Bahamas bound !! … Direction Bahamas!!

 

Bahamas bound 

 

~24 February 2018 – 2 March 2018 ~

The anchor raised, a race started between the moored boats, then I am facing the first bridge to open of the season. Behind, a railroad bridge and a fix one. Not aligned, of course, it would have been a much too easy departure!

After, it’s a more open passage, on the st-Lucie river, allowing me to test the autopilot. Between the wind, the waves and the small powerboats, I am learning how to use it, and testing it. Spontaneously very convicted, while underway with the engine and/or the sail! It’s working very good, doing even tackles.

Approved investment, I keep motoring in the channels and stop a few miles further, at Peak Lake. This is a strategic stop, because there’s a beach there, but I have never stopped before. Being in the Sunshine State for 3 months, it was time for the first beach trip!!

As soon as the anchor is dropped, I met some Indiantown’s friends! Then I made landfall almost immediately. It is so pleasant after 3 months of hard work to finally being able to relax by the ocean. I missed you the beach!!

The friends also came on the beach, and the discussion get very fast into sand castles, one has been built the day before, and is still sitting very proudly. When we say the age is in the head, that’s totally true! Pretty quick, a lots of toys appear and the building keep going on, the castle becoming a fortified castle.

Decompressing, playing, having a good time, I had almost forgotten what that means. The day end up with a beautiful sunset, made of amazing colors, with sailboats and palm trees in the background. Magic!

Quite night, but in the early morning, I’m hitching from everywhere. Is it sand? Salt? After a shower it’s getting better but still hitching. It’s only 12 hours later that I understand… the noseeum!! A nightmare those insects, you can’t see them, can’t feel them, just their bites make you realize they are here. But the bad is already done. Some people get a very big reaction at them, the attack is generally very numerous.

A good breakfast and I raise the anchor, not long after the sunrise, for a naviguation day on the ICW (InterCoastal Waterway) until West Palm Beach.

It’s always a pleasure to meet friends on the way, and I would like to stay there one more day. Also that some other friends are supposed to come visiting the day I’m leaving. But a good weather window of 2-3 days to cross to the Bahamas is just arriving. The weather, this winter, has been kind of crazy, so such opportunity is not to be missed. The next good window could be in up to 2 weeks, or even more….

Traveling a weekend day on the ICW, there’s a lots of people on the water. In the early afternoon, I arrived in West Palm Beach. Last minute shopping before the crossing, BOW (Boat Owner Warehouse, boat supply), Napa (car & Co shop), Publix (supermarket). Welcome to the USA where almost all the shop are open on Sunday!  Top up the diesel and water and anchoring for the night close to the intlet.

A superyacht drop anchor just in front of me. A lift take his dingy out, then the owner go for a ride, with driver. Passing just next to my boat, they look at it intensively and waved. How some people having a such mega yacht can take time to look at my small 32ft sailboat, and even wave me? I’m impressed, there is still rich people with some taste 🤑or it’s that we always want what we can’t have 🤔

Two beers and two muffins are my dinner. The next day is the big departure day and, even if I made already twice this road, I’m a little stress and anxious. It’s been 3 years since I made my last ocean navigation, same for my boat. A mix of happiness and apprehension. A certain fear is normal, human. But I was able to have a good night of sleep. 

Waking up at 5, I prepare the boat, check the weather, emails,… A little anxious, I’ve made only a few miles since Indiantown, I turn around in the boat while preparing. Then 2 sailboat left to the ocean around 6, that made me feel safer. Because I’m not alone, neither crazy to cross today, I take self confidence and before 6:30 I left.

Once in the intlet, some not confortable waves come, and I just realized the tide is against the wind, so it’s shaking and I almost didn’t move… Safety first, I put my life jacket/harness and fix me to the boat. Because being alone, if I fall in the water, it would be no one to come rescue me, and my boat would keep moving alone.

A wonderful sunrise just happen at this time, and the beautiful colors give me motivation to keep going. After being out of this passage from current against wind, raising both mainsails, I sit and told to myself, ok that’s good, it’s shaking but moving.

At this precise point, I started feeling seasick 🤢

It’s grey, with a few squalls far away, the boat is doing roller coasting and my stomach too.

Not up to the feeding the fishes point, but enough to make me feel bad. I sit down and take my courage in my hands, as same as going through a big loneliness time and self questioning: what the hell am I doing, here and now???? There’s still 10-12h of navigation before arriving…

PS: having a morning coffee without eating, before going sailing, is not a good idea 😂

Finally, 2h30 later, the effects disappeared, just before two squalls pass over me. The winds pick up a little but still confortable. SE from 10-15kn, then picked up to 20kn, with gusts up to around 22kn.

Then the sky became blue and the sea came down. After around the 20 first miles, it became more comfortable. In the afternoon, finally I’m able to eat some chips, a banana and a mango. Later, I was able to cook an omelet with meet.

The hours passes, the sun goes slowly down, hiding himself behind the clouds. My first sunset on the water of the season!

Land! The Bahamas are juste in front of Nostromo! Around 7:30 p.m., I’m arriving in West End, city on the west side of the Grand Bahamas island, happy to succeed this crossing and win again my seasickness. Dropping the anchor in the swell, but at night, I don’t want to get to close from the stone shore. A good night of deep sleep is waiting on me.

The next morning I wake up before the sunrise, admire the wonderful crystal clear Bahamian water and notice a fishing boat anchored just next to me. He’s arrived after me in the evening.

Around 8 a.m., the swell isn’t comfortable (I’m not used to it anymore mostly 😬) so I raise the anchor,  going to do the entry paperwork’s. The office open only at 9, but at least it’s flat in the marina.

Once close to the dock, a young man help me to tide my boat, and invite me on his boat. Not bigger than mine, but with 4 people on board. They are celebrating a successful night crossing from Fort Lauderdale, with a bottle of champagne…. at 8:15 a.m. 😂🤣 welcome to Bahamas 🇧🇸👍

A friendly group of young French, Canadien and American. A French-Canadian couple is doing a trip around the world, and they are doing their first steps on a sailboat. A friend is borrowing them his boat, and another friend is teaching them how to sail, that’s the all crew. The owner was aboard just for the crossing, but the 3 other are doing a trip of about 2 months, across the Abacos, the Berry’s island, then back to Florida.

The entry paperwork’s done, cruising and fishing permits paid (150USD up to 35ft but… 300USD for bigger boat, 3 people included aboard and 25USD per person since the 4st). Passport stamped, the official didn’t believe I’m by myself, he want to come see my boat. After having a visit on it, he told me: “I have to shake your hand, and telling you that you have balls!” 😂🤣 ok….

The wind pick up a little, N/NE 15-20kn, perfect for the 25 miles navigation until Freeport. The marina in West End isn’t that big, the room to make a half turn is pretty small, but I made Nostromo doing a perfect turn and get out of this without touching any boat! Ouf! A little stressful moment….

