitis. Not very welcoming.

 

 

Back to the boat, I raise the anchor and keep going, paying close attention to all the tourists with jetski, paddle, and other, who absolutely doesn’t pay attention if there’s someone on their road.

A few more miles, a lunch later, mostly by engine. But with a sail anyway to feel more like a sailboat, and having a better balance in the waves, having almost the wind in the nose.

Arrived in the big cove, I chose wisely an anchorage for the next few days. I turn a little to see where there is less waves, keeping in mind that the wind is going to turn those next days.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

 

Les Berry’s, une gemme cachée des Bahamas 

 

 

~ 2 mars 2018 – 14 mars 2018 ~

 

 

Un levé de soleil, une dernière douche chaude à volonté, le moteur démarré, la marée a son apogée, l’heure est venu de larguer les amarres et partir à la découverte de nouveaux horizons. 

Une navigation d’environ 63nm (117km), traversant les eaux profondes du canal nord ouest de New Providence pour arriver vers les îles Berry. Un petit archipel composé d’environ 130 îles et îlots, s’étalant sur une trentaine de miles (environ 45km) de long. Mon point d’arrivée est sur l’île la plus grande île et peuplée de l’archipel, Great Harbor Cay.

Partie vers 6h du matin, j’avais le soleil droit en face lors de la sortie de la marina, mais la marée étant haute, je n’eu pas de problème de profondeur, en me tenant du bon côté du canal.

Le vent arrière, l’idéal en navigation à voile, devait me pousser directement là-bas, mais les conditions lors d’une traversée des canaux NW/NE de New Providence sont toujours un peu imprévisibles.

Avec seulement une quinzaine de noeuds/heure sur l’anémomètre, je n’ai pas assez de vitesse pour surfer avec les vagues. Le moteur continue donc de tourner à bas régime, ce qui me permet d’avoir une vitesse parfaite pour faire du surfing moteur sailing. 

Les vagues arrières augmentent jusqu’à environ 3-4 pieds (1m), ce fut une première expérience avec mon auto pilote dans de telles conditions. Après avoir rapidement appris à l apprivoisé, je me rendis vite compte que je peux le laisser travailler seul, en toute sécurité.

Les heures passent, les bateaux autour de moi disparaissent, d’autres apparaissent, et la grande valse du bleu roi profond, avec sa force et sa sérénité m’entourent. Sans avoir à faire avec le vieux ami mal de mer, je commence à apprivoiser ma nouvelle vie de marin, et prend confiance en moi et en mon bateau. 

Le vent et les vagues diminuent en cours de journée, laissant la place à quelques moments très calme, pendant lesquels de nombreux bancs d’herbes marines flottent au milieu du chemin. En y regardant de plus près, il y a un nombre incroyable de morceaux de plastique piégés dedans. Petits , grands, ou même minuscules, c’est le premier grand signe de la pollution plastique de l’océan que je vois cette année. 

Mes voyages précédents m’ont déjà montré que c’est un problème énorme sur notre planète. L’être humain essaie de le cacher du mieux qu’il peut aux yeux de tous, en ramassant les déchets dans les endroits publics, mais dès que l’ont sort des sentiers battus, des chemins de vacances populaires, seulement à ce moment là, on remarque alors la grandeur du problème.

Comment peut-on faire tant de mal à une nature qui nous a donné vie?

Arrivant sur la Great Bahamas Bank, le sol remonte au fur et à mesure de ma progression. Les vagues, venant de l’arrière, prennent plus d’ampleur en rebondissent contre ce fond qui s’élève. Le vent est très faible, rendant la progression un peu montagne russe mais cela ne dure guère.

Vers 17h, j’arrive à destination. À avec déjà plusieurs bateaux ancrés ici et là, le soleil me donne encore une bonne heure pour choisir ma place et bien m‘ancrer.  Puis un gros dodo m’attend 😴

 

 

Le lendemain, je décide de partir explorer l’île et sa principale ville, Bullock Harbor. 

Mais où se trouve le quai pour les annexes? 

Partir seule dans un endroit inconnu, c’est cela aussi, savoir se débrouiller seule, sans pouvoir demander l’opinion à quelqu’un. Bien sûr, j’ai un guide des Bahamas avec moi ainsi que l’application Garmin-Active Captain, grandes sources d’informations. Me préparant, je vois passer une annexe, j’essaie de voir où elle va, mais sans succès.

Débarquer à terre pour la première fois seule, dans une île inconnue, un sentiment d’excitation et d’appréhension se mêlent. Après Freeport, c’est mon 2e arrêt aux Bahamas, passant de la ville aux îles. Plus tard, je compris que pour les locaux, ici, c’est la ville 😅

Et puis je pars explorer, par moi même, et on verra bien. Cela ne sert à rien de trop se préoccuper et réfléchir, des fois il faut juste agir. Le moteur de l’annexe bien rempli d’essence, je pars pour ma première exploration des îles. 

Souvent, ce qui parait confus au premier abord, devient beaucoup plus évident en se rapprochant. En effet, un quai, puis des annexes apparaissent. 

À peine touché terre, j’entend mon nom et vois un jeune couple, lunettes de soleil, teint bronzé, ce sont des voileux. Il me fallu quelques secondes pour les reconnaître, il s’agit d’amis rencontrés à Indiantown l’hiver précédent. Ils ont fait une restauration complète de leur voilier et sont actuellement à nouveau des navigateur à temps plein.

 

 

De jolies petites maisons colorées défilent les unes après les autres, pas toutes en très bon état, un magasin, une école, des enfants qui jouent dans la rue. Très proche physiquement des États-Unis, mais tellement différent en meme temps. Island time, pas de stress, saluer les gens dans la rue. 

 

 

Marchant à la découverte de l’île, je sors de la ville pour accéder à la ville d’à côté, où il y a surtout la marina. Près du pont qui relie les 2, un groupe de locaux sont posés au bord de la route. On commence à parler. Ils font à manger, du riz, des haricots, et de la salade de Conche. Tous les samedi, les habitants de la région se rencontrent ici, mangent et profitent de passer un moment ensemble, plein de rires et de bonne humeur. Ils m’invitent à les rejoindre mais ma soif de découverte prend le dessus, et je pars continuer à explorer.

 

 

Après une bonne marche, j’arrive à la marina. N’étant pas trop une personne portuaire, je fis tout de même un tour pour voir ce qu’il y a par là-bas. C’est un endroit très simple, avec pas grand chose aux alentours. Cependant en cas de besoin dû à la météo, cela peut être un assez bon endroit. Des parois rocheuses assez élevées, dans le 3e bassin depuis l’entrée de l’île, on y trouve une bonne protection contre les vagues furieuses de l’océan. Ce n’est pas un trou à ouragan mais bien protégé en cas de gros temps.

 

 

Après un après-midi à marcher, je cherchai une source d’internet où je pourrais donner des nouvelles de ma traversée à mes proches,  mais apparemment le réseau wifi de l’île ne marche pas. Je décide alors d’aller chercher une bière pour me rafraîchir les idées. 

Les magasins d’alcool aux Bahamas sont aussi pour la plupart un bar où les gens boivent une bière ensemble. Et donc je rencontrai quelques locaux, on partage nos histoires et ainsi j’appris que pour eux, ici c’est la ville. Et les petites îles (les Cays) autour sont des banlieues, des villages, là où la plupart d’eux vont travailler.

Au nord des Berry’s, 2 îles sont la propriété de compagnie organisant des croisières. Pas moins de 10’000 touristes passent par là chaque jour, 6 jours par semaine, sauf en cas de gros mauvais temps, à bord de 2 bateaux de croisière, un de environ 6000 passagers et l’autre d’environ 4000. Beaucoup de locaux travaillent dans ce secteur. 

En parlant de mes plans, on m’encourage à aller demander un job là-bas, car il y a très probablement des possibilités pour une jeune fille parlant 3 langues. Le salaire n’est pas énorme, mais nourrit, logée et de l’essence pour mon bateau sont déjà un bon moyen de continuer mon voyage 😏

Etant au début de la partie voyage de mon aventure, je voulu encore profiter pour un temps de ma liberté, de voyager et découvrir de nouvelles place. Cependant cette idée est maintenant gravée dans ma tête.

 

Une petite escapade en dingy m’amène au nord de l’ancrage, où une épave d’avion est à demi submergée à marée basse (vestige d’un traffic de canabis). Il y a également une jolie petite plage déserte, mis à part un couple, s’ennuyant à la marina, sorti en mode exploration dingy. Ils me disent qu’il y a ce soir un souper « pot luck », genre souper canadien où chacun amène  quelque chose à manger. Mais ne faisant pas encore assez confiance à mon dingy et le petit moteur qui l’accompagne pour faire ce long trajet, en plus de nuit, j’en profitai pour avancer mon travail de ponçage de la barrière arrière en bois.