A wonderful navigation follow then, with wind on the beam. The waves are coming from behind the island, so by staying close to the island, it’s pretty flat. A current who’s helping, a good wind and almost no wave, Nostromo is flying on the water, between 6 and 9kn!! (That’s a pretty good speed for a 5 tons sailboat 😉)

Knowing a friendly and cheap marina, I decided to stop there for a few days, and spending my birthday over there. It’s called Sunrise Marina and Resort and is in Freeport (second biggest city of the Bahamas after Nassau, and huge commercial port).

Having already been there, I knew the entry is a little delicate, sandbars are moving all the time in the entry channel, reducing the deep, mostly at low tide. Arrived around 3p.m., the sun is behind me and still high enough to allow me to “read the water” easily .

“To read the water” is an aptitude very important in the Bahamas, that is learned with experience. It’s about being able to see if the deep of place is enough to pass with your boat or not, by judging the color of the water like a scale. A very deep blue , for exemple, is about 30ft deep. A light blue-yellow is closer to my limit of 4ft. With the time and training, it’s pretty easy to discern 1, 2, 3, 4, 5, 6+ feet.

Having not used this competency for many years (a learning who occurs mostly where the waters are not deep and clear), by viewing the blue very light-yellow-Braun in front of me, I really thought I would stay for a few hours in the middle of the channel, waiting on the tide to take me out of this. But no! Even if I saw a 4,(…) on my deepsounder (at 3,9 my boat sit on the ground) it was no touching! Ouf!

A small fearful moment, pretty quick forgotten by seeing the 12ft once inside. The dockage was very easy, in a place with no current neither wind (or almost). Once there, I met a Canadian couple from Indiantown!! Small world!!

A friendly and quite marina, at 1$/foot/night (0,80USD for BoatUS members), with swimming pool, shower, laundry, lounge, bike, kayak, grocery and liquor store 1 mile away.

And so I stay 3 nights (and days) doing (almost) nothing, except enjoying the pool and the sun, and staying in touch with all my friends around the world. The perfect way for me to celebrate my birthday, cocktails, swimming pool, sun, after all the work done to arrive here, finally, I’m enjoying!

After all those cocktails, I wanted to do a bike tour, to go get some fresh beers. My point of view was that it would be easier with a bike from the marina, than taking my bike out of my boat. But the plan didn’t happened.

After having lost myself and making the way a little longer, the chain of the bicycle just get out and impossible to put it back in place. It’s the kind of bike that when you paddle backwards, it’s acting like breaks. So the chain is out and the back tire is blocked… of course, that happens in a neighborhood who doesn’t seem so safe….

Pushing the bike with the blocked tire, I finally arrived at the destination, having even the surprise to find cold beer for 1$/each! (For the Bahamas, it’s very cheap, and not common!) Then there is still the way back to the marina… After this long trip, who finally would have been much more easy with my own bike, I enjoy my cold beer. And even a second one!

A few works are also done on the boat 😉 the cleaning keep going on, the boat become pretty big when it come to the point of cleaning every inches of it! The first sailing also showed me some point that I still have to fix.

On the beam of the main mast, the rail who hold the sail is partially going out, some spots where the screws goes into the beam are apparently a little rotten. Not a very good new, but apparently it’s very local. With some marine sealant M4000, I glue it back in place and make all of that waterproof. The repair still hold today, but for sure it will be a point to follow closely!

The many wonderful, different and emotional meeting with people in this adventure keep going on, and so I meet a new couple of people from Quebec.

The woman had a stroke many years ago. She is now paralyzed from one side, walking with a cane, doesn’t speak anymore, she makes noises. She’s still full ok in her head, think and understand when we speak with her. She try to write or show letters/numbers.

They have spent many years to build their own boat, a dream they had before the sickness come knocking at the door. A unique boat adjusted for them, a pilot sailboat, with watch bed in the pilot house. Inside, all the equipment and the room necessary to enjoy the live aboard life.

They do me a visit of their boat, and we share our story. Their boat have been in this marina for the past few years, because even if he would have liked to sail around, for her, it’s very difficult, because of her physical condition. Last sommer the boat has been damaged by the hurricanes. They are actually fixing her, and it’s very emotional to see them working as a team to repair, using each one abilities.

They think about crossing back to Florida, maybe next season, to sell the boat. The work is becoming more and more difficult physically and psychologically for both. They are preparing themselves to turn a page and start a new chapter, on land this time.

A meeting full of emotions, who made me realized one more time, how much the life is short, and we never know what reserve us tomorrow. But also, nothing is impossible to the one who really want it! And finally the real love is stronger than sickness or the bad times.

Later I have also met a Spanish guy and his sailboat, in this marina since last summer too. Also victim of the hurricanes, he’s fixing the damages as best as he can, with what he got.

Then a wonderful window arrive to cross to the Berry, no hesitations! Down wind, pushing me to my next destination! Let’s go for the next step 😃😃😃

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Direction Bahamas 

 

~ 24 février 2018 – 2 mars 2018 ~

L’ancre remontée, un slalom entre les bateaux ancrés, me voilà face au premier pont de la saison à faire ouvrir. Puis un pont de chemin de fer lui emboîte le pas, suivit d’un fixe. Les trois n’étant pas alignés, ce serait un début trop facile autrement!

Ensuite c’est le début d’un espace plus ouvert sur la rivière Ste-Lucie, qui me permet de tester l’auto pilote. Entre le vent, les vagues et les petits bateaux à moteur, j’apprends à l’utiliser et le teste. Tout de suite, c’est très convaincant, au moteur et/ou à la voile! Il fonctionne très bien, faisant même des changements de cap! 

Test concluant, navigation dans les canaux et arrêt quelques miles plus loin, à Peak Lake. Cet arrêt était pour moi stratégique, car je sais qu’il y a une plage mais je ne m’y suis jamais arrêtée. Etant dans l’Etat du soleil depuis 3 mois, ce fut ma première visite à la plage!!

À peine ancrée dans 5-8 pieds d’eau, je rencontre des amis d’Indiantown par hasard! Je met pieds à terre quasi instantanément. Cela fait tellement plaisir après trois mois de travail d’enfin pouvoir me relaxer au bord de l’océan. Tu m’as beaucoup manqué la plage!!

Les amis viennent aussi sur la plage, la discussion part très vite sur les châteaux de sable, un ayant été construit la veille, et trônant toujours fièrement à sa place. Quand on dit que l’âge est dans la tête, ce n’est que la réalité! Rapidement divers ustensiles apparaissent et la construction s’agrandit, transformant le château en château fort.

Décompresser, s’amuser, prendre du bon temps, j’avais presque oublié ce que cela veut dire. La journée se termine par un magnifique coucher de soleil, aux couleurs fascinantes, avec voiliers et palmiers en arrière plan. Magique!

Nuit calme, mais au réveil, ça me gratte de partout. Est-ce du sable? Du sel? Après une douche ça se calme mais ça gratte toujours. Ce n’est que 12h plus tard que je compris… les micro moustiques, appelé noseeum!! Une vrai plaie ces insectes, on ne les voit pas, les sens pas, ce sont seulement les piqûres qui sont douloureuses, et qui nous font remarquer leur présence. Mais à ce moment le mal est déjà fait. Certaines personnes font des réactions très violentes à ces petits insectes, les piqûres étant généralement nombreuses en cas d’attaque.

Un bon petit-déjeuner déjeuner et je lève l’ancre, peu après le levé du soleil, pour une journée de naviguation sur l’ICW (InterCoastal Waterway) jusqu’à West Palm Beach.

Cela fait toujours plaisir de croiser des amis en route, et je serais bien restée un jour supplémentaire, d’autant que d’autres amis devaient venir en visite le jour de mon départ, mais une fenêtre météo de 2-3 jours pour traverser vers les Bahamas se présente. Le temps cet hiver ayant été assez capricieux, une telle occasion est à ne pas manquer, la fenêtre suivante pouvant arriver seulement 2 semaines plus tard, si ce n’est plus…

Naviguant un jour de week-end sur l’ICW, beaucoup de monde se promène en bateau. En début d’après-midi, arrivé à West Palm Beach, petites courses de dernière minute avant la traversée, BOW (Boat Owner Warehouse, magasin d’article de bateau) étant ouvert le dimanche (!), Napa (magasin général automobile & co) et Publix (supermarché alimentaire). Bienvenue aux USA où presque tous les magasins sont ouvert le dimanche! Remplir le diesel et l’eau potable, puis ancrage près de l’ouverture du canal vers l’océan.

Un grand super yacht vient s’ancrer juste devant moi, un bras articulé sort son annexe du “garage” intérieur du bateau, et puis les propriétaires partent en promenade, avec chauffeur. En passant à côté de mon bateau, ils le regardent avec insistance et me saluent. Comment des personnes ayant un tel mega yacht peuvent prendre le temps de regarder mon petit voilier de 32 pieds, et même me saluer? Je suis impressionnée, il reste encore des gens fortunés avec du goût 🤑 ou alors c’est que l’on veut toujours ce que l’on ne peut pas avoir 🤔

Deux bières et deux muffins forment mon souper. Le lendemain est le grand jour du départ et, bien que j’ai déjà fait 2 fois le même trajet, un brin de stress et d’anxiété s’installe. Cela fait tout de même 3 ans que je n’ai pas refait de navigation sur un océan, mon bateau non plus. Une joie mélangée à de l’appréhension. Une certaine peur est normale, humaine. Malgré tout j’ai passé une bonne nuit de sommeil.

Réveillée à 5h00, je prépare le bateau, contrôle la météo, les e-mails, …. Un peu anxieuse, n’ayant fait que quelques miles depuis Indiantown, je tourne un peu en rond en me préparant. Puis deux voilier partent vers 6h en direction de la mer, cela me rassure. En me disant que je ne suis pas seule, ni folle, à traverser aujourd’hui, je prend confiance en moi. Et avant 6:30 je suis partie. 

Une fois à la sortie, ou à l’entrée de l’océan, des vagues peu confortable arrivent, et je me rend compte que la marée est contre le vent, donc ça secoue et je n’avance pas… Sécurité d’abord, je met mon gilet/harnais et m’attache au bateau. En effet, en étant seule, si je tombe à l’eau, personne ne va venir me repêcher, et mon bateau va continuer tout seul. 

Un magnifique levé de soleil arrive à ce moment et ces superbes couleurs me donnent de l’énergie pour continuer. Après être sortie de ce passage et du courant contre marée, les deux grand voiles montées, je me pose et me dit voilà, c’est bon, ça secoue mais ça avance.

À ce moment précis, un mal de mer m’envahit 🤢

Il fait gris, des averses au loin, le bateau fait des montagnes russes et mon estomac avec. 

Pas au point de nourrir les poissons mais à me sentir mal. Je m’assieds et prend mon courage en main, tout en passant par un grand moment de solitude et de questionnement: mais qu’est-ce que je fais là, ici et maintenant???? Il reste encore 10 à 12h de navigation avant l’arrivée…

Note à moi même, un café sans manger le matin, avant de partir en navigation, n’est pas recommandé 😂 

Finalement, 2h30 plus tard, les effets se dissipent, juste avant que deux averses passent sur moi. Les vents augmentent un peu durant ces épisodes mais tout en restant supportable. SE de 10-15kn, augmentant jusqu’à 20kn, avec des rafales jusqu’à environ 22kn. 

Puis le ciel devient bleu et la mer se calme. Passé les vingt premiers miles, le trajet devient plus confortable.  Dans l’après-midi, finalement je suis capable de manger des chips, une banane et une mangue, et un peu plus tard, j’arrive à cuisiner une omelette à la viande. 

Les heures passent, le soleil se couche gentiment, en se cachant derrière quelques nuages. Mon premier coucher de soleil sur l’eau de la saison!

Terre en vue! Les Bahamas sont juste devant! Vers 19:30 j’arrive à West End, localité à l’ouest de l’île des Grand Bahamas, heureuse d’avoir réussi cette traversée et tenu tête à mon mal de mer. L’ancre, est jetée un peu dans le rouli, mais arrivant de nuit, je ne veux pas m’approcher trop près du bord rocailleux. Une bonne nuit de sommeil bien profond m’attend.

Le matin suivant je me réveille avant le lever du soleil, admire les magnifiques eaux cristallines des Bahamas et remarque un bateau de pêche ancré juste à côté, arrivé après moi la veille.

Vers 8h le rouli étant penible (n’y étant plus habituée surtout 😬) je lève l’ancre pour aller faire les papiers d’entrée. Le bureau n’ouvre qu’à 9h, mais au moins c’est calme dans la marina.

Arrivant à quai, un jeune m’aide à m’ancrer, et m’invite sur son bateau. À peine plus grand que le mien, mais avec  4 personnes à bord. Ils célèbrent une traversée réussie (de nuit), depuis Fort Lauderdale, avec une bouteille de champagne… à 8:15 😂🤣 bienvenue aux Bahamas 🇧🇸👍 

Un sympathique groupe de Français, Canadiens et Américain. Parmi eux, un couple franco-canadien en cours de route pour un tour du monde, qui font leur premiers pas en voilier grâce à un ami qui leur prête le bateau et un autre qui leur apprend à naviguer. Le propriétaire n’était à bord que pour la traversée et les 3 autres font un voyage d’environ 2 mois, à travers les Abacos, les Berry’s, puis retour en Floride.

Les papiers d’entrée sont remplis et les permis de naviguation et de pêche sont payés (150USD jusqu’à 35 pieds mais … 300USD au delà, 3 personnes inclus à bord, 25USD par personnes supplémentaires). Passport tamponné, l’officier n’en revient pas que je navigue seule, il veut venir voir mon bateau. Après l’avoir visité, il me dit “je dois vous serrer la main et vous dire que vous avez des boules!” 😂🤣 ok…

Le vent s’est levé un peu, N/NE à 15-20kn, parfait pour la navigation de 25 miles jusqu’à Freeport. La marina de West End n’étant pas très grande, la place pour faire demi tour avec un vent qui se fait sentir n’est pas infini, mais je réussi à manœuvrer Nostromo comme une pro et arrive à sortir de là sans toucher un seul bateau! Ouf! Petit moment de stress…

Une superbe naviguation s’en suit avec un vent de travers, les vagues venant de derrière l’île ne se font pas sentir en restant proche de la rive. Un courant aidant, de bon vents et peu de vagues, Nostromo file entre 6 et 9kn!! (Ce qui est plutôt une très bonne vitesse pour un voilier de 5 tonnes 😉)

Connaissant une marina sympa et pas cher, je décide d’y passer quelques jours, histoire de relaxer pour mon anniversaire. Elle s’appelle Sunrise Marina and Resort et se trouve à Freeport (2e plus grande ville des Bahamas après Nassau, grand port commercial). 

Ayant déjà visité les lieux, je savais l’entrée un peu délicate, des bancs de sables se déplaçant régulièrement et réduisant la profondeur, surtout à marée basse. Arrivée vers 15h, le soleil était derrière moi et encore assez haut pour me permettre de bien “lire l’eau”.

“Lire l’eau” est une compétence très importante aux Bahamas, qui s’acquiert par expérience. Cela consiste à pouvoir savoir si la profondeur d’un endroit est suffisante pour y passer ou non en jugeant de la couleur de l’eau, comme une échelle. Un bleu roi profond, par exemple, fait environ 30 pieds de profond. Un bleu ciel clair-jaune est ma limite de 4 pieds. Avec l’expérience, on peut facilement différencier 1, 2, 3, 4, 5, 6+ pieds.

N’ayant plus utilisé cette aptitude depuis  plusieurs années (un apprentissage qui se fait particulièrement là où les eaux sont peu profondes et transpararentes), en voyant le bleu très clair – jaune-brun devant moi, j’ai bien cru que j’allais rester quelques heures au milieu du canal, attendant sur la marée pour me sortir de là. Mais non! Même si j’ai vu un 4,(…) sur ma profondeur (à 3,9 mon bateau est posé sur le fond) il n’y a pas eu de toucher! Ouf!

Un instant de frayeur, vite oublié en voyant les 12 pieds une fois à l’intérieur. L’amarrage au quai fût très facile, dans un bassin sans courant ni vent (ou presque). Et la surprise, je rencontre un couple canadien d’Indiantown!! Comme le monde est petit!! 

Une sympathique et calme marina, a 1USD/pieds/nuit (0,80USD membre BoatUS), avec piscine, douche, lessive, lounge, vélo, kayak, magasin à 1 mile (alimentation locale + alcool).

Et ainsi je passe 3 nuits (et jours) à ne (presque) rien faire, si ce n’est de profiter de la piscine et du soleil, de garder contact avec mes amis autour du monde. La manière parfaite pour moi de fêter mon anniversaire, cocktail, piscine, soleil, après tout le travail pour en arriver là, enfin je profite!

Après tout ces cocktails, je me laisse tenter d’emprunter un des velo de la marina afin d’aller chercher quelques bières fraîches. Ma réflexion étant qu’il serait plus facile ainsi (et moins fatiguant) que de sortir mon vélo de mon bateau. Mal m’en a pris. 

Après m’être un peu perdue et avoir rallongé le chemin, la chaîne du vélo a déraillée et impossible de la remettre en place, à chaque fois elle resort et se bloque avec le frein, qui est en pédalant en arrière… Bien sûr cela se passe dans un quartier qui ne me semble pas des plus sécurisant… 

En poussant le vélo avec la roue arrière bloquée, j’arrivai finalement à destination, ayant même la surprise de trouver des bières fraîches à 1$/pièce! (Pour les Bahamas, ce n’est vraiment pas cher,  et rare!) Puis ensuite, s’en suit encore le retour jusqu’à la marina… Après ce long chemin, qui aurait été finalement plus facile avec mon propre vélo, je savoure ma bière bien fraîche. Et même une 2e!

Quelques petits travaux sur le bateau sont quand même effectués 😉 Les nettoyages continuent, c’est vite grand un bateau quand il s’agit de nettoyer tous les recoins! La première naviguation à la voile m’a aussi permis de mettre en évidence de petites choses à réparer. 

Sur la baume de la grand voile, le rail tenant la voile se détache, plusieurs endroits où les vis entrent dans la baume sont apparemment moisi. Pas très bonne nouvelle mais apparemment c’est très local. Avec de la colle marine M4000, je colle et imperméabilise tout ça. La réparation a tenu jusqu’à aujourd’hui, mais cela reste un point à surveiller de près!

Les magnifiques, nombreuses, diverses et émotives rencontres de ce voyage continuent. C’est ainsi que je rencontrai un nouveau couple de québécois.

La femme a été victime d’un AVC il y a de nombreuses années. Elle est restée partiellement paralysée d’un côté, marche avec une canne, et ne parle plus, elle fait juste des bruits. Elle a encore toute sa tête, réfléchi et comprend ce qu’on lui dit. Elle essaye d’écrire ou de montrer des signes/lettres. 

Ils ont passé beaucoup d’années à construire leur bateau, un rêve qu’ils avaient en commun avant que la maladie ne viennent frappée à leur porte. Un bateau unique et sur mesure, un voilier avec cabine de pilotage, lit d’appoint inclus. À l’intérieur, tout l’équipement et la place nécessaire à leur épanouissement. 

Ils me font visiter leur bateau, et nous partageons nos histoires. Leur bateau est resté dans cette marina depuis plusieurs années, car même si lui aimerait beaucoup naviguer, pour elle c’est beaucoup plus difficile, de sa condition physique. L’été passé leur bateau a été victime des ouragans, et a subi quelques dommages. Ils sont actuellement en train de réparer. C’est touchant de les voir travailler en équipe à réparer, utilisant chacun leurs aptitudes.

Ils prévoient de traverser, peut-être la saison prochaine, vers la Floride, afin de vendre le bateau. Le travail devient de plus en plus lourd physiquement et psychologiquement pour les deux, et ils se préparent à tourner une page pour commencer un nouveau chapitre, sur terre cette fois.

Une rencontre forte en émotions, me faisant réaliser encore une fois que la vie est courte, et que l’on ne sait jamais ce qui va se passer demain. Mais rien n’est impossible à qui le veut vraiment! Et enfin que l’amour véritable est plus fort que la maladie et les obstacles.

Plus tard, je rencontrai aussi un espagnol et son voilier, à la marina depuis l’été passé aussi. Egalement victime des ouragans, il répare les dégâts au mieux, avec les moyens du bords.

Puis une superbe fenêtre pour traverser vers les Berry se présente, pas d’hésitations! Vent arrière, me poussant vers une nouvelle destination! C’est parti pour la prochaine étape 😃😃😃

Back on the water!! … De retour sur l’eau!!

The first steps on the water

– 16 February 2018 ~ 24 February 2018 –


Once the 90 degrees turn passed, Nostromo is out of the marina and into the river. A new chapter begins, even a new book. The work yard & marina’s world which I have belonged for almost 3 months is now behind me. A new departure is here, exactly here, under my foot now. A moment so awaited, a little anxiety too, by myself for the first time, on this river.

The miles goes, like the hours, the sun comes down, slowly disappearing behind the trees. Meanwhile I start to realize… I’m gone, alone, with my boat, to discover and to live new adventures, a feeling of happiness come out, and I scream, sing and dance on the deck, driving the boat at the same time. If someone saw me, he probably thought I was crazy. Crazy happy yes! And whatever the people think, it’s my life and I love it!

The St Lucie’s lock is already closed for the night, so I drop anchor just before. Then the sunset puts some awesome colors on the quiet river. The beauty of the nature. Until the mosquito come. Arrrrrg!

First night on the boat in the water, first breakfast cooked aboard, first anchor removed, and first going through the lock by myself. Some friends came to see me. The lock is much more easy than expected, because alone, I have the control of the entire boat and it’s easier to deal with the lines to be coordinated.

Once on the sea level (around 10 ft down), let’s go for the continuation of the way, a few more miles to arrive in Stuart, city on the ocean side. I take the opportunity to push the gaz to run the engine, who was sleeping a little to long, in higher RPM.

Because of all my friends from Indiantown, I know exactly where am I going to drop anchor to have a perfect spot to land easily, being close from the shops, and having good protection from the wind and the waves. So many good friends, so close and so far away at the same time, luckily today with internet, it’s easy to stay in touch.

The plan is to stay here for a week, waiting on the autopilot ordered a few days ago. So I have also the time to clean, organize and do all the small things I haven’t yet had the time to do.

Once my place found, the hook dropped and stocked (it took me close to one hour…), I sit down, with a cold beer under the midday sun and realize. After all this work to arrive here, I’m a nomad on the water. By taking a look around me, I see my neighbors from the work yard just next to me, in the mooring field! Meeting almost everyday people from Indiantown, make the transition of the departure smoother.

Finally I can take time to do the things, but having so much worked for the past months, it isn’t possible to stay quite and do nothing. So I start to organize, the afternoon of my arrival, my treasure locker 😉 … filled with teak (marine wood very expensive 😁).

Feeling so good on the water, I didn’t wanted to make a landfall for the first 24 hours! A fish in her element 🐠

The first exploration of a unknown place to spot a safe dingy dock, the first landing, it’s the joy and the excitement of discovering new places. Once I am on land, I realize I forgot to take shoes 😂😂 whatever, I’m not going hiking, so I just go on and walk bare foot on the warm concrete, who acts like a foot massage.

Discovering of the city part next to my anchorage, I’m on the road of the shopping center! Going up to the close bridge and having a nice view of my beautiful Nostromo, proudly anchored and ready to take off for new adventures. On my way back, a gentleman who speak Spanish, was surprised to see me bare foot, with the sun who warms up the concrete. Not a problem for me 😂👌

The projects keep going on, the days pass and finally my autopilot arrive! Some friends from Quebec brought it to me from Indiantown. The same afternoon, the installation is started, in the evening, the wheel is back, just have to do the electrical connections. I need a circuit breaker and waterproof connectors, so that means shopping tomorrow.

 

Autopilot installed, magnetic interferences check, everything is ready for the departure. For my last night in Stuart, a sailing and adventurous friend invited me for dinner. He pick me up with his Harley Davidson (my first ride on a Harley!!) and introduce me to his girlfriend, who has cooked a very yummy dinner for the occasion. Meeting with 2 artistic people, inspired, open minded.

After 3 months in a marina, making a lots of new friends and meeting new people almost everyday, it’s a little strange at the beginning, to be alone from one day to the next. But now I start to realize that it is my adventure, my project, my life. A normal feeling for most of the people you will tell, but when we have been for many years in a relationship who turned into a affective dependence, it is a return into oneself, into myself, for myself, from myself. One day at the time, and one foot after another.

And then it’s the departure!! The wind is a little more than the flat sea recommended to test the autopilot, but it isn’t a storm either!! And like the captain Ron said, what has to happen, will happen out there!!

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Les premiers pas sur l’eau

– 16 février 2018 ~ 24 février 2018 –

Une fois le tournant a 90 degrés passé, sortie de la marina et entrée sur la rivière, c’est un nouveau chapitre qui commence, voir un nouveau livre. Tout ce monde de marina et de travaux dont j’ai fait parti pendant presque 3 mois est maintenant derrière moi. Un nouveau départ est là, exactement là, sous mes pieds maintenant, un moment tellement attendu. Une petite appréhension aussi, seule pour la première fois sur mon bateau, sur cette rivière.

Les miles passent comme les heures, le soleil se rapproche de l’horizon pour bientôt disparaître derrière les arbres. Petit à petit je réalise… Je suis partie, seule, avec mon bateau, pour vivre de nouvelles découvertes et aventures. Une joie m’envahit alors, et je crie, chante et danse sur le pont, tout en naviguant. Si des personnes m’ont vu, ils ont très certainement dû me prendre pour une folle. Une folle heureuse oui! Et peut importe ce que les gens pensent, c’est ma vie et je l’aime!

L’écluse étant déjà fermée pour la nuit, je jette l’ancre dans le bassin juste devant. Le soleil se couche juste après, et de magnifiques couleurs inondent la calme rivière. La nature dans toute sa splendeur.

Première nuit dans le bateau sur l’eau, premier petit-déjeuner cuisiné dans mon bateau, première levée d’ancre, et première traversée de l’écluse seule. Des amis sont venus me voir. La traversée fût beaucoup plus facile que je ne le pensait, car seule, j’ai le contrôle de tout le bateau et il est plus facile de gérer les cordes de façon coordonnée.

Une fois descendu au niveau de la mer (environ 10 pieds/3 mètres), départ pour la suite du trajet, quelques miles supplémentaires pour arriver à Stuart, ville au bord de l’océan. J’en profite pour donner un peu de gas et dérouiller un peu le moteur, resté endormi un peu trop longtemps.

Grâce aux amis que je me suis fait à Indiantown, je sais exactement où aller m’ancrer pour être parfaitement positionnée, afin de descendre à terre facilement, d’être proche des différents magasins, et d’être bien protégée du vent et des vagues. Tant de nouveaux amis, si proches et si loin en même temps, heureusement de nos jours, grâce à internet, il est facile de garder le contact.

Le plan est de rester ici une semaine, en attendant l’autopilot commandé quelques jours auparavant. Ce qui me donne aussi le temps de faire les nettoyages, rangements et petits travaux que je n’ai pas encore eu le temps de faire.

 

Une fois ma place trouvée, l’ancre jetée et bien crochée (ce qui m’a pris pas loin d’une heure…), je m’assieds, avec une bière fraîche sous le soleil de midi et réalise. Après tout ces efforts pour en arriver là, je suis une nomade sur l’eau. En jetant un coup d’œil autour de moi, je remarque mes voisins de la zone de travail, juste à côté, dans la zone de bouées de la marina! Presque tous les jours, je rencontre des personnes connues de Indiantown, du coup la transition du départ se fait en douceur.

Enfin je peux prendre le temps de faire les choses, mais ayant tellement travaillé ces derniers mois, je ne peux rester tranquille sans rien faire. C’est ainsi donc que je commence à ranger/organiser, l’après-midi même de mon arrivée, mon coffre à trésor 😉 … rempli de teak (bois marin d’une grande valeur 😁).

Me sentant tellement bien sur l’eau, je n’ai pas voulu mettre pied à terre pendant les premières 24h! Un poisson dans son élément 🐠

La première exploration d’un endroit inconnu à la recherche d’un quai sécurisé pour le dingy, la première descente à terre, c’est la joie et l’excitation de découvrir de nouveaux horizons. Une fois amarrée, je met pied à terre et réalise que j ai oublié de prendre des chaussures 😂😂 peu importe, je ne vais pas aller faire une randonnée, je pars donc à pieds nus sur le béton chaud, qui me masse les pieds.

Découverte de la partie de Stuart juste à côté de mon point d’ancrage, je suis sur la rue de tous les magasins ! Un petit tour sur le pont pour observer mon beau Nostromo, fièrement ancré et prêt à partir pour de nouvelles aventures. Sur le chemin du retour, un monsieur parlant espagnol s’étonna de me voir pieds nus, avec le soleil qui chauffe le sol. Moi ça ne me dérange pas 😂👌

Les projets avancent, les jours passent et finalement mon autopilot arrive, grâce à des amis québécois d’Indiantown venus me l’apporter. L’après-midi même commence l’installation, le soir la roue est remontée. Il reste à faire les connections électriques, mais j’ai besoin d’un coupe-circuit et de connecteurs résistant à l’eau, donc un tour au magasin s’impose le lendemain.

Autopilot installé, contrôle des interférences magnétiques ok, tout est prêt pour le départ. Pour mon dernier soir à Stuart, un ami navigateur et aventurier, m’invite à souper, il m’emmène sur sa Harley Davidson (mon premier tour en Harley !!) et me présente à sa copine qui a préparé un délicieux repas pour l’occasion. Rencontre avec deux personnes artistiques, inspirées et ouverte d’esprit.

Après 3 mois en marina à me faire plein de nouveaux amis et rencontrer de nouvelles personnes quasi tous les jours, ça fait un peu bizarre au début de se retrouver seule du jour au lendemain. Mais là je commence à réaliser que c’est mon aventure, mon projet, ma vie. Un sentiment normal pour la plupart me direz-vous, mais quand on a été pendant plusieurs années dans une relation qui a déviée en dépendance affective, il s’agit d’un retour en soi, en moi, pour moi, de moi. Un jour après l’autre, et un pied après l’autre.

Et puis c’est le jour du départ !! Les vents sont un peu plus fort que « le calme plat » recommandé pour tester l’auto pilote mais qu’importe, ce n’est pas une tempête non plus!! Et comme disait le captain Ron, ce qui doit se passer, se passera là-bas !!

Indiantownmarina

Indiantownmarina: the place of endless work and endless friendships

arrived the 21 November 2017, moved in the work yard on the 1 December, splashed and departed the 16 February 2018 –

Once in the work yard, the serious stuffs begging. Like I said in the past article, the biggest part of the work will be done in 3 main projects:

– The deck:

After preparation, the teak of the back deck was removed (will be use for interior work, later). The front and both sides are sanded. Then I have done a coat of fiberglass overall and 2 coats of nonskid paint.

– The masts:

Both masts came down. Two sanding days later, I have fixed the holes from the dear birds woodpeckers with some wood filler epoxy, then 2 coats of penetrating epoxy and a lots of coats of varnish. The 4 first are made with Cetol Marine Natural Teak, and the rest (10 coats I think) with Captain Varnish from Petit, for the highly glossy effect.

All of this after removing many of the hardware from the masts, to make a easier working access, and also check every inches of cables and lines. A line, 2 rigging, a LED bulb are changed and a protection for the electrical cable is added (protection of the sun).

The beams are sanded and varnished, 15 coats, with some sanding between the coats to make a flat finish, but not between every coat, because that diminish the total thickness, who protect the wood.

– The topeside

Before redoing the painting of the top side, I wanted to open a small part to see what’s happen under, because I have felt some soft spots. And there, surprise… the core wood is all rotten. The wood become dust just by hand. Bigger opening around and it appears that it isn’t just a spot, it’s the all surface who is like that. So this means a lots more work than what I thought.

The topside has a complete lifting. Cutting the top coat of fiberglass, renewing the core wood, closing the fiberglass, fixing it, painting, in a very resume way.

For the « small »projects, it was:

– new bilge pump
– new floating switch for the other one
– changing all the light in the boat for LED (sometimes just the bulb, sometimes the all lamp)
– one new piece of wood to hold the floor (the old one had a big crack)
– removing the old freshwater pump with all the junk cables, and installing a new one with new cables
– fixing the steering wheel (she get out sometimes, not very good during navigation)
– redoing one leaking hatch
– 4 new pieces of teak around the mast
– new cushions inside (a few, not all)
– making the opening to let the water running out of the deck lower
– bottom paint
– servicing a winch
– shopping to be self sufficient in non perishable stuffs for many months
– transforming a project boat in a live aboard boat
– installing an autopilot (anchored, a week after leaving the marina)

For the work on the engine:

– taking out and cleaning the heat exchanger
– changing the coolant
– new « facet » to drain the coolant + new part to hold the heat exchanger
– installing a new glow plug
– new starter
– cleaning all the electrical connections on the engine
– changing oil and filter
– changing fuel filter and pre filter (on the road, a few weeks later)

All those works done in 2 and a half months, waking up at the sunrise, or a little later the after party days(…) From Monday until Sunday, 8 a.m. until 5 p.m., under the sun, the rain, the warm or the cold.

Next to this, I have met a lots of new people, very friendly and inspiring, ready to give a hand, support, encourage, give advices,…

Everyday or almost, there is the famous 5 to 7. Yes because the boat people work a lot to repair, maintain and upgrade their boat (only those who have a lots of money don’t belong to this category, but they also don’t belong to this marina). The 5 to 7 is a time to relax, meet people, laugh, and sharing happiness, pain and experiences. It is the comfort after the effort. Then everyone go to have dinner and enjoy the evening.

Often there is party events, organized by small group of people in the marina, themes dinners, restaurants,… A lots of animations and meetings in Indiantown.

There is also a less funny side but as much important, having to deal with the unexpected events. More work than excepted, fact almost normal with a boat, and that brings two points: the time and the money.

More working time isn’t really a big deal because I don’t have an obligation to go back somewhere. But after a few months, seeing the friends leaving one after another and doesn’t see the end of the work, become a little frustrating, but that’s manageable. On the other hand, the end of my stay (visa with a 6 months max stay) and the beginning of the hurricanes season, are fixed and non negotiable.

On the financial level, the works I have done coasted me in materials, but that was kind of included in the budget. But the longer working time make a longer stay in the work yard. And the raise of 50% of this price was not at all expected, until I get to pay the bill after the first working month.

And so it’s with a big happiness that I left (finally) he marina to go sail in new places, but also with a very sad feeling, to let so many people who have me deeply affected and marked by their friendship, kindness,support,help, encouragement and simply by being there around me at some times where I had, maybe without really realizing it by the time, most needed it. 1000 thank you all of you!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Indiantown marina : là où les travaux ne finissent jamais, tout comme l’amitié

– arrivée le 21 novembre 2017, déplacée dans la zone de travail le 1er décembre, mise à l’eau et partie le 16 février 2018 –

Une fois dans la zone de travail, les choses sérieuses commencent. Comme je l’ai dit dans l’article précédant, le gros des travaux va se faire dans 3 projets principaux :

– Le pont:

Après préparation, la partie arrière s’est vu enlevé le teak (conservé pour des réparations intérieur ultérieurs). Les parties avant et côtés sont poncées. Puis le tout à reçu une couche de fibre de verre et 2 couches de peinture antidérapante.

– Les mâts

Les mâts descendus, 2 jours de ponçage plus tard, réparation des trous, dû aux chers oiseaux et leurs becs pointus, avec une epoxy pour bois, puis 2 couches d’époxy pénétrante, et beaucoup de couches de vernis. Les 4 premières couches sont faites avec du Cetol Marine Natural Teak, puis le reste (10 couches, je crois) avec du Captain Varnish de Petit.

Tout ceci après avoir enlevé bien des éléments sur les mâts pour simplifier le passage, ainsi que contrôler chaque centimètre de câbles et cordes. Une corde, 2 haubans, une ampoule LED sont changés et une gaine de protection des câbles électriques est installée (protection du soleil).

Les baumes sont poncées et vernis, 15 couches au total, avec quelques ponçages entre les couches pour un fini plat, mais pas entre toutes les couches car cela réduit l’épaisseur finale, qui va protéger le bois.

– Le desssus de cabine

Avant de refaire la peinture du dessus de la cabine, je décide d’ouvrir un coin pour voir ce qui se cache dessous, sentant des endroits un peu mou. Et là, surprise… la couche de bois entre les couches de fibre de verre est totalement délaminée. Le bois s’effrite à la main. Ouverture plus grande autour de la zone et il s’avère que ce n’est pas local, c’est tout le toit de cabine qui est dans cet état. Ce qui signifie beaucoup plus de travail que prévu.

Le dessus de cabine a eu droit à un lifting complet. Découpage de la couche de fibre de verre supérieur, remplacement de la couche intermédiaire de bois, remise en place des couches supérieures, attachement solides de celles ci et peinture, en très résumé.

Pour les « petits » projets, il y a eu:

– installation d’une nouvelle pompe de cale
– remplacement du switch flottant de l’autre
– changement de toutes les lampes du bateau pour des LED (parfois juste l’ampoule, parfois toute la lampe)
– remplacement d’une poutre de bois soutenant le sol qui était fendu
– enlevé la vieille pompe à eau douce + tous le câblage et installation d’une nouvelle avec nouveaux câbles
– réparation sur la roue (elle se déboîtait, chose embêtante en pleine navigation)
– isolation et étanchéité d’une des fenêtre du dessus de cabine refaite
– nouveau 4 pilier en teak autour du mât principal
– nouveaux coussins à l’intérieur (une partie)
– agrandir les trous d’écoulement pour l’eau sur le deck
– anti fouling
– service d’un winch
– faire les provisions pour être autonome en produits non périssable pour plusieurs mois
– ranger afin de transformer un bateau-travail en bateau-habitation
– installation d’un autopilot (à l’ancrage, la semaine après avoir quitté la marina)

Puis au niveau du moteur:

– retirer puis nettoyer l’échangeur de chaleur
– changer le liquide de refroidissement
– nouveau « robinet » pour drainer le liquide de refroidissement + nouvelles caches pour maintenir l’échangeur de chaleur en place
– installation d’une nouvelle bougie
– nouveau démarreur
– nettoyage des connexions électriques sur le moteur
– changer huile + filtre
– changer pré filtre et filtre à essence (quelques semaines plus tard, sur la route)

Tout ce travail en deux mois et demi, me levant au levé du soleil, ou un peu plus tard certain lendemain de fêtes (…) Du lundi au dimanche, de 8h à 17h, sous le soleil, la pluie, le chaud ou le froid.

À côté de ça, j’ai rencontré énormément de nouvelles personnes, super sympa et inspirantes, prêtes à donner un coup de main, soutenir, encourager, donner des conseils,…

Tous les jours ou presque, il y a le fameux 5 à 7. Oui car les marins travaillent beaucoup pour entretenir et améliorer leur bateau (seul ceux qui ont beaucoup d’argent ne font pas partie de cette catégorie, mais ils ne font pas non plus partie de cette marina). Le 5 a 7 est un moment de détente, de rencontres, de rigolades, de joies, peines et aventures partagées. C’est le réconfort après l’effort. Puis chacun s’en va souper et profiter de sa soirée.

Régulièrement il y a des soirées organisées par de petits groupe de la marina, des soupers à thème, des sorties aux restos,… Beaucoup d’animations et plein de rencontres se font à Indiantown.

Il y a aussi le côté moins drôle mais tout autant présent de devoir gérer les événements imprévus. Les travaux sont plus lourds que prévu, fait quasi inévitable avec un bateau, et cela engendre deux points: le temps et l’argent.

Une rallonge au niveau du temps, ce n’est pas vraiment un problème étant donné que je n’ai pas de date obligatoire de retour. Mais après quelques mois, de voir les amis partir les uns après les autres et ne toujours pas voir la fin des travaux, cela devient un peu pesant, mais cela se gère. Par contre la fin de ma durée de séjour (visa avec séjour de 6 mois) et le début de la saison des ouragans doivent être pris en compte, ils sont fixes et non-négociables.

Au niveau financier, les travaux que j’ai entrepris m’ont coûtés en matériaux certe, mais cela était, en quelques sortes, prévu dans le budget. Par contre la rallonge de temps, engendre une rallonge de la durée en cale sèche. Et l’augmentation de 50% de ces prix n’était pas du tout attendue, jusqu’au moment d’aller payer la facture à la fin du premier mois de travail.

Et c’est donc avec joie que je quitte (enfin) la marina pour aller naviguer vers de nouveaux horizons, mais également avec un gros pincement au cœur, de laisser autant de personnes qui m’ont profondément émue et marquée par leur amitié, gentillesse, support, aide, encouragement et simplement par leur présence autour de moi dans des moments où j’en avais, peut-être sans vraiment le réaliser sur le moment, grand besoin. Milles merci à tous pour tout!!!

On the road again… Sur la route à nouveau

And here I am again!

 

New departure for Miami, the travel was good, more security check but everything was good. One night in Miami, first and last hotel room for a while. The fear of finding my boat wet make me leave the next morning.

But once arrived at the Indiantownmarina, oh surprise! My boat is dry and doesn’t smell the moisture!! So happy! So I had a beer on the deck and enjoy this moment of peaceful joy and admire my first sunset in the middle of the forest of masts surrounding me.

Deconection from this crazy stressful world in which I spent the last 9 months. Arriving in a world where the people around me works hard, but once it’s 5 p.m., relax and share the progress of their projects, as well as their past adventures. They meet and have some real humanity times.

A place where the people surrounding me make me feel good, like I’m on my way. My boat is my place, I’m feeling more at home, than in every appartement I have used to live, wherever the gps coordinates are.

But anyway, lots of work is waiting on me, finishing to fixe the leaks on my boat. And keep going the restoration of this antique beauty who get affected by the time that never stop running. Two possibilities: spend a year to restore my boat or set up the priorities and sail few months, making some level up, having good times, meeting new people and starting new projects.

So the goals for this season is to redone the top side, the front and sides deck, remove the back teak deck. Also redoing the varnish form the masts, getting really old. Some little work on the engine too, as well as some electricity check, lights, water pressure,…

After 10 days of preparation, removing stuffs, cleaning, buying products, the serious work can begin. Moving the boat in the work yard, with electricity and running water. All work is making much easier with the right tools, as precious time spared.

And meanwhile meeting many great peoples around with a lots of knowledges. We have a lots of fun, good meals, and happy hour almost everyday, with the gang of Quebec and other very cool sailors/campers.

Life is beautiful, we just have to enjoy the present, take the things as they come to us, don’t try to fight them. Staying open minded and having faith in the life, she know better than us what we really need right now to be able to grow up.

People around us are the mirror of ourself… Believe in your dreams, keep moving forward, and change what you have to, to have the life that you want.

I’m going to circumnavigate with my boat, and you, what’s your plan?

 

 

 

 

 

Et c’est reparti!

Nouveau départ pour Miami, le voyage s’est passé sans accro, les contrôles de sécurité se sont renforcés mais tout s’est bien passé. Une nuit à Miami dans un hôtel mais la peur de retrouver mon bateau dans un état humide me pousse à partir dès le lendemain matin.

Mais arrivé à la marina de Indiantown, oh surprise, mon bateau est sec et ne sent pas le moisi!! Quelle joie! J’en profite pour boire une bière sur le pont et profiter de ce moment de joie, de sérénité, et admirer mon premier coucher de soleil au milieu de la forêt de mâts qui m’entoure.

Une déconnexion de ce monde stressant, contraignant, et fatiguant dans lequel j’ai passé les 9 derniers mois. Une arrivée dans un monde où les gens qui m’entoure travaillent fort, mais arrivé 17h, se relaxent, rigolent et partagent les progrès de leur projets et leur aventures passées. Ils se rencontrent et partagent des moments forts d’humanité.

Un entourage où je me sens bien, comme à ma place. Mon bateau c’est mon chez moi, plus que tous les appartements où j’ai habité. Je m’y sens à la maison, peu importe les coordonnées GPS.

Malgré tout, de nombreux travaux m’attendent, pour finir de réparer les fuites d’eau et remettre en état tout ce qui s’est détérioré au fil des années. Deux possibilités : passé un an à restaurer mon bateau ou mettre les priorités et naviguer quelques mois, me faire de l’expérience, passer du bon temps, faire de nouvelles rencontres et commencer de nouveaux projets.

Les plans pour cette année sont donc de refaire le dessus de la cabine, le pont avant et de côté, et enlever le pont arrière en teck, pour le renforcer en fibre de verre. Également refaire le vernis des mâts en bois, âgé de plusieurs années. Quelques autres travaux sur le moteur et vérifier toute l’électricité, lumières, pompes,…

Après une dizaine de jours à préparer, démonter, nettoyer, et acheter les produits nécessaire, les travaux sérieux peuvent commencer. Déménagement dans la zone de travail, avec électricité et eau courante sur le bateau. Tout travail est grandement facilité avec les bons outils, ainsi que du temps précieusement économisé.

Et pendant ce temps là, rencontre de pleins de personnes très sympathiques, et compétentes, beaucoup de rigolades, bon repas et happy hour presque tout les jours, avec la troupe québécoise ou d’autres sympathiques navigateurs. De grandes journées de fête également pour Thanksgiving, Noël ou Nouvel-an, partiellement organisé par la marina, le reste par des gens motivés à passer du bon temps ensemble, dans la grande famille des navigateurs.

La vie est belle, il faut juste savoir apprécier le moment présent et accueillir les choses comme elles viennent, ne pas essayer de les combattre, rester ouvert et faire confiance à la vie, qui sait mieux que nous, ce dont nous avons besoin en l’instant présent.

Les gens autour de nous sont le miroir de qui nous sommes… Crois en tes rêves, avance, et fait les changements nécessaires pour vivre la vie que tu veux!

Moi je vais faire le tour du monde sur mon bateau, et toi quel est ton but?

 

Hello and welcome ou… bonjour et bienvenue!!

 

 

Hello everybody and welcome on my blog and his very first post!!

Traveling make us meet a lots of different peoples and cultures, as living extraordinary experiences. There’s no price for that and all the wealth of the world will never be able to buy it. Nobody neither nothing can take you that away because the memories are caved deep in your heart.

The only thing to do is going out and start somewhere!!

Traveling change the peoples as we say, and on my opinion, that’s absolutely true. The world is a wonderful place, made of beauty and wonder, but that you know it already.

But how starting to discover all this amazing planet? My adventure, started with a boat, a sailboat to be more exact. Started in 2012, this adventure has already evolved a lot.

The goal of this blog is to share my experience with you, with my beginning, my progress, and the next step 😉

 

 

Bonjour tout le monde et bienvenue sur mon blog et son tout premier article!!

Voyager nous fait rencontrer plein de personnes et cultures différentes, tout comme vivre des expériences extraordinaires. Cela n’a aucun prix et toutes les richesses du monde ne pourront jamais se l’approprier. De plus, rien ni personne ne pourra jamais vous l’enlever, les souvenirs étant gravés au fond de votre cœur.

La seul chose à faire est de sortir de chez soi et de commencer à quelque part!

Les voyages transforment les gens dit le proverbe, et selon moi, c’est tout à fait vrai. Le monde est un merveilleux endroit, rempli de monts et merveilles, mais cela vous le savez sûrement déjà.

Mais comment partir à la découverte de tout cela? Mon expérience a été de partir avec un bateau, plus précisément un voilier. Commencée en 2012, cette aventure à déjà beaucoup évoluée.

Le but de ce blog est de partager avec vous mes débuts, mon avancée, et la suite 🙂