 

 

Après quelques jours sans wifi, je décide d’aller acheter une carte sim pour avoir de l’Internet et pouvoir contrôler la météo. Toute une blague 😂🤣

Tout d’abord, après avoir trouver un magasin capable de vendre une carte sim, il faut repasser le lendemain la chercher car il n’y en a pas sur le moment. Puis le lendemain, il faut l’activer. Les communications téléphoniques passent mais la connection internet ne fonctionne pas. 

Après plusieurs essais, une panne de courant, divers téléphones avec le bureau BTC (réseau téléphonique Bahamian), il s’avère qu’il me faut aller directement à leur bureau afin que quelqu’un puisse activer directement sur mon natel. Mais le bureau se trouve à l’autre bout de l’île. Une bonne trentaine de minutes de vélo pour s’y rendre, avec un grand nombre de collines et des conducteurs roulant de plus ou moins n’importe quel côté de la route (aux Bahamas on roule à gauche!) et à une allure pas vraiment adaptée aux conditions des routes.

Après quelques frayeurs, j’arrive au sommet d’une colline. Sur une route qui semblait ne mener nulle part, perdu dans la jungle, une petite maisonnette marquée BTC.  Supposant qu’il s’agissait de la bonne place, j’ouvris la porte et se présenta à moi un petit bureau de 3m sur 3, ressemblant un peu à un bureau de banque, avec vitre et interphone séparant le client de l’employé. Sont-ils si horrible que ça cette compagnie de téléphone qu’ils ont besoin de se planquer derrière une vitre?!? 🧐🤔

Et la commença le début de la plus longue partie. 

La dame derrière le comptoir doit boutiquer sur mon natel, me demandant de changer la langue en anglais, redémarrer, déverrouiller 15 fois. Puis elle commence à parler et raconter sa vie à une autre dame qui vient d’arriver, et qui s’assied avec elle dans son bureau (apparemment pas une employée). D’autres clients arrivent, et apparemment c’est autant compliqué pour tout le monde 😂

Au bout de plus de 2h et beaucoup de patience,l’accu de mon téléphone presque vide, l’amie partie, les autres clients terminés, internet fonctionne enfin sur mon natel !! Wow apparemment c’est très difficile 🤯

Check météo, retour au bateau. 

 

 

Les prochains jours étant venteux du NE-E, je reste à mon ancrage et profite de faire des petits travaux de nettoyage/maintenance.

 

 

Puis le vent tourne S, et va souffler fort SW-W les prochain jours. Ma place actuelle n’étant protégée pour des vents de cette direction, décision est prise de partir. Passer par le nord des Berry pour aller me mettre de l’autre côté de l’île.

Une petite naviguation d’une dizaine de miles, sous le soleil, avec un vent très léger arrière pour commencer, m’amena au nord de l’île. Là je découvris les fameux bateaux de croisière et leur île transformée en paradis à touristes. Un drôle de sentiment de voir une île comme ça, aménagée pour les touristes, avec des centaines de chaises longues alignées, des navettes circulant en continue entre le ferry et la plage.

 

 

Arrivée au nord de l’archipel, je fais un petit arrêt au phare qui, selon mon guide vaut la peine d’être visité. Rentrée dans le passage entre deux îlots pour m’ancrer à l’abris des vagues et dans des eaux peu profonde, je jète l’ancre dans environ 8 pieds (2,4m) d’eau. J’ai l’impression de toucher le fond mais non, il y a encore 4 pieds (1,2m) sous ma quille. L’eau est tellement claire, transparente, que l’on peut voir toutes les herbes qui tapissent le sol.

A peine mis pied à terre, un grand panneau “passage interdit, île propriété de la compagnie de croisière” apparaît sous mes yeux. Le phare n’est pas très loin, je continue, mais malheureusement il y a un grillage autour. La porte est arraché, l’escalier à l’air d’être dans un état de rouille avancé, et l’entrée est jonchée de déchets et graffiti. Pas très accueillant.

De retour au bateau, je lève l’ancre et continue ma route, en faisant attention aux nombreux touristes en jet ski, paddle, et autres qui ne regardent absolument pas si il y a quelqu’un sur leur route.

 

 

Encore quelques miles, un repas plus tard, principalement au moteur. Mais avec une voile quand même pour me sentir plus sur un voilier, et avoir un meilleur équilibre aux milieu des vagues, ayant presque le nez dans le vent.

Arrivée dans la grande baie qui va me servir d’ancrage pour les prochains jours, je tourne un peu pour me chercher une place où il n’y a pas trop de vagues, tout en sachant que le vent va tourner ces prochains jours. 

 

**********************************

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *