Berry island – Nassau – Glass Window, Eleuthera

 

From the Berry’s to Eleuthera 

 

~ 14 March 2018 – 17 March 2018 ~

 

After the incidents at the end of the travel in the Berry’s, the plan has changed and I decide to make a stop in Nassau, in 2 steps.

First priority, a dentist stop. By searching on the internet, I have realized that it’s pretty safe to go to the dentist here. There is so many tourists traveling in Nassau every day, it has to be some people with tooth emergency problems who need the safe American hygienic standards.

The second stop will be to fix the through hull of the speedometer. There is possibilities here to lift my boat out of the water, to change the broken piece. It’s one of the few places in the Bahamas where that’s possible.

At the first light of the day, I removed the anchor. Not long after I left, the sun shows up at the horizon, and his beautiful colors reflect on the flat water. It promise me a nice travel day for this crossing from the Berry to Nassau.

The fifty somethings miles crossing (about 60km) is done trouble free. Even if I was pretty scared to take water and sink in the middle of te way… Indeed every half hour, I was checking that the water intrusion isn’t growing bigger, and that my emergency plugs are nearby. As I see the problem isn’t coming bigger once Nostromo is underway, I feel a little safer.

The very light wind of the beginning allow me to do some motor-sailing. It make use way less diesel than with engine alone. A little noisy but the charm of my boat under sails make me forget this disagreement pretty fast. Especially once sitting on the front deck, the quietness is almost complete.

Around the middle of the way, I saw an OFNI, absolutely no idea about what it could have been 🤔 A little after, I saw some sailboat in the opposite direction. The wind then totally disappears, and the rest of the way is done only by engine.

Arriving close to the entrance of the Nassau Harbor, between New Providence and Paradise Island, I announce myself at the Nassau Harbor Control on the VHF. The purpose is to ask the permission to enter the Harbor, obligatory step over here. With all the traffic, it’s a lots of boats who are transiting here everyday. After having declined my boat’s name, registration number and arrival point, I receive the permission to come in.

The harbor of Nassau is sadly known for his very poor anchorage, overcrowded and not so safe. But having to go to the dentist, doesn’t know how I would be when going out, the security option was kind of my favorite by the time. I don’t really want to go search for my boat who would have drift…. somewhere 😂

After having called the marina, I’m arriving there by the beginning of the afternoon. Two employees were there to help me to dock my boat. Doing a perfect dockage, they are surprised to see me. A young nice girl, sunglasses, hair in the wind, alone on a pirate boat, one of them asked if I’m a celebrity 😁😂🤣 of course! I’m a legend 😉 (we are all our own legend actually 😀) After spending almost 2 weeks by myself, that was a good joke, it made laugh as a hell and feeling good to be back in the civilization 🙃

It’s been over 3 weeks since the last fresh products shopping, so I was very happy to try the supermarket next to the marina, with even a Starbucks 😳😃 and his 5G internet 👌 All kind of  fresh fruits and vegetables, fish, bread, cheese you can dream about 😋 … More expensive than in Switzerland 😱

Nothing is free but it’s important to enjoy ourselves by eating good food as much as we can, even if logistically it isn’t always easy 😂 because in the end, we are what we eat 👈

The hardest part of the day passed, I sit confortable on my front deck. Taking the late afternoon sun with a cocktail. Two young men passed by and we start to talk. They are reporters for Geo, and one of them ask me if can film me on my boat and asking me a few questions. So I gave a small interview about travel and dreams.

So funny experience!! Totally not expecting that, I was so surprised that I forgot to ask about a contact so I could see the movie if it’s going to be published somewhere 🤣

Once those guys left, I saw a friend’s boat not far from me, who belong to a couple from Quebec that I had met in Indiantown. He gave me a lots of advice about the fiberglass, non-skid painting and other tricks. His wife had to leave earlier than expected back home.

Then another couple of Quebec friends appeared, and we meet all. Appointment is made on the next day for some small work after the dentist, so they can give me their opinion on my through hull who’s leaking. 

Still taking painkillers, I went for a good sleep, not so deep because I was a little stress (dentist isn’t really my best friend…)

And then one of the biggest day of my travel started 😂

Waking up with a clock for once, I’m asking for a taxi cab at the reception, but no one is available. So I try to see if I can take one at the commercial center, but no. Seeing a bus passing by on the one way drive… Against direction I’m going to 🙄🤔 he stops, I jump in, ask the driver if he’s going to town, yes but he is going to make the tour before. Ok for me, I don’t really have stress and the island isn’t that big, I thought…

The buses of New Providence are old ones with a lateral door who open/close only by hand. The bus stops are made of a metallic sign with a number but no schedule. To get out of the bus, one have to say « bus stop » and the driver is then going to stop at the next stop. 

The price of the ticket is 1,25$, for as many stop as you want, for kids, it’s the half of the price. It’s to pay to the driver when you get out of the bus, with the exact change. The kids take the bus to go to the school, as many locals adults to go to the work. Being the only tourist in the bus, I felt a little strange 😂 but it’s what we call an immersion in the local life, one of the reason why I travel like that.

The tour of the island was far longer than excepted, because of all the stops and the circulation. It bring me up to the jail of Nassau, and almost circles it.

The jail of Nassau.

Very similar of the Swiss jails (from the outside), with high walls, barbed wires, concrete buildings of many floors, security entrees,… it’s the only jail of the Bahamas. All the criminals from all the islands are put in jail here for a certain amount of time. When the time is over, they can go out. But without money, without work, without nothing. So most of them stay living in Nassau and make the criminality higher that it would normally be, because they have nothing else to do as crime to survive.  And the vicious circle keep going.

Nassau is the only city/island where we have to watch for our security in the Bahamas. Don’t go out after 18h, don’t provocate by walking with gold chain or luxury watch. The doors of the stores are close and by coming by, the employee next to the register open the door, after having taking a look at who is there.

Crossing the bridge who connect New Providence (Nassau) and Paradise Island, the contrast is real. On one side, a dirty Nassau, grey, full of trash and not very safe. On the other side, the paradise of the luxury hotel and marina, clean, full of beautiful trees and plants next to the road, many tourists commercial center, all nice, all smiling.

At the beginning of the bridge, New Providence side, there is a lots of little colorful shakes, where the fishermen bring their catches. It’s possible to buy some fresh fish/seafood there, but also to eat some very good food made of fresh catches in a local rustic, colorful, musical and friendly atmosphere.

After having done the tour of the island with the bus, about 1h30 later, I finally arrive at destination, and find the dentist. From the outside, the first impression is positive, the door close, to be opened by the employee looks like all the store on the island. Once inside, a very friendly staff, efficient and very professional.

Politely I excuse myself to be late because of my touristic tour of the island 😉 then I fill up a form about health and desire of treatment. They took me then immediately in charge.

A radiographie with a (brand new?) machine, security steps for the employees and me, hygienic. Picture on a computer, a few questions and the diagnostic appear. A tooth, who was broken and repaired back in the time, has broken more, and the brake is going up to the nerve, from where I get this horrible pain who woke me up in the night.

For the treatment, 2 choices: a root canal, or remove the tooth. The first option consists to do a hole in the tooth, where the nerve is, taking it out, disinfect and colmate the hole. It a way of killing a tooth without having to remove it. The molars having many nerves, means the same operation must have to be redone, on a different day. Price: about 800$, 2e option: 150$, not necessary to come back. My choice was a pretty easy one 😂 I thought would have been fixable, but no, there is a too big risk of infection if I just repair it… Just had to accept the shock of losing a tooth 😢

A new not so funny experience in Nassau. But at the same time, it’s the best place where it could has happened. Everything happens for the right reason, at the right time 😉

The way back to the marina was luckily way more easy, and few minutes later I was back at the marina. Once on my boat, I realized.

This pain has brought a tooth extraction. No suture, old fashioned, pirate mode. Make a blood clot, and not removing it, because it will help to cure. Don’t spit, don’t wash teeth, don’t drink with a straw for 24h. Rinse the mouth with warm hyper saline water, no alcohol drink/alcoholic mouthwash for a week. Antibiotic for 3 days, (strong) painkillers for a week (daytime), not being able to eat really hard stuff (meat, hard pasta,…) for weeks.

The life can change so fast, without having a clue of it, it’s gone.

The reality come back at the surface and the hungry arrive, as I haven’t eat in the morning. The perfect meal appear: a Swiss cheese fondue with a French baguette, soft bread of course 😁 It isn’t the real Swiss fondue, that’s not a surprise, but it feel good to eat something who fill up an empty stomach.

In the afternoon, my Canadian friends came over and we watched this leaking through hull. On their point of view of older salty sailors, it’s not moving/loose and doesn’t look  like broken so it will be ok until I get back to a marina in a few months to haul out for the hurricane season. There’s no hurry to get the boat out of the water here. Nassau was built on a island where the piracy have a long and glorious history. So no wonder that the people living here now, aren’t going to have any doubt to make me pay the full price, or even more, as the pirate blood run into their veins ☠️

Feeling much more confortable to hear this logic explanation, I felt safer to go sleep.

The engine of Nostromo also has a little hard time to start, it use way to much battery. While laughing, disassembling and learning, we found together, how to disengage the speed and so being able to change the RPM without moving the boat. 😁 And so we adjust it. With a manual way to count the RPM, we realized that the needle meter doesn’t work right, underestimating greatly the right number… Like what we discover everyday day new things on our boat 😉

The pre fuel  filter is also changed, the only one I didn’t change until now, but by doing this, we realized that the container isn’t as full as it should be. Sign that somewhere, something empty this reserve when the engine isn’t turned on during the night.

Once full, the engine starts directly, with just a little rpm to help.

Then it’s 5 a’clock, the time of a little apero to celebrate a good day of work, laugh and share a few of our travels.

The next day, both Canadian boats are leaving, to cross back to Florida before the next cold front. Taking my time and enjoying the confort of the marina, I leave also my spot during this beautiful day. The employees of the marina, very professional, gave me good advice to help me to get out of the sleep and the current (around 2kn) without damage.

My mouth getting slowly but surely better, and Nostromo fixed (for now, it’s a boat 😜), I took small vacation on a beautiful island, who’s called Rose Island, just next to Nassau. On the north side of the island, an anchorage protected by corals reefs, with a beautiful gin clear water, and a wonderful white sand beach.

A lots of boats, mainly with tourists, pass by one after another, some staying longer than other. Many people are snorkeling on the reefs, but I didn’t feel good enough to follow them.

The beach and the island being wonderful, that’s enough for my pleasure, it will have many other diving possibilities along the way 😊

Having 2 days before the next cold front, I left the next morning for a long navigation day, who brought me up to Eluthera.

At the first dusk lights, I remove the hook and get out of this reef garden, set sail in direction of the Fleming Channel, and then the Glass Window.

The wind is very light and disappeared totally by the middle of the day. It has been a motor-(sailing) day. The fishing lines behind the boat weren’t successful, but the most important is to try 😜

The day has been quite, calm, long and hot. Didn’t saw many boat underway, but this quietness was very appreciated, because I wasn’t still feeling so good. Luckily I had enough painkillers. It wasn’t infected but it was inflamed, because she had to put a lot of strength and pressure to take it away.

Arrived at the Fleming Chanel, the “wind” was against the tide current, making a very clear separation line. A flat water followed by small waves. The conditions are very calm, so it was a beautiful show, but if the wind would have been stronger, it would have been really less comfortable.

Once over with this passage, I arrived on the bank, the shallow water who are more blue than blue. The floor was totally visible because it was flat calm. I saw all the sea stars, grasses and other garbages. Some dolphins came along for a little while, saying hi and welcome in the paradise. 

My camera wasn’t far away, so I took it but accidentally start to film on the deck and arriving in the front, I stop instead of starting the movie… 🤦‍♀️ and they are gone before I had time to start again a new move 🤷‍♀️🤣

A little further, a lobster boat with some dingy around. Suddenly once of them made a half turn, coming straight to me. On board, 2 young people asked me if I have cold beer or cigarettes, they say me they are here for many weeks and didn’t have nothing more. They aren’t going home soon.

But I didn’t made any provision of this kind because of my mouth, who doesn’t allow me to drink. Only for fresh food I made full shopping. Oh yes and by the way, I have quite smoking the 1. January, so no cigarettes on Nostromo 😅😇

The sun is slowly going down, the Glass Window appears far away.

The Glass Window 

It’s he most narrow spot of the Eleuthera island. A very long island, 180km long for about 2km wide at the most.

Once, a natural bridge was here, from where we can see the both side of the island at the same time. On one side, a deep blue and confuse water from the Atlantic Ocean and on the other side, a turquoise quite water of the bank. A beautiful opposite who can be seen from the top of a rocky hill.

The natural bridge was removed by the furry of the nature, because of all the tropical storms who affect the Bahamas 6 months per years. Redone many times, this bridge connect the north and south of the island.

One of the most beautiful places in the Bahamas (yes I know there’s a lots of beautiful places here 😂) and a must see for all the people who are going through this area once in the life.

The view from my boat looks like seeing the ocean through a window.

The day is going to the end, I found a nice little anchorage close to a private beach.

Here I’m, starting to explore the longest island of the Bahamas, many new adventures are waiting on me, and you, who read the story of my life 😃👍🍀☀️⛵️⚓️

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Des Berry à Eleuthera 

 

~ 14 mars 2018 – 17 mars 2018 ~

 

Suite à mes divers imprévus à la fin de la traversée des Berry, le plan change et je décide de faire une pause impromptue à Nassau, avec 2 arrêts au programme.

Le plus urgent, un arrêt dentiste. En cherchant un peu sur le net, je me rendis compte qu’il est sûr d’aller chez un dentiste ici. Avec tous les touristes passants par là chaque jour, il y a forcément d’autres personnes avec des problèmes de dents urgents, qui ont besoin de standards hygiéniques sécurisants américains.

Le deuxième arrêt sera pour réparer le passe coque de l’appareil qui mesure la vitesse. Il y a en effet des possibilités de sortir le bateau de l’eau ici, afin de changer la pièce abîmée. C’est une des rares places dans les Bahamas où cela est possible.

Aux premières lueurs du jour, je lève l’ancre. Peut après mon départ, le soleil pointe son nez à l’horizon, et ses splendides couleurs se reflètent dans les eaux calmes. Ce qui me promet une très belle journée de navigation pour cette traversée, depuis les Berry jusqu’à Nassau. 

La traversée, d’un petit 50 miles (env. 60km) se fait sans encombre, malgré ma peur de prendre l’eau et de couler au milieu de la traversée. En effet toutes les demi-heures je passe vérifier que la fuite ne s’agrandit pas et vérifier que mes plugs d’urgence sont bien prêt à côté. Voyant que la fuite ne s’agrandit pas une fois Nostromo en mouvement, je me sens un peu rassurée.

Le très léger vent du départ me permet de combiner voiles et moteur, ce qui économise beaucoup de diesel. Même si cela reste un peu bruyant, le charme de mon bateau sous voile me fait vite oublier ce petit désagrément. Spécialement une fois assise sur le pont avant, le calme est quasi complet.

Vers le milieu du passage, je vois un OFNI, aucune idée de qu’est ce que ça peut bien être 🤔 Le vent tombe ensuite complètement, et le reste du trajet se fait au moteur seul. 

Arrivant à l’entrée du canal entre New Providence et Paradise Island, je m’annonce au Nassau Harbor Control sur la VHF. Le but étant de demander la permission d’entrer dans le port, étape obligatoire ici. Après avoir décliné le nom, l’immatriculation de mon bateau et mon point de chute, la permission d’entrée m’est accordée.

La région de Nassau est tristement célèbre pour ses zones d’ancrages plus que douteuses, surpeuplées et qui craignent (un peu) niveau sécurité. Mais devant aller chez le dentiste, ne sachant dans quel état je serais en ressortant, l’option sécurité me tenta le plus. Je n’ai pas vraiment envie d’aller récupérer mon bateau qui a dérivé… quelque part 😂

Arrivée à la marina en début d’après-midi après avoir avertit de mon arrivée par téléphone, 2 employés m’attendent pour me guider et m’aider à accoster. Faisant un dockage parfait, ils sont surpris de me voir. Une jolie jeune fille, lunettes de soleil, cheveux au vent, seule sur un bateau pirate, l’un d’eux me demande si je suis une célébrité 😁😂🤣 Bien sûr ! Je suis une légende 😉 (on est tous notre propre légende par ailleurs 😀) Après avoir passé 2 semaines quasiment seule, ça m’a bien fait rigoler, et plaisir d’être de retour dans la civilisation 🙃 

N’ayant pas de produits frais a acheter depuis 3 bonnes semaines, je me fis ensuite un plaisir d’aller tester le super centre commerciale juste à côté de la marina, avec même un Starbucks 😳😃 et son internet 5G 👌Tous les fruits et légumes frais imaginables, viandes, poissons, pains, fromages à disposition 😋 … Supérieur aux prix Suisses 😱

Rien n’est gratuit mais il est important de se faire plaisir en mangeant de bon aliments le plus souvent possible, même si logistiquement, c’est pas toujours facile 😂 Car à la fin, on est ce qu’on mange 👈 

Le plus dur de la journée passé, je me pose confortablement sur le pont de mon bateau, profitant du soleil de fin de journée avec un cocktail. Deux jeunes hommes passent sur le ponton et on commence à discuter. Ils sont reportaires pour Geo, et un me demande s’il peut me filmer avec mon bateau, en me posant 2-3 questions, concernant les voyages et rêves.

Drôle d’expérience, totalement imprévue, prise de court, j’en oublier de demander un contact afin de voir une vidéo si ça sort à quelque part 🤣

Une fois ces gens partis, je remarque un bateau non loin de moi, qui appartient à un couple de québécois rencontré à Indiantown. Lui m’avait donné un cours très utile sur la fibre de verre, la peinture antidérapante et autres astuces. Sa blonde (comme on le dit en québécois 😉) a dû rentrer plus tôt que prévu au pays.

Puis un autre couple de québécois apparait, et on se rencontre tous. Rendez-vous fixé au lendemain pour quelques petits travaux, après le dentiste, afin qu’ils viennent me donner leur avis sur mon passe coque qui fuit.

Toujours en prenant des antidouleurs, un gros dodo, assez moyen car un peu stressé, m’attendait.

Et puis un des grands jours de mon voyage commence 😂

Réveillé par un réveil, une fois n’est pas coutume, je vais demandé un taxi à la marina, afin de me rendre chez le dentiste, mais aucun n’est disponible. J’essaye alors d’aller au centre commercial voir si j’en trouve un, rien. Voyant passer un bus sur la rue à sens unique, direction… contraire à là où je vais 🙄🤔 il s’arrête, je monte, demande au chauffeur si il va en ville, oui il y va mais fait le tour avant. Ok pour moi, je n’ai pas vraiment de stress et l’île n’est pas si grande, me dis-je.

Les bus de New Providence sont de vieux bus, dont l’unique porte latéral ne se ferme plus, sauf en tirant dessus manuellement. Les arrêts de bus sont constitués de panneaux métalliques avec un numéro de bus, mais pas d’horaires. Pour descendre du bus, il faut dire au chauffeur “bus stop”, ainsi il va s’arrêter à l’arrêt suivant. 

Le prix de la courses est de 1,25$, peut importe le nombre d’arrêt, pour les enfants il est réduit de moitié. À payer au chauffeur en descendant, en ayant la monnaie exacte. Les enfants prennent le bus pour aller à l’école, tout comme beaucoup de locaux adultes pour aller travailler. Seule touriste dans le bus, je me suis sentie un peu  bizarre 😂 mais c’est ce que l’on appelle une immersion dans la vie locale, un des pourquoi je voyage ainsi.

Le tour de l’île dura beaucoup plus longtemps que prévu, de par tous les arrêts et la circulation. Il m’emmena jusqu’à la prison de Nassau, en a presque fait le tour. 

La prison de Nassau.

Digne d’une prison suisse (vue de l’extérieur), avec murs hauts, barbelés, bâtiments en béton de plusieurs étages, portails sécurisés,… elle est la seule prison des Bahamas. Tout les criminels provenant de toutes les îles sont enfermés ici, pour une certaine durée. À la fin de leur peine, ils sont relâchés, sans argent, ni travail, ni rien. Du coup, la grande majorité de ces gens, s’installent à Nassau et augmentent ainsi très fortement les statistiques de la criminalité de l’île. Et c’est ainsi que le cercle vicieux s’installe et continue.

Nassau est la seule ville/île où il faut faire attention à sa sécurité. Ne pas se promener le soir dehors après 18h, ne pas provoquer en se promenant avec une chaîne en or ou une montre de luxe au poignet. Les portes des magasins sont fermés à clefs et en arrivant devant un magasin, l’employé vers la caisse ouvre la porte pour chaque client, après avoir vérifié d’un coup d’œil qui se trouve devant la porte.

Traversant le pont qui relie New Providence (Nassau) et Paradise Island, le contraste est frappant. D’un côté, un Nassau sale, gris, plein de déchets et pas très rassurant, et de l’autre, le paradis des hôtels et marinas de luxe, propre, plein de beaux arbres et plantes aux abords directs de la route, magasins pour touristes genre centre commercial, tout beau, tout sourire.

Au début du pont côté New Providence, il y a plein de petites cabanes colorées, là où les pêcheurs locaux amènent leurs prises. Il est possible d’en acheter ou de déguster de très bon plats à base de produits de première fraîcheur, dans une ambiance locale, rustique, colorée, musicale et amicale.

Après avoir fait le tour de l’île en bus, 1h30 plus tard, j’arrive enfin à destination, et je trouve le cabinet du dentiste. En le voyant de l’extérieur, la première impression est rassurante, la porte fermée et à ouvrir par les employés ressemble à tout les magasins de l’île. Une fois dedans, un personnel amical, efficace et très professionnel. 

Poliment je m’excuse de mon retard dû à ma visite touristique de l’île 😉 puis rempli un questionnaire santé et désir de traitement. Ils me prennent ensuite immédiatement en charge. 

Une radiographie avec un appareil dernier cri, mesures de sécurité pour le personnel et pour moi, hygiénique. Image sur ordinateur, quelques questions et le diagnostic tombe. Une dent, qui avait été cassée et réparée par le passé, s’est cassée encore un peut plus et la cassure a mis à nue le nerf de la dent, d’où les douleurs insupportables, qui réveillent la nuit.

Pour le traitement, 2 choix: traitement de racine, ou arracher la dent. La première option consiste à faire un trou dans la dent, où se trouve le nerf, le sortir, désinfecter et boucher. C’est une façon de tuer une dent en la laissant en place. Les molaires ayant plusieurs nerfs/canaux, il faut faire plusieurs fois la même opération, à un jour différent. Pris: 800$, 2e option: 150$, pas besoin de revenir plusieurs fois. Après le choc de devoir perdre une dent, que je pensais réparable, mais non, il y a un trop grand risque d’infection si je la répare seulement… Mon choix s’est très vite fait 😂

Une nouvelle expérience pas très agréable à Nassau. Mais en même temps, il n’y aurait pas pu avoir de meilleur endroit pour que cela se passe. Tout se passe pour une bonne raison, au bon moment 😉

Le retour fût heureusement beaucoup plus facile. Quelques minutes plus tard, je suis de retour à la marina. Sur mon bateau, je réalise. 

Cette douleur, a conduit à un arrachage de dent. Pas de fils pour fermer, à l’ancienne, mode pirate. Créer un caillot de sang dans le trou, et ne pas le faire partir, car il va contribué à la cicatrisation. Ne pas cracher, ne pas se brosser les dents, ne pas boire avec une paille, pendant 24h. Rincer la bouche avec eau chaude hyper salée, pas d’alcool/bain de bouche contenant de l’alcool pendant 1 semaine. Antibio 3 jours, antidouleur pendant 1 semaine la journée, ne pas pouvoir manger de vraiment dur (viande, pâtes dures,…) pendant plusieurs semaines. 

La vie peut changer tellement subitement, sans que l’on ne se doute de rien.

Retrouvant mes esprits peu à peu, la faim me rattrape, et le repas parfait me sauta aux yeux: une fondue suisse avec une baguette parisienne, de pain mou 😁 Ce n’est pas la vraie fondue suisse, ça on le devine, mais ça fait du bien de manger quelque chose qui remplit.

L’après-midi, mes amis canadiens viennent sur mon bateau et on regarde ensemble ce passe coque qui fuit. Selon leur avis de marins expérimentés, le fait qu’il n’y ait pas de jeu, qu’il ne bouge pas, et n’a pas l’air trop endommagé, le rende sûr jusqu’à mon retour dans une marina pour la saison cyclonique. Il n’y a pas d’urgence à sortir de l’eau et changer. D’autant plus que Nassau a été bâti sur une île où la piraterie a eu une longue histoire et de nombreux jours de gloire. Les gens ici ne vont pas hésiter à arnaquer en fixant des prix exorbitants, tel les descendants de pirates qu’ils sont ☠️

Étant grandement rassuré par cette explication logique, un soulagement me rempli. 

Le moteur de Nostromo a également de la peine à démarrer, et ça utilise (beaucoup) trop les batteries. À grand coup de rigolades, de démontage, et d’apprentissage, nous trouvons, ensemble, comment désengager la vitesse afin de monter les rpm du moteur, sans faire bouger le bateau. De plus, ils m’aident à ajuster les rpm. Grâce à une méthode de comptage manuel, on remarque que le compteur à aiguille sur l’écran, sous estime grandement le nombre réel de rotations par minutes… Comme quoi on découvre tout les jours un peu plus sur son bateau 😉 

Le pré filtre à diesel est aussi changé, le seul à ne pas avoir été changé, et là, on remarque que le réservoir où il se trouve n’est pas totalement plein comme il le devrait. Signe que quelque chose, quelque part, vide ce réservoir quand le moteur n’est pas allumé pendant la nuit.

Puis le moteur par directement, avec un petit peu de rpm supplémentaires.

Puis c’est 5h, l’heure d’un petit apéro pour célébrer cette bonne journée, rigoler, et partager un peu de nos voyages. 

Le lendemain, les 2 bateaux québécois partent, direction la Floride, avant le prochaine front froid. Prenant mon temps et profitant du confort de la marina, je quitte également ma place en cette magnifique journée. Les employés de la marina, très professionnel, me donnèrent de très bon conseils pour m’aider à sortir sans encombre de cette place un peu serrée avec un courant fort d’environ 2 kn. 

Ma bouche se remettant gentiment mais sûrement, mes problèmes de bateaux résolus (pour le moment, c’est un bateau 😜), je pris de petites vacances sur une île magnifique, qui s’appelle Rose Island, juste à côté de Nassau. Du côté nord de l’île, un ancrage protégé par des récifs de corails, avec une eau magnifique et une plage sublime de sable fin blanc.

Beaucoup de bateaux, promenant des touristes, défilent les uns après les autres. Plein de personnes plongent sur les coraux qui sont là, mais avec ma bouche toujours bien enflée et douloureuse, je préfère éviter le contact avec l’eau salée et pas forcément propre… 

La plage et l’île étant magnifique, cela suffit à mon bonheur, il y aura bien d’autres possibilités de plonger 😊

Ayant 2 jours devant moi avant le prochain front froid, je parti le jour d’après pour une longue journée de naviguation, qui va m’emmener jusqu’à Eleuthera.

À peine les premières lueurs de jour sorties, je lève l’ancre et sors de ce jardin de coraux, puis mets les voiles en direction du canal Fleming, puis direction la Glass Window.

Le vent n’étant pas très fort, et devenant complètement absent à partir de la mi-journée, la plupart du trajet se fit au moteur. Les lignes de pêches, traînées derrières, ne furent pas très utiles…

La journée fut calme, plate, longue et chaude. Peu de bateaux à l’horizon, ce calme plat fut le bienvenue, surtout que ma dent en moins me fait toujours mal. Ce n’est pas infecté, mais enflammé et elle a du me l’arracher avec grande force et pression.

Arrivée au canal Fleming, le « vent » contraire au courant de la marée, provoquait une démarquation bien net. Une eau plate suivait les mini vaguelettes. Les conditions étant calmes, ce fut un magnifique spectacle, mais en effet si le vent avait rajouté son grain de sel, ça aurait été beaucoup plus sportif et moins agréable.

Une fois passé ce canal, j’arrivai sur le plateau peu profond, avec une eau magnifiquement bleue. Le sol était totalement visible du fait du calme plat. Je vis toutes les étoiles de mers, herbes et autres déchets au fond de l’eau. Un groupe de dauphins m’accompagne un moment, histoire de me souhaiter la bienvenue dans ce paradis.

Voulant prendre ma caméra pour les filmer, j’enclenchai le film en marchant sur le pont et quand j’arrive devant, au moment où je veux commencer le film, et ben je l’éteint… 🤦‍♀️ et les dauphins sont partis avant d’avoir le temps de recommencer une nouvelle vidéo 🤷‍♀️🤣

Un peu plus loin, un des bateaux de pêches aux homard de la région, avec ses navettes tournant autour. Soudain une de ces navette fait demi tour et vient droit dans ma direction. À bord, 2 jeunes me demande si je n’ai pas une bière fraîche ou des cigarettes, ils me disent être là depuis plusieurs semaines et que leur réserves sont vides, ils ne vont pas rentrer avant encore bien quelques jours.

Mais je n’ai pas de provisions, ma dentition ne me permettant ni de fumer ni de boire, je n’ai absolument pas fait de réserves à Nassau. Seulement des réserves de nourriture fraîche. Ah oui et en fait, j’ai arrêté de fumer le 1 janvier, donc pas de ciguarettes à bord de Nostromo 😅😇

Le soleil descent tranquillement, se rapprochant gentiment de l’horizon. La Glass Window apparaît au loin, et se rapproche de plus en plus. Une merveille de la nature. 

La Glass Window

Il s’agit de l’endroit le plus étroit de l’île d’Eluthera. Une île très longue, 180km de long pour environ 2 km de large au plus. 

Autrefois, un pont naturel reliait l’île à ce point là, d’où l’on peut observer les 2 côtés de l’île en même temps. D’un côté le bleu profond et agité de l’océan Atlantique, et de l’autre le bleu turquoise magnifique des eaux protégées du plateau. Un contraste magnifique, admirable depuis le sommet d’une colline de pierre. 

Ce pont naturel fut arraché par la furie des vagues consécutive aux tempêtes tropicales affectant les Bahamas, 6 mois par années. Reconstruit à plusieurs reprises, ce pont relie le nord et le sud de cette île. 

Un des plus beau endroit des Bahamas (oui je sais il y en à beaucoup des endroits magnifiques ici 😂) et un point touristique à admirer absolument pour tout ceux qui passe une fois dans leur vie là-bas.

La vue depuis le bateau, ressemble à voir l’océan par une fenêtre. 

Le jour se couche, je trouve un bel ancrage proche d’une plage privée, à quelques encablures de cette fameuse fenêtre de verre. 

Me voilà au point de départ de mon exploration de la plus longue île des Bahamas, plein de nouvelles aventures et découvertes à venir 😃👍🍀☀️⛵️⚓️

Berry Island – part 2 / partie 2

 

Berry Island, a hidden beauty of the Bahamas 

 

~ 2 March 2018 – 14 March 2018 ~

 

The beautiful long beach is calling me, so I prepare the dingy and go explore. A very fine white sand is surrounding the bay, together with a beautiful clear blue water, like on a post card. Walking around, I saw a restaurant, decided to make a little stop but he is closing. Sad. When I return the next day, I understood that they open early in the morning and not in the evening 😅

The wind pick up and turn like forecasted, a few big thunderstorms passed by, I observe them and think about my next move. The weather, the anchorage, I’m learning to plan my moves by myself, with my boat and my experience. We can learn the theory but then it has to be practiced to have the experience and even like that it’s never easy to choose. No decision is good or bad, but arrive a point, we have to choose before the situation become dangerous.

Taking advantage of this windy weather to scrap and sand my back wooden rail, a neighbor was going through the waves, coming to me. He is by himself for the first time since a few days and wasn’t able to start his engine. The wind and the waves were so that if his anchor drifted, he would land on the beach. Totally agree with him and the fact that he want to start his engine… After a battery problem, changing the fuel filter,… he had to bleed the injectors, typical operation where you need 2 pairs of arms.

Not being a pro of mechanical, I tried anyway to go helping him. Unfortunately without success. He wanted still to thanks me and gave me a nice piece of frozen fish. One of his battery being dead, it took too much energy to keep running the freezer…

The next morning, I raised the anchor and keep going southbound.

About 10 miles south of there, I saw a very nice little anchorage, so close to the shore but still with plenty of deep to anchor safely.

And so I had an island for myself.

Taking every morning a train overfilled, crossing the train station of the capital, taking a bus full of people still half sleepy on the way to work. And one day, waking up, taking your sailboat to move and being (willingly 😜) alone on a paradise island. On one side the Atlantic Ocean, strong, agitated, and one the other side, the shallow bank water, beautiful and quite. That makes a shock 😳

Once the first shock absorbe, I started to realize how lucky I am to have opened my eyes, and being strong enough to follow my dreams.

The worries are coming less important by themselves. Because the troubles only have the importance that you give them. And finally, every problem, is an opportunity to go on, to progress, to improve yourself. We generally didn’t realize the chance we have to have something, until this thing disappears. 

There’s a powerful energy in this place, and my experience was close to a meditation, a self reflection, a meeting with my real me and my real life. The life I decided to choose, not the one imposed to me by the capitalist modern society.

The duality of this place bump me in the face like the nose in the face, walking between the fine sand beach and the rocky sharp floor.

The life is made of duality: the confort, easy and the insatisfaction? Or the unknown, the difficulty and the joy? Getting lucky and having trouble, give and receive, work more and have less time, the yin and the yang, the white and the black, all has its opposite. It’s about taking a little of all to form a balance, your own balance.

 

Finally I meet myself, start to forgive, let it go, express myself, and have faith in the life. She will bring me where I have to be. At this point, a peace start to fill the big emptiness. Then I lay down on the beach and enjoy this peace, this loneliness that has been so good for me, that was needed.

The next morning I remove the hook, already, but the wind are turning and going to be strong for the next days, coming from a side I don’t have protection and pushing me on the beach in case of anchor troubles 🧐

A naviguation who should have been of 10-15 miles, but will finally be much more athletic than expected.

Once out of the anchorage, the wind start to pick up, the waves too. Going south, the waves, as the wind came from the east. After having hoisted all the sails, seeing the waves getting bigger, I choose to anticipate, take down the main sail, start the engine. In case of need, he is already running and warm.

Navigation is learning, and learned. I know the basement. But by myself on the boat, haven’t been navigate in open water for 2 years, I need a little adaptation time, to get self confident again. And the experiments combine with the mistakes, make the learning 😉

A big lesson hit me in the face. Quickly I realized that I can’t let me taken over by the fear. Because being by myself on board, no one is going to do what has to be done, reaction to the action, only me…

So I took my courage in my hands, luckily the autopilot is working good. After about 2 hours, arriving at the point where I wanted to anchor, the waves from over 1m (4ft) seems a little to big to try to get closer and into the intlet in safety.

Thinking about all the possibilities, I choose finally another anchorage, about 15 miles further south. It’s the beginning of the afternoon, the weather isn’t going to be worst neither change today, so it’s the safest option on my point of view.

Being still not very confident on my “moving a little too much” boat for my taste, 2 shots of whisky helped me. It’s warming up and give a little courage and I felt suddenly disappearing this fear (apprehension?) not really useful, more disturbing, and who try to fool me while thinking, while doesn’t allowing me to enjoy the present moment.

And so the second part of this travel was much more confortable physically and mentally. I keep going south, turning SW then W to make the round of the southern Berry and going to drop the anchor in a much more accessible place in the actual weather conditions (more protected too)

This small navigation was like a reminder shot of how to sail. Very interesting and also not really planed. I remember now that the downwind is much more comfortable than the side wind, but this last one give a faster speed. I still have to switch the sails more efficiently, to take the best advantage from the wind.

But I also remember that I have to not forget to make a knot at the end of the lines to adjust the front sails, on the port or starboard side, once they are into the pulleys… 

Indeed a change of direction and the line get out of the pulley and smash in the air, as the sail… hmmm…. How am I going to grab this line back 🤔 With a stick, I am able to grab the line but she is flapping all over with the wind, and i will keep some blue marks as a souvenirs for few days 😅

Arriving between Bird Cay and Chub Cay, I’m taking the entry then passage north until the old marina, closed (and/or destroyed), along the island.

The anchor dropped and fixed, I celebrated the end of this emotionally intense journey with a glass of wine and some pasta and tomatoes salsa and a good amount of Parmesan (sometimes, on a boat, we have very specific desire 👍😂)

The wind who come from the E today, is going to turn W and then N. A low pressure system is sliding from the USA to the Bahamas, typical winter weather of the area Florida-Bahamas.

The wind turn, the waves also, but ended up mixed from all directions. I stayed 3 days in this anchorage. Taking advantage of the good protection to plan the next leg, thinking about the next move. 

During those days, the wind picks up up to 30kn steady for a few hours, then reducing to about 20kn. This wind doesn’t really motivate me to make landfall on the small beach there. Instead I spend some time to clean and do some periodic checks of the boat.

And there I saw 2 things: my through hull fitting for the impeller of the speedometer is a little bit leaking. Hmmm… not a very good sign… Do I start to panic now or very soon? By myself, next to an island where there is only a few locals who are living, not really much around, is that that leak going to get bigger and sink the boat? Or is it going to hold until repair?

After absorbing the all humidity around and let it stay for half an hour, I saw again a few drops of water appearing. Having a rest of a big pack of marine sealant 4000 with me, I used it to fix temporarily, the time to find a better solution.

My second trouble is the hose who drain the grey water from the shower to the bilge, before being pumped overboard. He is in a state of advanced degradation, obviously mostly the down side, where we don’t really see it at the first sight. In the worst case, the water is going to the main bilge and will be pumped out over there, with the help of the 2 other bilge pumps.

Having a lots of spare pieces onboard, I tried to replace this hose, but the replacement one is smaller and doesn’t fit the adapter. Not that bad, I put back the old hose and try to cut it shorter and fix the leak.

The travel has been so smooth until now, that it has to have a few action time, that’s all about the live aboard life 😂

And like a bad news never happen alone most of the time, a strong toothache hit me during my first day in this anchorage. Stronger and stronger, forcing me to take painkiller the second day. The 2 last nights, the pain wake me up and I had to take again some painkillers. (Let just say that I don’t like to take medicine, I only take them if I really have to… just to tell you that it wasn’t a small temporary pain)

Having a toothache strong enough to smash your head into the wall, in a foreign country where I don’t really know what to think about the dentist and the hygiene, having a through hull leaking, a hose half way composted… what will be the next destination? 😳🙄🤔

The idea was to sail north of New Providence and Paradise Island, direction Rose Island, then taking the Fleming Chanel direction the Glass Window on Eleuthera.

Things never happen has it was planned, I decided to change course to go fix those troubles who can’t wait.

Those 2 weeks have been like 2 months to me. When we live our life, so many things happen in 24 hours! The visit of the Berry Islands has helped me to discover and learn more about myself. Indeed, I have spend about 2 weeks mostly alone with my boat, luckily internet let stay in touch with the civilisation when needed. But in the end, it has been a great experience 😃

The Berry Island, a wonderful place, very quit, not overloaded with traffic, perfect to to relax, doing meditation, and simply enjoying life. The good anchorages aren’t so numerous, so it’s important to keep an eye on the weather. But every paradise has a price 😏

 

 

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

. 

Les Berry’s, une gemme cachée des Bahamas

 

~ 2 mars 2018 – 14 mars 2018 ~

 

La jolie grande plage de l’île m’appelant, je prépare le dingy et met pied à terre, pour une belle petite marche. La baie est entourée d’une plage de sable fin blanc, avec une eau turquoise, digne d’une carte postale. En faisant le tour, je vois un restaurant, repéré sur mon guide, et décide d’y faire un petit arrêt mais il est en train de fermer. Dommage. Quand j’y retournais le lendemain je compris qu’il ouvre tôt le matin et à midi mais pas le soir 😅

Le vent se lève et tourne comme prévu, j’observe et réfléchi à mon prochain mouvement. La météo, les ancrages, j’apprend à planifier mes mouvements seule, avec mon bateau et mon expérience. Mais on a beau apprendre la théorie, la pratique doit se pratiquer pour avoir l’expérience et même comme cela il n’est jamais évident de prendre une décision. Aucune décision n’est bonne ou mauvaise, mais arrive un moment il faut choisir avant que la situation ne devienne dangereuse.

Profitant de ce temps venteux pour décaper et poncer ma barrière arrière extérieur, un voisin traversait les vagues pour venir me voir. Il était par lui même pour la première fois depuis quelques jours et n’arrivait pas à démarrer son moteur. Le vent et les vents étant dans une direction qui le poserait sur la plage si son ancre venait à décrocher, il voulait démarrer son moteur. Ce que je comprend et approuve tout à fait… Après des problèmes de batterie, filtre à essence,… il devait « saigner » les injecteurs avant de pouvoir démarrer, opération typique pour laquelle on a souvent besoin de 4 bras.

N’étant pas une pro de la mécanique, je tentai quand même d’aller lui donner un coup de main. Malheureusement sans succès. Il tenu quand même à me remercier en me donnant un joli morceau de poisson congelé. Une de ses batteries étant morte, cela lui prenait trop d’énergie de faire tourner le congélateur…

Le lendemain matin, je lève l’ancre pour continuer ma route vers le sud. 

Environ 10 miles plus au sud, je repère un joli petit ancrage, tout près du bord d’une île déserte, avec malgré tout assez de profondeur pour m’ancrer en toute sécurité.

Et c’est ainsi que j’eu une île pour moi.

Prendre tous les matins un train bondé, traverser la gare de la capitale du pays, prendre un bus rempli de gens encore à moitié endormi qui vont travailler. Et un jour, au réveil, vous prenez votre voilier pour vous déplacer et vous retrouvez (volontairement 😜) seul sur une île paradisiaque. D’un côté l’océan atlantique puissant, agité, et de l’autre, les eaux peu profondes, magnifiques et calmes des bancs Bahamians. Ca fait un choc 😳

Une fois le premier choc passé, je commence à réaliser, et à me rendre compte de la chance que j’ai d’avoir ouvert les yeux et oser suivre mes rêves. 

Les choses se relativisent alors d’elles mêmes. Car les problèmes ont l’importance qu’on leur donne. Et finalement, chaque problème, est une opportunité d’avancer, de progresser, de s’améliorer. On a souvent tendance à ne pas remarquer la chance que nous avons d’avoir quelque chose,  jusqu’au moment où cette chose disparaît. 

Il y a une énergie énorme dans cette place, et cette expérience est proche d’une méditation, d’une réflexion intérieur, une rencontre avec mon vrai moi et ma vrai vie. La vie que j’ai décidé de suivre, pas celle qui m’est imposée par la société capitaliste moderne.

La dualité de cette place me sauta à la figure comme le nez au milieu du visage, en marchant entre les plages de sable fin délicat et le sol rocheux dur et coupant. 

La vie est fait de dualité, le confort, la facilité et l’insatisfaction? Ou l’inconnu, la difficulté et la joie? Les problèmes et la chance, donner et recevoir, travailler plus et avoir moins de temps, le yin et le yang, le blanc et le noir, tout à son opposé. Il s’agit de balancer les choses afin de trouver un équilibre, son équilibre.

Enfin je me rencontre, commence à pardonner, lâcher prise, m’exprimer, et avoir la foi en la vie. Elle va m’amener là où je dois être. Et là, une paix intérieur commence à remplir ce grand vide. À ce moment là, je me pose sur la plage et profite de cette paix, de cette solitude qui m’a fait un si grand bien.

Le lendemain matin je lève l’ancre, déjà, mais les vents ont commencé à tourner et vont être fort ces prochains jours, venant d’une direction où je n’ai pas de protection et me poussant sur la plage en cas de problème avec mon ancre 🧐

Une naviguation qui devait être d’environ 10-15 miles, mais qui se révéla beaucoup plus sportive que prévue. 

Une fois sortie de l’ancrage, le vent se lève, les vagues aussi. Allant vers le sud, les vagues viennent de l’est tout comme le vent. Après avoir monté toutes les voiles, voyant les vagues grossir, je décide de redescendre préventivement la grand voile, et démarre le moteur. Au cas où il y en aurait besoin, il est déjà allumé et chaud.

La naviguation ça apprend, et ça s’apprend. J’en connais les bases. Mais seule sur mon bateau, n’ayant pas navigué en eaux ouvertes depuis plus de 2 ans, il me faut un petit temps d’adaptation, de mise en confiance. De plus, les expériences et les erreurs font l’expérience 😉

Une grande leçon me frappe de plein fouet. Rapidement, je me rend compte que je ne peux me laisser paralyser par la peur. Car étant seule à bord, personne ne va faire l’action nécessaire, conséquente à un événements, mise à part moi…

Je prend donc mon courage en main, heureusement l’auto pilote marche bien. Au bout de 2h environ, arrivant au niveau de l’ancrage où je voulais aller, les vagues de plus de 1m (4 pieds) me semblaient un peu grandes pour entrer le passage entre les îles en sécurité. 

Réfléchissant aux différentes possibilités, j’opte finalement pour un autre ancrage, environ 15 miles plus loin. C’est le début de l’après-midi, la météo ne va pas empirer ou changer aujourd’hui, c’est donc la solution la plus sécurisante selon moi. 

N’étant toujours pas très en confiance sur mon bateau qui bouge et remue un peu trop selon mon goût, deux gorgées de whisky m’ont aidé. Ça réchauffe et donne du courage et je me sentie soudain moins envahie de cette peur (appréhension ?) pas très utile, plutôt dérangeante, qui m’empêche de réfléchir correctement et de profiter du moment présent. 

Et voilà comment la deuxième partie de cette journée de naviguation fut bien plus confortable, mentalement, et physiquement. Continuant ma course vers le sud, tournant vers le SW puis W pour contourner le sud des Berry et aller m’ancrer dans un endroit mieux protégé et beaucoup plus accessible dans les conditions météorologiques actuelles. 

Cette petite naviguation fut comme une piqûre de rappel de comment faire de la voile. Très intéressant et un peu imprévu aussi. Je me rappelai ainsi que le vent arrière est beaucoup plus confortable que le vent de travers, mais ce dernier fait avancé plus vite le bateau. Il me reste encore à jongler un peu mieux avec les différentes combinaisons de voiles pour tirer le meilleur avantage du vent.

Mais je me rappelai aussi qu’il ne faut pas oublier de faire un noeud au bout des cordes pour ajuster les focs à bâbords et à tribords, une fois passées dans les poulies… 

En effet un changement de cap et l’écoute sort de la poulie et bat dans l’air, tout comme la voile… Hmmm… Comment vais-je bien récupérer ça 🤔 Grace à une gaffe, j’arrive à rattraper la corde mais elle frappe dans tous les sens avec le vent, et j’en gardai quelques bleus en souvenir pendant plusieurs jours 😅

 

Arrivée entre Bird Cay et Chub Cay, je remonte dans le petit passage, jusqu’au nord de l’ancienne marina, fermée (ou détruite) le long de l’île. 

L’ancre jetée et bien crochée, je célébrai la fin de cette intense journée émotive avec un verre de vin et des pâtes bolognaises avec une bonne dose de parmesan (par fois, sur un voilier, on a des envies bien spécifiques 👍😂)

Le vent qui vient de l’E aujourd’hui va pivoter au S puis à l’W, puis au N. Une dépression sur les USA étant en train de glisser vers les Bahamas, constellation typique de la météo hivernale de la région Floride-Bahamas.

Le vent tourne, les vagues se croisent et je passe 3 jours dans cet ancrage. Profitant de la bonne protection, planifiant la suite du voyage, étudiant la prochaine route. Durant ces jours, le vent augmente jusqu’à 30kn soutenue pendant quelques heures, puis diminue vers une vingtaine de noeud. Ce vent ne me donne pas vraiment envie de descendre à terre découvrir la petite plage pas très loin, du coup j en profite pour faire des nettoyages et faire un tour de vérifications périodiques du bateau.

Et là, je remarque 2 choses: mon passe coque pour l’appareil qui mesure la vitesse sur l’eau a une petite intrusion d’eau. Hmmm… pas très bon signe… Est-ce que je panique tout de suite ou maintenant? Seule, à côté d’une île où il n’y a que quelques locaux qui vivent et pas grand chose, est-ce que la fuite va s’agrandir et couler le bateau? Où est-ce que ça va tenir jusqu’à réparation? 

Après avoir épongé toute l’humidité autour, une demi heure plus tard, je vois à nouveau une à deux gouttes d’eau perler. Ayant un reste de grosse bouteille de Marine Sealant 4000 à bord, je l’utilise pour réparer temporairement, le temps de trouver une meilleur solution.

Mon deuxième souci fût le tuyau qui sort l’eau sale de la douche pour l’amener à la pompe de cale qui pomper cette eau dehors. Il est en état de dégradation assez avancé, bien sûr en dessous, là où on ne le voit pas du premier regard. Bon à la limite, l’eau va aller dans la cale où les 2 autres pompes prendront le relais. 

Ayant plein de pièces de rechange à bord, j’essaie de remplacer ce tuyau mais celui ci est plus étroit et ne rentre pas dans l’adaptateur. Tant pis, je remet le vieux, le raccourci et essaye de colmater la fuite.

Le voyage s’étant tellement bien passé jusqu’à maintenant, il faut bien avoir quelques complications, c’est ça la vie à bord d’un voilier 😂

Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive généralement jamais seule, un mal de dent violent apparu lors de ma première journée à cet ancrage. De plus en plus fort, il m’oblige à prendre un antidouleur le deuxième jour. Les 2 dernières nuits, la douleur me réveilla et me força à en reprendre. (Que l’on se le dise, je n’aime pas prendre de médicaments, et n’en prend que lorsque je n’ai pas le choix, pour vous dire que ce n’était pas une petite douleur passagère)

Avoir un mal de dent à se taper la tête contre les murs, dans un pays étranger où l’on ne sait que trop penser des dentistes et de l’hygiène, avoir un passe coque qui fuit, un tuyau à moitié décomposé… quelle sera la prochaine destination 😳🙄🤔

L’idée était de passer au nord de New Providence et Paradise Island, en direction de Rose Island, puis prendre le Fleming Chanel, direction la Glass Window sur Eleuthera.

Les plans ne se passant jamais comme prévu, je décidai donc de changer de course pour aller régler ces problèmes qui ne peuvent attendre.

Ces 2 semaines de voyage m’ont semblé être 2 mois. Tellement de choses se passent en 24h, lorsque l’on vit sa vie. Cette étape me permis aussi de me rencontrer et me découvrir. En effet j’ai passé 2 semaines en grande partie seule avec mon bateau, heureusement internet permet de rester en contact avec la civilisation! Mais à la fin, ce fut une expérience extraordinaire 😃

Les Berry, un endroit magnifique, calme, peu fréquenté, idéal pour se reposer, méditer, et tout simplement profiter de la vie. Les bons ancrages ne sont pas nombreux, il faut donc toujours garder la météo à portée de vue. Mais tout paradis se paie 😏

 

Berry Island – part 1 / partie 1

 

Berry Island, a hidden beauty of the Bahamas

 

~ 2 March 2018 – 14 March 2018 ~

 

 

A beautiful sunrise, a last hot shower accompanied by the engine started and the high tide. Time has come to cast off the lines and go discover new horizons.

A navigation day of about 63 miles (117 km), crossing the deep waters from the NW New Providence Chanel to arrive in the Berry’s Island. A little archipelago of about 130 island, around 30 miles long (around 45km). My arrival point is on the biggest and most inhabited island, Great Harbor Cay.

Leaving around 6 a.m., I had the sun almost right in front of me to leave the marina. But thanks the high tide, I didn’t had trouble with deep, by keeping close to the right side of the Chanel.

The downwind, the best wind for sailing, should have pushed me directly there, but the conditions during a crossing of the New Providence Channels are always a little unpredictable.

With only about 15 miles on the windex, I haven’t enough speed to surf with the waves. So the engine keep turning on low RPM, allowing me to have a perfect speed to do some motor-surfing-sailing.

The waves, coming  from behind, keep growing up until 3-4 foot (1m), it was my first experience with an autopilot in those conditions. After learning quickly how to use it, I realized that I can let him working alone safely.

Time keep running, boats around disappear and other appear, and the big deep blue circus surrounded me with his strength and serenity. Without having to deal with the old mate seasickness, I start to tame my new sailing life, and gaining self confidence in myself and in my boat.

The wind and waves decrease during the day, with some flat calm moments while many patches of grass drifted in the middle of the way. Looking closer to them, there is an incredible number of plastics trapped in the grass. Small, big, or tiny, it’s the first big sign of pollution I see this season.

My other travels have already shown me that it’s a big problem on our planet. The human being try to hide it as best as he can from the eyes of all, picking up the trash in the public places, but as soon as we go off the beaten path, the popular holidays ways, only at this point we can realize how big is the problem.

How can we act so bad with a nature who give us so much?

Arriving on the Great Bahamas Bank, the sea floor get higher progressively. The waves coming from behind are getting bigger, while bouncing against this floor, getting shallower. The wind is now very low, so it’s a little roller coaster but it doesn’t last very long.

Around 17h (5 p.m.), I arrive at destination. Few boats are already anchored here and there, and the sun give me a good hour to chose my spot and drop the hook safely. Then a deep sleep awaits me 😴

 

 

The next day, I decide to explore the island and his main city, Bullock Harbor.

But where is the dingy dock?

Going alone in an unknown place, it’s about doing stuff by herself, without asking the opinion of someone. Surely I have a Bahamas guide, combined with the apps ActiveCaptain-Garmin, that makes a big informations data. While preparing my stuffs, I saw a dingy and tried to see where he is going but I lost it.

Making landfall alone for the first time on an unknown island, I had a feeling of excitation and anxiety mixed. After Freeport, it’s my second stop in the Bahamas, going from big city to small island. Later I will understand, that here is the city for the locals 😅

And then I go, and let see what’s happen. It doesn’t bring nothing to be preoccupied to much and over thinking, sometimes it’s just about going, doing. The engine of the dingy top up with gas, I’m on the way for my first island exploration.

Pretty often , what looks confus on the first sight, become more evident by coming closer. And so then a dock and some dingy appear.

Not even docked, I heard my name and see a young couple, with a good tan and sunglasses, they are sailors. It took me a few seconds to recognize them, it’s some friends I have met in Indiantown the previous winter. They have made a total restoration of their boat and are actually cruisers full time.

 

 

Nice little colorful houses, aligned next to each other, not all are in a good shape, a grocery, a school, some kids playing on the street. Close to the United States, but so different at the same time. Island time, no stress, saying hi to people on the street.

 

 

Walking on the island, I’m leaving the town in the direction of the other one, where there is mostly the marina. Close to the bridge between the 2 cities, a groupe of locals are on the side of the street. We start to talk. They are cooking, rice, beans and conch salad. Every Saturday, the inhabitants meet them here, eat and enjoy some time together, full of laughs and good mood. They invited me to join but my desire of exploration take over it, and I keep going walking.

 

 

After a good walk, I arrived at the marina. Not being so much marina people, I made anyway a tour to look how it is. 

A place very simple with not much around. But in case of bad weather, it could be a place to be. Stone walls all around, pretty high, in the third bassin after the entry of the island, one could find good protection for the furious waves from the ocean. It is not a hurricane hole but it’s pretty well protected place to run away from bad weather.

 

 

Spending the afternoon walking around, I’m looking for some WiFi to give news of the crossing to my family, but apparently the island WiFi doesn’t work. I went then to have a beer to refresh a little.

 

 

The alcohol stores, or liquor stores, in the Bahamas are also for most of them a bar where people come over to have a beer together and spend time with people. And so I met a few locals, we share our stories, and I learned that for them, here, it’s the town. And the small islands, the Keys, are the land, where most of them are going to work.

North of the Berry’s, 2 islands are the propriety of a Norwegian cruising ship company. No less than 10’000 tourists, every day, make landfall on those islands, 6 days a week, expect in case of very bad weather, on 2 big cruise ships, one of about 6000 passengers and the other one about 4000. Lots of local people are working for them.

Speaking a little about my plans, they encourage me to go ask for a job over there. Because there is high probability of possibility for a young girl speaking 3 languages. The salary isn’t big but eat for free and free gas for my boat are already a good way to keep traveling 😏

Being still at the beginning of the traveling side of my adventure, I still want to enjoy for a while my freedom, keep traveling and discovering new places. But this idea is going to stay in my mind…

 

 

A small dingy tour brought me at the north of the anchorage, where a sunked plane is laying half submerged at low tide (remaining of a weed traffic back in the time). There is also a very nice little desert beach. Except a couple, getting bored at the marina, escaping out in dingy mode. They told me that there’s a “pot luck” tonight at the marina, those kind of eating where everyone bring a dish. But I didn’t trust enough my dingy and the small engine, who get along, for this long night trip. I will more be wiling to stay on my boat and keep sanding my wooden stuff around.

 

 

After a few days without WiFi, I decided to buy a SIM card to have some data available and be able to check the weather. A big joke 😂🤣

First, after founding a shop where I could buy a SIM card, I have to wait until the next day, because there isn’t one yet in stock. Then the next day, it has to be activated. The phone call are working but not the data.

After many try, a electrical shutdown, a few phone calls with the BTC office (Bahamian phone company), it was finally figured out that I have to go directly to the office so someone can activate my phone. But it is on the opposite side of the island. More than 30 min with he bicycle, with numerous hills and some drivers going a little on every sides of the street (in Bahamas we drive on the left side!) and with a speed not so adapted to conditions of the street.

After a few moments of fear, I arrive at the of the hill. On a road who seems to go nowhere, lost in the jungle, a small cabin with a sign BTC. Supposedly it’s the right place, I open the door, who gives on a small room of 3m x 3m, looking a little like a bank office. With a glass wall and a phone to keep space between the customer and the employee, are they really so bad that they have to hide behind a glass?!? 🧐🤔

And the longest part begins.

The lady behind the glass has to change the setting in my phone, asking me to change the language on English, restart and unlocked 15 times. Then she start to talk with another lady who just arrived and sit next to her, in the office (apparently not an employee). Other clients arrive, and it looks like it’s complicated for everyone 😂

After more than 2 hours and a lots of patience, the battery of my phone almost empty, the friend gone, the other customers finished, internet is also finally working on my phone!! Wow that was kind of a big deal 🤯

Checking the weather, back to the boat.

 

 

The next days are going to be windy from NE-N, I’m going to stay at my anchorage and keep going with the little projects/cleaning.

 

 

Then the wind turns S and is going to blow pretty strong from the SW-W for the next days. My spot isn’t going to be protected from those winds, so I took the decision to move. Passing north of the Berry to go on the other side of the island.

A small navigation of about 10 miles, with the sun, and a very light breeze from behind to start, brought me to the nord of the island. There I discover the famous cruise ships and theirs islands, transformed for the tourists. A strange feeling to see an uninhabited island into a day resort for tourists, with hundreds of sun chairs, water toys, shuttles going from the ships to the beach…

 

 

Once north of the north of the area, I made a little stop at the lighthouse, who should be visited regarding the guide. Passed the intlet to drop anchor in a safe spot from the waves and in shallow water, I drop the hook in about 8ft (2,4m). It seems that I sit on the bottom but no, there’s still 4ft (1,2m) under my keel. The water is so clear, transparent that we can see all the grass on the floor.

As soon as I made landfall, a big sign “no trepassing, this island is propriety of the crusing company” appears in front of me. The lighthouse isn’t far away, I continue, but unfortunately, there’s a grillage all around. The door isn’t hier anymore, the stair look like in advanced state of rust, the entry is full of trash and graffitis. Not very welcoming.

 

 

Back to the boat, I raise the anchor and keep going, paying close attention to all the tourists with jetski, paddle, and other, who absolutely doesn’t pay attention if there’s someone on their road.

A few more miles, a lunch later, mostly by engine. But with a sail anyway to feel more like a sailboat, and having a better balance in the waves, having almost the wind in the nose.

Arrived in the big cove, I chose wisely an anchorage for the next few days. I turn a little to see where there is less waves, keeping in mind that the wind is going to turn those next days.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

 

Les Berry’s, une gemme cachée des Bahamas 

 

 

~ 2 mars 2018 – 14 mars 2018 ~

 

 

Un levé de soleil, une dernière douche chaude à volonté, le moteur démarré, la marée a son apogée, l’heure est venu de larguer les amarres et partir à la découverte de nouveaux horizons. 

Une navigation d’environ 63nm (117km), traversant les eaux profondes du canal nord ouest de New Providence pour arriver vers les îles Berry. Un petit archipel composé d’environ 130 îles et îlots, s’étalant sur une trentaine de miles (environ 45km) de long. Mon point d’arrivée est sur l’île la plus grande île et peuplée de l’archipel, Great Harbor Cay.

Partie vers 6h du matin, j’avais le soleil droit en face lors de la sortie de la marina, mais la marée étant haute, je n’eu pas de problème de profondeur, en me tenant du bon côté du canal.

Le vent arrière, l’idéal en navigation à voile, devait me pousser directement là-bas, mais les conditions lors d’une traversée des canaux NW/NE de New Providence sont toujours un peu imprévisibles.

Avec seulement une quinzaine de noeuds/heure sur l’anémomètre, je n’ai pas assez de vitesse pour surfer avec les vagues. Le moteur continue donc de tourner à bas régime, ce qui me permet d’avoir une vitesse parfaite pour faire du surfing moteur sailing. 

Les vagues arrières augmentent jusqu’à environ 3-4 pieds (1m), ce fut une première expérience avec mon auto pilote dans de telles conditions. Après avoir rapidement appris à l apprivoisé, je me rendis vite compte que je peux le laisser travailler seul, en toute sécurité.

Les heures passent, les bateaux autour de moi disparaissent, d’autres apparaissent, et la grande valse du bleu roi profond, avec sa force et sa sérénité m’entourent. Sans avoir à faire avec le vieux ami mal de mer, je commence à apprivoiser ma nouvelle vie de marin, et prend confiance en moi et en mon bateau. 

Le vent et les vagues diminuent en cours de journée, laissant la place à quelques moments très calme, pendant lesquels de nombreux bancs d’herbes marines flottent au milieu du chemin. En y regardant de plus près, il y a un nombre incroyable de morceaux de plastique piégés dedans. Petits , grands, ou même minuscules, c’est le premier grand signe de la pollution plastique de l’océan que je vois cette année. 

Mes voyages précédents m’ont déjà montré que c’est un problème énorme sur notre planète. L’être humain essaie de le cacher du mieux qu’il peut aux yeux de tous, en ramassant les déchets dans les endroits publics, mais dès que l’ont sort des sentiers battus, des chemins de vacances populaires, seulement à ce moment là, on remarque alors la grandeur du problème.

Comment peut-on faire tant de mal à une nature qui nous a donné vie?

Arrivant sur la Great Bahamas Bank, le sol remonte au fur et à mesure de ma progression. Les vagues, venant de l’arrière, prennent plus d’ampleur en rebondissent contre ce fond qui s’élève. Le vent est très faible, rendant la progression un peu montagne russe mais cela ne dure guère.

Vers 17h, j’arrive à destination. À avec déjà plusieurs bateaux ancrés ici et là, le soleil me donne encore une bonne heure pour choisir ma place et bien m‘ancrer.  Puis un gros dodo m’attend 😴

 

 

Le lendemain, je décide de partir explorer l’île et sa principale ville, Bullock Harbor. 

Mais où se trouve le quai pour les annexes? 

Partir seule dans un endroit inconnu, c’est cela aussi, savoir se débrouiller seule, sans pouvoir demander l’opinion à quelqu’un. Bien sûr, j’ai un guide des Bahamas avec moi ainsi que l’application Garmin-Active Captain, grandes sources d’informations. Me préparant, je vois passer une annexe, j’essaie de voir où elle va, mais sans succès.

Débarquer à terre pour la première fois seule, dans une île inconnue, un sentiment d’excitation et d’appréhension se mêlent. Après Freeport, c’est mon 2e arrêt aux Bahamas, passant de la ville aux îles. Plus tard, je compris que pour les locaux, ici, c’est la ville 😅

Et puis je pars explorer, par moi même, et on verra bien. Cela ne sert à rien de trop se préoccuper et réfléchir, des fois il faut juste agir. Le moteur de l’annexe bien rempli d’essence, je pars pour ma première exploration des îles. 

Souvent, ce qui parait confus au premier abord, devient beaucoup plus évident en se rapprochant. En effet, un quai, puis des annexes apparaissent. 

À peine touché terre, j’entend mon nom et vois un jeune couple, lunettes de soleil, teint bronzé, ce sont des voileux. Il me fallu quelques secondes pour les reconnaître, il s’agit d’amis rencontrés à Indiantown l’hiver précédent. Ils ont fait une restauration complète de leur voilier et sont actuellement à nouveau des navigateur à temps plein.

 

 

De jolies petites maisons colorées défilent les unes après les autres, pas toutes en très bon état, un magasin, une école, des enfants qui jouent dans la rue. Très proche physiquement des États-Unis, mais tellement différent en meme temps. Island time, pas de stress, saluer les gens dans la rue. 

 

 

Marchant à la découverte de l’île, je sors de la ville pour accéder à la ville d’à côté, où il y a surtout la marina. Près du pont qui relie les 2, un groupe de locaux sont posés au bord de la route. On commence à parler. Ils font à manger, du riz, des haricots, et de la salade de Conche. Tous les samedi, les habitants de la région se rencontrent ici, mangent et profitent de passer un moment ensemble, plein de rires et de bonne humeur. Ils m’invitent à les rejoindre mais ma soif de découverte prend le dessus, et je pars continuer à explorer.

 

 

Après une bonne marche, j’arrive à la marina. N’étant pas trop une personne portuaire, je fis tout de même un tour pour voir ce qu’il y a par là-bas. C’est un endroit très simple, avec pas grand chose aux alentours. Cependant en cas de besoin dû à la météo, cela peut être un assez bon endroit. Des parois rocheuses assez élevées, dans le 3e bassin depuis l’entrée de l’île, on y trouve une bonne protection contre les vagues furieuses de l’océan. Ce n’est pas un trou à ouragan mais bien protégé en cas de gros temps.

 

 

Après un après-midi à marcher, je cherchai une source d’internet où je pourrais donner des nouvelles de ma traversée à mes proches,  mais apparemment le réseau wifi de l’île ne marche pas. Je décide alors d’aller chercher une bière pour me rafraîchir les idées. 

Les magasins d’alcool aux Bahamas sont aussi pour la plupart un bar où les gens boivent une bière ensemble. Et donc je rencontrai quelques locaux, on partage nos histoires et ainsi j’appris que pour eux, ici c’est la ville. Et les petites îles (les Cays) autour sont des banlieues, des villages, là où la plupart d’eux vont travailler.

Au nord des Berry’s, 2 îles sont la propriété de compagnie organisant des croisières. Pas moins de 10’000 touristes passent par là chaque jour, 6 jours par semaine, sauf en cas de gros mauvais temps, à bord de 2 bateaux de croisière, un de environ 6000 passagers et l’autre d’environ 4000. Beaucoup de locaux travaillent dans ce secteur. 

En parlant de mes plans, on m’encourage à aller demander un job là-bas, car il y a très probablement des possibilités pour une jeune fille parlant 3 langues. Le salaire n’est pas énorme, mais nourrit, logée et de l’essence pour mon bateau sont déjà un bon moyen de continuer mon voyage 😏

Etant au début de la partie voyage de mon aventure, je voulu encore profiter pour un temps de ma liberté, de voyager et découvrir de nouvelles place. Cependant cette idée est maintenant gravée dans ma tête.

 

Une petite escapade en dingy m’amène au nord de l’ancrage, où une épave d’avion est à demi submergée à marée basse (vestige d’un traffic de canabis). Il y a également une jolie petite plage déserte, mis à part un couple, s’ennuyant à la marina, sorti en mode exploration dingy. Ils me disent qu’il y a ce soir un souper « pot luck », genre souper canadien où chacun amène  quelque chose à manger. Mais ne faisant pas encore assez confiance à mon dingy et le petit moteur qui l’accompagne pour faire ce long trajet, en plus de nuit, j’en profitai pour avancer mon travail de ponçage de la barrière arrière en bois.

 

 

Après quelques jours sans wifi, je décide d’aller acheter une carte sim pour avoir de l’Internet et pouvoir contrôler la météo. Toute une blague 😂🤣

Tout d’abord, après avoir trouver un magasin capable de vendre une carte sim, il faut repasser le lendemain la chercher car il n’y en a pas sur le moment. Puis le lendemain, il faut l’activer. Les communications téléphoniques passent mais la connection internet ne fonctionne pas. 

Après plusieurs essais, une panne de courant, divers téléphones avec le bureau BTC (réseau téléphonique Bahamian), il s’avère qu’il me faut aller directement à leur bureau afin que quelqu’un puisse activer directement sur mon natel. Mais le bureau se trouve à l’autre bout de l’île. Une bonne trentaine de minutes de vélo pour s’y rendre, avec un grand nombre de collines et des conducteurs roulant de plus ou moins n’importe quel côté de la route (aux Bahamas on roule à gauche!) et à une allure pas vraiment adaptée aux conditions des routes.

Après quelques frayeurs, j’arrive au sommet d’une colline. Sur une route qui semblait ne mener nulle part, perdu dans la jungle, une petite maisonnette marquée BTC.  Supposant qu’il s’agissait de la bonne place, j’ouvris la porte et se présenta à moi un petit bureau de 3m sur 3, ressemblant un peu à un bureau de banque, avec vitre et interphone séparant le client de l’employé. Sont-ils si horrible que ça cette compagnie de téléphone qu’ils ont besoin de se planquer derrière une vitre?!? 🧐🤔

Et la commença le début de la plus longue partie. 

La dame derrière le comptoir doit boutiquer sur mon natel, me demandant de changer la langue en anglais, redémarrer, déverrouiller 15 fois. Puis elle commence à parler et raconter sa vie à une autre dame qui vient d’arriver, et qui s’assied avec elle dans son bureau (apparemment pas une employée). D’autres clients arrivent, et apparemment c’est autant compliqué pour tout le monde 😂

Au bout de plus de 2h et beaucoup de patience,l’accu de mon téléphone presque vide, l’amie partie, les autres clients terminés, internet fonctionne enfin sur mon natel !! Wow apparemment c’est très difficile 🤯

Check météo, retour au bateau. 

 

 

Les prochains jours étant venteux du NE-E, je reste à mon ancrage et profite de faire des petits travaux de nettoyage/maintenance.

 

 

Puis le vent tourne S, et va souffler fort SW-W les prochain jours. Ma place actuelle n’étant protégée pour des vents de cette direction, décision est prise de partir. Passer par le nord des Berry pour aller me mettre de l’autre côté de l’île.

Une petite naviguation d’une dizaine de miles, sous le soleil, avec un vent très léger arrière pour commencer, m’amena au nord de l’île. Là je découvris les fameux bateaux de croisière et leur île transformée en paradis à touristes. Un drôle de sentiment de voir une île comme ça, aménagée pour les touristes, avec des centaines de chaises longues alignées, des navettes circulant en continue entre le ferry et la plage.

 

 

Arrivée au nord de l’archipel, je fais un petit arrêt au phare qui, selon mon guide vaut la peine d’être visité. Rentrée dans le passage entre deux îlots pour m’ancrer à l’abris des vagues et dans des eaux peu profonde, je jète l’ancre dans environ 8 pieds (2,4m) d’eau. J’ai l’impression de toucher le fond mais non, il y a encore 4 pieds (1,2m) sous ma quille. L’eau est tellement claire, transparente, que l’on peut voir toutes les herbes qui tapissent le sol.

A peine mis pied à terre, un grand panneau “passage interdit, île propriété de la compagnie de croisière” apparaît sous mes yeux. Le phare n’est pas très loin, je continue, mais malheureusement il y a un grillage autour. La porte est arraché, l’escalier à l’air d’être dans un état de rouille avancé, et l’entrée est jonchée de déchets et graffiti. Pas très accueillant.

De retour au bateau, je lève l’ancre et continue ma route, en faisant attention aux nombreux touristes en jet ski, paddle, et autres qui ne regardent absolument pas si il y a quelqu’un sur leur route.

 

 

Encore quelques miles, un repas plus tard, principalement au moteur. Mais avec une voile quand même pour me sentir plus sur un voilier, et avoir un meilleur équilibre aux milieu des vagues, ayant presque le nez dans le vent.

Arrivée dans la grande baie qui va me servir d’ancrage pour les prochains jours, je tourne un peu pour me chercher une place où il n’y a pas trop de vagues, tout en sachant que le vent va tourner ces prochains jours. 

 

**********************************

 

Bahamas bound !! … Direction Bahamas!!

 

Bahamas bound 

 

~24 February 2018 – 2 March 2018 ~

The anchor raised, a race started between the moored boats, then I am facing the first bridge to open of the season. Behind, a railroad bridge and a fix one. Not aligned, of course, it would have been a much too easy departure!

After, it’s a more open passage, on the st-Lucie river, allowing me to test the autopilot. Between the wind, the waves and the small powerboats, I am learning how to use it, and testing it. Spontaneously very convicted, while underway with the engine and/or the sail! It’s working very good, doing even tackles.

Approved investment, I keep motoring in the channels and stop a few miles further, at Peak Lake. This is a strategic stop, because there’s a beach there, but I have never stopped before. Being in the Sunshine State for 3 months, it was time for the first beach trip!!

As soon as the anchor is dropped, I met some Indiantown’s friends! Then I made landfall almost immediately. It is so pleasant after 3 months of hard work to finally being able to relax by the ocean. I missed you the beach!!

The friends also came on the beach, and the discussion get very fast into sand castles, one has been built the day before, and is still sitting very proudly. When we say the age is in the head, that’s totally true! Pretty quick, a lots of toys appear and the building keep going on, the castle becoming a fortified castle.

Decompressing, playing, having a good time, I had almost forgotten what that means. The day end up with a beautiful sunset, made of amazing colors, with sailboats and palm trees in the background. Magic!

Quite night, but in the early morning, I’m hitching from everywhere. Is it sand? Salt? After a shower it’s getting better but still hitching. It’s only 12 hours later that I understand… the noseeum!! A nightmare those insects, you can’t see them, can’t feel them, just their bites make you realize they are here. But the bad is already done. Some people get a very big reaction at them, the attack is generally very numerous.

A good breakfast and I raise the anchor, not long after the sunrise, for a naviguation day on the ICW (InterCoastal Waterway) until West Palm Beach.

It’s always a pleasure to meet friends on the way, and I would like to stay there one more day. Also that some other friends are supposed to come visiting the day I’m leaving. But a good weather window of 2-3 days to cross to the Bahamas is just arriving. The weather, this winter, has been kind of crazy, so such opportunity is not to be missed. The next good window could be in up to 2 weeks, or even more….

Traveling a weekend day on the ICW, there’s a lots of people on the water. In the early afternoon, I arrived in West Palm Beach. Last minute shopping before the crossing, BOW (Boat Owner Warehouse, boat supply), Napa (car & Co shop), Publix (supermarket). Welcome to the USA where almost all the shop are open on Sunday!  Top up the diesel and water and anchoring for the night close to the intlet.

A superyacht drop anchor just in front of me. A lift take his dingy out, then the owner go for a ride, with driver. Passing just next to my boat, they look at it intensively and waved. How some people having a such mega yacht can take time to look at my small 32ft sailboat, and even wave me? I’m impressed, there is still rich people with some taste 🤑or it’s that we always want what we can’t have 🤔

Two beers and two muffins are my dinner. The next day is the big departure day and, even if I made already twice this road, I’m a little stress and anxious. It’s been 3 years since I made my last ocean navigation, same for my boat. A mix of happiness and apprehension. A certain fear is normal, human. But I was able to have a good night of sleep. 

Waking up at 5, I prepare the boat, check the weather, emails,… A little anxious, I’ve made only a few miles since Indiantown, I turn around in the boat while preparing. Then 2 sailboat left to the ocean around 6, that made me feel safer. Because I’m not alone, neither crazy to cross today, I take self confidence and before 6:30 I left.

Once in the intlet, some not confortable waves come, and I just realized the tide is against the wind, so it’s shaking and I almost didn’t move… Safety first, I put my life jacket/harness and fix me to the boat. Because being alone, if I fall in the water, it would be no one to come rescue me, and my boat would keep moving alone.

A wonderful sunrise just happen at this time, and the beautiful colors give me motivation to keep going. After being out of this passage from current against wind, raising both mainsails, I sit and told to myself, ok that’s good, it’s shaking but moving.

At this precise point, I started feeling seasick 🤢

It’s grey, with a few squalls far away, the boat is doing roller coasting and my stomach too.

Not up to the feeding the fishes point, but enough to make me feel bad. I sit down and take my courage in my hands, as same as going through a big loneliness time and self questioning: what the hell am I doing, here and now???? There’s still 10-12h of navigation before arriving…

PS: having a morning coffee without eating, before going sailing, is not a good idea 😂

Finally, 2h30 later, the effects disappeared, just before two squalls pass over me. The winds pick up a little but still confortable. SE from 10-15kn, then picked up to 20kn, with gusts up to around 22kn.

Then the sky became blue and the sea came down. After around the 20 first miles, it became more comfortable. In the afternoon, finally I’m able to eat some chips, a banana and a mango. Later, I was able to cook an omelet with meet.

The hours passes, the sun goes slowly down, hiding himself behind the clouds. My first sunset on the water of the season!

Land! The Bahamas are juste in front of Nostromo! Around 7:30 p.m., I’m arriving in West End, city on the west side of the Grand Bahamas island, happy to succeed this crossing and win again my seasickness. Dropping the anchor in the swell, but at night, I don’t want to get to close from the stone shore. A good night of deep sleep is waiting on me.

The next morning I wake up before the sunrise, admire the wonderful crystal clear Bahamian water and notice a fishing boat anchored just next to me. He’s arrived after me in the evening.

Around 8 a.m., the swell isn’t comfortable (I’m not used to it anymore mostly 😬) so I raise the anchor,  going to do the entry paperwork’s. The office open only at 9, but at least it’s flat in the marina.

Once close to the dock, a young man help me to tide my boat, and invite me on his boat. Not bigger than mine, but with 4 people on board. They are celebrating a successful night crossing from Fort Lauderdale, with a bottle of champagne…. at 8:15 a.m. 😂🤣 welcome to Bahamas 🇧🇸👍

A friendly group of young French, Canadien and American. A French-Canadian couple is doing a trip around the world, and they are doing their first steps on a sailboat. A friend is borrowing them his boat, and another friend is teaching them how to sail, that’s the all crew. The owner was aboard just for the crossing, but the 3 other are doing a trip of about 2 months, across the Abacos, the Berry’s island, then back to Florida.

The entry paperwork’s done, cruising and fishing permits paid (150USD up to 35ft but… 300USD for bigger boat, 3 people included aboard and 25USD per person since the 4st). Passport stamped, the official didn’t believe I’m by myself, he want to come see my boat. After having a visit on it, he told me: “I have to shake your hand, and telling you that you have balls!” 😂🤣 ok….

The wind pick up a little, N/NE 15-20kn, perfect for the 25 miles navigation until Freeport. The marina in West End isn’t that big, the room to make a half turn is pretty small, but I made Nostromo doing a perfect turn and get out of this without touching any boat! Ouf! A little stressful moment….

A wonderful navigation follow then, with wind on the beam. The waves are coming from behind the island, so by staying close to the island, it’s pretty flat. A current who’s helping, a good wind and almost no wave, Nostromo is flying on the water, between 6 and 9kn!! (That’s a pretty good speed for a 5 tons sailboat 😉)

Knowing a friendly and cheap marina, I decided to stop there for a few days, and spending my birthday over there. It’s called Sunrise Marina and Resort and is in Freeport (second biggest city of the Bahamas after Nassau, and huge commercial port).

Having already been there, I knew the entry is a little delicate, sandbars are moving all the time in the entry channel, reducing the deep, mostly at low tide. Arrived around 3p.m., the sun is behind me and still high enough to allow me to “read the water” easily .

“To read the water” is an aptitude very important in the Bahamas, that is learned with experience. It’s about being able to see if the deep of place is enough to pass with your boat or not, by judging the color of the water like a scale. A very deep blue , for exemple, is about 30ft deep. A light blue-yellow is closer to my limit of 4ft. With the time and training, it’s pretty easy to discern 1, 2, 3, 4, 5, 6+ feet.

Having not used this competency for many years (a learning who occurs mostly where the waters are not deep and clear), by viewing the blue very light-yellow-Braun in front of me, I really thought I would stay for a few hours in the middle of the channel, waiting on the tide to take me out of this. But no! Even if I saw a 4,(…) on my deepsounder (at 3,9 my boat sit on the ground) it was no touching! Ouf!

A small fearful moment, pretty quick forgotten by seeing the 12ft once inside. The dockage was very easy, in a place with no current neither wind (or almost). Once there, I met a Canadian couple from Indiantown!! Small world!!

A friendly and quite marina, at 1$/foot/night (0,80USD for BoatUS members), with swimming pool, shower, laundry, lounge, bike, kayak, grocery and liquor store 1 mile away.

And so I stay 3 nights (and days) doing (almost) nothing, except enjoying the pool and the sun, and staying in touch with all my friends around the world. The perfect way for me to celebrate my birthday, cocktails, swimming pool, sun, after all the work done to arrive here, finally, I’m enjoying!

After all those cocktails, I wanted to do a bike tour, to go get some fresh beers. My point of view was that it would be easier with a bike from the marina, than taking my bike out of my boat. But the plan didn’t happened.

After having lost myself and making the way a little longer, the chain of the bicycle just get out and impossible to put it back in place. It’s the kind of bike that when you paddle backwards, it’s acting like breaks. So the chain is out and the back tire is blocked… of course, that happens in a neighborhood who doesn’t seem so safe….

Pushing the bike with the blocked tire, I finally arrived at the destination, having even the surprise to find cold beer for 1$/each! (For the Bahamas, it’s very cheap, and not common!) Then there is still the way back to the marina… After this long trip, who finally would have been much more easy with my own bike, I enjoy my cold beer. And even a second one!

A few works are also done on the boat 😉 the cleaning keep going on, the boat become pretty big when it come to the point of cleaning every inches of it! The first sailing also showed me some point that I still have to fix.

On the beam of the main mast, the rail who hold the sail is partially going out, some spots where the screws goes into the beam are apparently a little rotten. Not a very good new, but apparently it’s very local. With some marine sealant M4000, I glue it back in place and make all of that waterproof. The repair still hold today, but for sure it will be a point to follow closely!

The many wonderful, different and emotional meeting with people in this adventure keep going on, and so I meet a new couple of people from Quebec.

The woman had a stroke many years ago. She is now paralyzed from one side, walking with a cane, doesn’t speak anymore, she makes noises. She’s still full ok in her head, think and understand when we speak with her. She try to write or show letters/numbers.

They have spent many years to build their own boat, a dream they had before the sickness come knocking at the door. A unique boat adjusted for them, a pilot sailboat, with watch bed in the pilot house. Inside, all the equipment and the room necessary to enjoy the live aboard life.

They do me a visit of their boat, and we share our story. Their boat have been in this marina for the past few years, because even if he would have liked to sail around, for her, it’s very difficult, because of her physical condition. Last sommer the boat has been damaged by the hurricanes. They are actually fixing her, and it’s very emotional to see them working as a team to repair, using each one abilities.

They think about crossing back to Florida, maybe next season, to sell the boat. The work is becoming more and more difficult physically and psychologically for both. They are preparing themselves to turn a page and start a new chapter, on land this time.

A meeting full of emotions, who made me realized one more time, how much the life is short, and we never know what reserve us tomorrow. But also, nothing is impossible to the one who really want it! And finally the real love is stronger than sickness or the bad times.

Later I have also met a Spanish guy and his sailboat, in this marina since last summer too. Also victim of the hurricanes, he’s fixing the damages as best as he can, with what he got.

Then a wonderful window arrive to cross to the Berry, no hesitations! Down wind, pushing me to my next destination! Let’s go for the next step 😃😃😃

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Direction Bahamas 

 

~ 24 février 2018 – 2 mars 2018 ~

L’ancre remontée, un slalom entre les bateaux ancrés, me voilà face au premier pont de la saison à faire ouvrir. Puis un pont de chemin de fer lui emboîte le pas, suivit d’un fixe. Les trois n’étant pas alignés, ce serait un début trop facile autrement!

Ensuite c’est le début d’un espace plus ouvert sur la rivière Ste-Lucie, qui me permet de tester l’auto pilote. Entre le vent, les vagues et les petits bateaux à moteur, j’apprends à l’utiliser et le teste. Tout de suite, c’est très convaincant, au moteur et/ou à la voile! Il fonctionne très bien, faisant même des changements de cap! 

Test concluant, navigation dans les canaux et arrêt quelques miles plus loin, à Peak Lake. Cet arrêt était pour moi stratégique, car je sais qu’il y a une plage mais je ne m’y suis jamais arrêtée. Etant dans l’Etat du soleil depuis 3 mois, ce fut ma première visite à la plage!!

À peine ancrée dans 5-8 pieds d’eau, je rencontre des amis d’Indiantown par hasard! Je met pieds à terre quasi instantanément. Cela fait tellement plaisir après trois mois de travail d’enfin pouvoir me relaxer au bord de l’océan. Tu m’as beaucoup manqué la plage!!

Les amis viennent aussi sur la plage, la discussion part très vite sur les châteaux de sable, un ayant été construit la veille, et trônant toujours fièrement à sa place. Quand on dit que l’âge est dans la tête, ce n’est que la réalité! Rapidement divers ustensiles apparaissent et la construction s’agrandit, transformant le château en château fort.

Décompresser, s’amuser, prendre du bon temps, j’avais presque oublié ce que cela veut dire. La journée se termine par un magnifique coucher de soleil, aux couleurs fascinantes, avec voiliers et palmiers en arrière plan. Magique!

Nuit calme, mais au réveil, ça me gratte de partout. Est-ce du sable? Du sel? Après une douche ça se calme mais ça gratte toujours. Ce n’est que 12h plus tard que je compris… les micro moustiques, appelé noseeum!! Une vrai plaie ces insectes, on ne les voit pas, les sens pas, ce sont seulement les piqûres qui sont douloureuses, et qui nous font remarquer leur présence. Mais à ce moment le mal est déjà fait. Certaines personnes font des réactions très violentes à ces petits insectes, les piqûres étant généralement nombreuses en cas d’attaque.

Un bon petit-déjeuner déjeuner et je lève l’ancre, peu après le levé du soleil, pour une journée de naviguation sur l’ICW (InterCoastal Waterway) jusqu’à West Palm Beach.

Cela fait toujours plaisir de croiser des amis en route, et je serais bien restée un jour supplémentaire, d’autant que d’autres amis devaient venir en visite le jour de mon départ, mais une fenêtre météo de 2-3 jours pour traverser vers les Bahamas se présente. Le temps cet hiver ayant été assez capricieux, une telle occasion est à ne pas manquer, la fenêtre suivante pouvant arriver seulement 2 semaines plus tard, si ce n’est plus…

Naviguant un jour de week-end sur l’ICW, beaucoup de monde se promène en bateau. En début d’après-midi, arrivé à West Palm Beach, petites courses de dernière minute avant la traversée, BOW (Boat Owner Warehouse, magasin d’article de bateau) étant ouvert le dimanche (!), Napa (magasin général automobile & co) et Publix (supermarché alimentaire). Bienvenue aux USA où presque tous les magasins sont ouvert le dimanche! Remplir le diesel et l’eau potable, puis ancrage près de l’ouverture du canal vers l’océan.

Un grand super yacht vient s’ancrer juste devant moi, un bras articulé sort son annexe du “garage” intérieur du bateau, et puis les propriétaires partent en promenade, avec chauffeur. En passant à côté de mon bateau, ils le regardent avec insistance et me saluent. Comment des personnes ayant un tel mega yacht peuvent prendre le temps de regarder mon petit voilier de 32 pieds, et même me saluer? Je suis impressionnée, il reste encore des gens fortunés avec du goût 🤑 ou alors c’est que l’on veut toujours ce que l’on ne peut pas avoir 🤔

Deux bières et deux muffins forment mon souper. Le lendemain est le grand jour du départ et, bien que j’ai déjà fait 2 fois le même trajet, un brin de stress et d’anxiété s’installe. Cela fait tout de même 3 ans que je n’ai pas refait de navigation sur un océan, mon bateau non plus. Une joie mélangée à de l’appréhension. Une certaine peur est normale, humaine. Malgré tout j’ai passé une bonne nuit de sommeil.

Réveillée à 5h00, je prépare le bateau, contrôle la météo, les e-mails, …. Un peu anxieuse, n’ayant fait que quelques miles depuis Indiantown, je tourne un peu en rond en me préparant. Puis deux voilier partent vers 6h en direction de la mer, cela me rassure. En me disant que je ne suis pas seule, ni folle, à traverser aujourd’hui, je prend confiance en moi. Et avant 6:30 je suis partie. 

Une fois à la sortie, ou à l’entrée de l’océan, des vagues peu confortable arrivent, et je me rend compte que la marée est contre le vent, donc ça secoue et je n’avance pas… Sécurité d’abord, je met mon gilet/harnais et m’attache au bateau. En effet, en étant seule, si je tombe à l’eau, personne ne va venir me repêcher, et mon bateau va continuer tout seul. 

Un magnifique levé de soleil arrive à ce moment et ces superbes couleurs me donnent de l’énergie pour continuer. Après être sortie de ce passage et du courant contre marée, les deux grand voiles montées, je me pose et me dit voilà, c’est bon, ça secoue mais ça avance.

À ce moment précis, un mal de mer m’envahit 🤢

Il fait gris, des averses au loin, le bateau fait des montagnes russes et mon estomac avec. 

Pas au point de nourrir les poissons mais à me sentir mal. Je m’assieds et prend mon courage en main, tout en passant par un grand moment de solitude et de questionnement: mais qu’est-ce que je fais là, ici et maintenant???? Il reste encore 10 à 12h de navigation avant l’arrivée…

Note à moi même, un café sans manger le matin, avant de partir en navigation, n’est pas recommandé 😂 

Finalement, 2h30 plus tard, les effets se dissipent, juste avant que deux averses passent sur moi. Les vents augmentent un peu durant ces épisodes mais tout en restant supportable. SE de 10-15kn, augmentant jusqu’à 20kn, avec des rafales jusqu’à environ 22kn. 

Puis le ciel devient bleu et la mer se calme. Passé les vingt premiers miles, le trajet devient plus confortable.  Dans l’après-midi, finalement je suis capable de manger des chips, une banane et une mangue, et un peu plus tard, j’arrive à cuisiner une omelette à la viande. 

Les heures passent, le soleil se couche gentiment, en se cachant derrière quelques nuages. Mon premier coucher de soleil sur l’eau de la saison!

Terre en vue! Les Bahamas sont juste devant! Vers 19:30 j’arrive à West End, localité à l’ouest de l’île des Grand Bahamas, heureuse d’avoir réussi cette traversée et tenu tête à mon mal de mer. L’ancre, est jetée un peu dans le rouli, mais arrivant de nuit, je ne veux pas m’approcher trop près du bord rocailleux. Une bonne nuit de sommeil bien profond m’attend.

Le matin suivant je me réveille avant le lever du soleil, admire les magnifiques eaux cristallines des Bahamas et remarque un bateau de pêche ancré juste à côté, arrivé après moi la veille.

Vers 8h le rouli étant penible (n’y étant plus habituée surtout 😬) je lève l’ancre pour aller faire les papiers d’entrée. Le bureau n’ouvre qu’à 9h, mais au moins c’est calme dans la marina.

Arrivant à quai, un jeune m’aide à m’ancrer, et m’invite sur son bateau. À peine plus grand que le mien, mais avec  4 personnes à bord. Ils célèbrent une traversée réussie (de nuit), depuis Fort Lauderdale, avec une bouteille de champagne… à 8:15 😂🤣 bienvenue aux Bahamas 🇧🇸👍 

Un sympathique groupe de Français, Canadiens et Américain. Parmi eux, un couple franco-canadien en cours de route pour un tour du monde, qui font leur premiers pas en voilier grâce à un ami qui leur prête le bateau et un autre qui leur apprend à naviguer. Le propriétaire n’était à bord que pour la traversée et les 3 autres font un voyage d’environ 2 mois, à travers les Abacos, les Berry’s, puis retour en Floride.

Les papiers d’entrée sont remplis et les permis de naviguation et de pêche sont payés (150USD jusqu’à 35 pieds mais … 300USD au delà, 3 personnes inclus à bord, 25USD par personnes supplémentaires). Passport tamponné, l’officier n’en revient pas que je navigue seule, il veut venir voir mon bateau. Après l’avoir visité, il me dit “je dois vous serrer la main et vous dire que vous avez des boules!” 😂🤣 ok…

Le vent s’est levé un peu, N/NE à 15-20kn, parfait pour la navigation de 25 miles jusqu’à Freeport. La marina de West End n’étant pas très grande, la place pour faire demi tour avec un vent qui se fait sentir n’est pas infini, mais je réussi à manœuvrer Nostromo comme une pro et arrive à sortir de là sans toucher un seul bateau! Ouf! Petit moment de stress…

Une superbe naviguation s’en suit avec un vent de travers, les vagues venant de derrière l’île ne se font pas sentir en restant proche de la rive. Un courant aidant, de bon vents et peu de vagues, Nostromo file entre 6 et 9kn!! (Ce qui est plutôt une très bonne vitesse pour un voilier de 5 tonnes 😉)

Connaissant une marina sympa et pas cher, je décide d’y passer quelques jours, histoire de relaxer pour mon anniversaire. Elle s’appelle Sunrise Marina and Resort et se trouve à Freeport (2e plus grande ville des Bahamas après Nassau, grand port commercial). 

Ayant déjà visité les lieux, je savais l’entrée un peu délicate, des bancs de sables se déplaçant régulièrement et réduisant la profondeur, surtout à marée basse. Arrivée vers 15h, le soleil était derrière moi et encore assez haut pour me permettre de bien “lire l’eau”.

“Lire l’eau” est une compétence très importante aux Bahamas, qui s’acquiert par expérience. Cela consiste à pouvoir savoir si la profondeur d’un endroit est suffisante pour y passer ou non en jugeant de la couleur de l’eau, comme une échelle. Un bleu roi profond, par exemple, fait environ 30 pieds de profond. Un bleu ciel clair-jaune est ma limite de 4 pieds. Avec l’expérience, on peut facilement différencier 1, 2, 3, 4, 5, 6+ pieds.

N’ayant plus utilisé cette aptitude depuis  plusieurs années (un apprentissage qui se fait particulièrement là où les eaux sont peu profondes et transpararentes), en voyant le bleu très clair – jaune-brun devant moi, j’ai bien cru que j’allais rester quelques heures au milieu du canal, attendant sur la marée pour me sortir de là. Mais non! Même si j’ai vu un 4,(…) sur ma profondeur (à 3,9 mon bateau est posé sur le fond) il n’y a pas eu de toucher! Ouf!

Un instant de frayeur, vite oublié en voyant les 12 pieds une fois à l’intérieur. L’amarrage au quai fût très facile, dans un bassin sans courant ni vent (ou presque). Et la surprise, je rencontre un couple canadien d’Indiantown!! Comme le monde est petit!! 

Une sympathique et calme marina, a 1USD/pieds/nuit (0,80USD membre BoatUS), avec piscine, douche, lessive, lounge, vélo, kayak, magasin à 1 mile (alimentation locale + alcool).

Et ainsi je passe 3 nuits (et jours) à ne (presque) rien faire, si ce n’est de profiter de la piscine et du soleil, de garder contact avec mes amis autour du monde. La manière parfaite pour moi de fêter mon anniversaire, cocktail, piscine, soleil, après tout le travail pour en arriver là, enfin je profite!

Après tout ces cocktails, je me laisse tenter d’emprunter un des velo de la marina afin d’aller chercher quelques bières fraîches. Ma réflexion étant qu’il serait plus facile ainsi (et moins fatiguant) que de sortir mon vélo de mon bateau. Mal m’en a pris. 

Après m’être un peu perdue et avoir rallongé le chemin, la chaîne du vélo a déraillée et impossible de la remettre en place, à chaque fois elle resort et se bloque avec le frein, qui est en pédalant en arrière… Bien sûr cela se passe dans un quartier qui ne me semble pas des plus sécurisant… 

En poussant le vélo avec la roue arrière bloquée, j’arrivai finalement à destination, ayant même la surprise de trouver des bières fraîches à 1$/pièce! (Pour les Bahamas, ce n’est vraiment pas cher,  et rare!) Puis ensuite, s’en suit encore le retour jusqu’à la marina… Après ce long chemin, qui aurait été finalement plus facile avec mon propre vélo, je savoure ma bière bien fraîche. Et même une 2e!

Quelques petits travaux sur le bateau sont quand même effectués 😉 Les nettoyages continuent, c’est vite grand un bateau quand il s’agit de nettoyer tous les recoins! La première naviguation à la voile m’a aussi permis de mettre en évidence de petites choses à réparer. 

Sur la baume de la grand voile, le rail tenant la voile se détache, plusieurs endroits où les vis entrent dans la baume sont apparemment moisi. Pas très bonne nouvelle mais apparemment c’est très local. Avec de la colle marine M4000, je colle et imperméabilise tout ça. La réparation a tenu jusqu’à aujourd’hui, mais cela reste un point à surveiller de près!

Les magnifiques, nombreuses, diverses et émotives rencontres de ce voyage continuent. C’est ainsi que je rencontrai un nouveau couple de québécois.

La femme a été victime d’un AVC il y a de nombreuses années. Elle est restée partiellement paralysée d’un côté, marche avec une canne, et ne parle plus, elle fait juste des bruits. Elle a encore toute sa tête, réfléchi et comprend ce qu’on lui dit. Elle essaye d’écrire ou de montrer des signes/lettres. 

Ils ont passé beaucoup d’années à construire leur bateau, un rêve qu’ils avaient en commun avant que la maladie ne viennent frappée à leur porte. Un bateau unique et sur mesure, un voilier avec cabine de pilotage, lit d’appoint inclus. À l’intérieur, tout l’équipement et la place nécessaire à leur épanouissement. 

Ils me font visiter leur bateau, et nous partageons nos histoires. Leur bateau est resté dans cette marina depuis plusieurs années, car même si lui aimerait beaucoup naviguer, pour elle c’est beaucoup plus difficile, de sa condition physique. L’été passé leur bateau a été victime des ouragans, et a subi quelques dommages. Ils sont actuellement en train de réparer. C’est touchant de les voir travailler en équipe à réparer, utilisant chacun leurs aptitudes.

Ils prévoient de traverser, peut-être la saison prochaine, vers la Floride, afin de vendre le bateau. Le travail devient de plus en plus lourd physiquement et psychologiquement pour les deux, et ils se préparent à tourner une page pour commencer un nouveau chapitre, sur terre cette fois.

Une rencontre forte en émotions, me faisant réaliser encore une fois que la vie est courte, et que l’on ne sait jamais ce qui va se passer demain. Mais rien n’est impossible à qui le veut vraiment! Et enfin que l’amour véritable est plus fort que la maladie et les obstacles.

Plus tard, je rencontrai aussi un espagnol et son voilier, à la marina depuis l’été passé aussi. Egalement victime des ouragans, il répare les dégâts au mieux, avec les moyens du bords.

Puis une superbe fenêtre pour traverser vers les Berry se présente, pas d’hésitations! Vent arrière, me poussant vers une nouvelle destination! C’est parti pour la prochaine étape 😃😃😃

Back on the water!! … De retour sur l’eau!!

The first steps on the water

– 16 February 2018 ~ 24 February 2018 –


Once the 90 degrees turn passed, Nostromo is out of the marina and into the river. A new chapter begins, even a new book. The work yard & marina’s world which I have belonged for almost 3 months is now behind me. A new departure is here, exactly here, under my foot now. A moment so awaited, a little anxiety too, by myself for the first time, on this river.

The miles goes, like the hours, the sun comes down, slowly disappearing behind the trees. Meanwhile I start to realize… I’m gone, alone, with my boat, to discover and to live new adventures, a feeling of happiness come out, and I scream, sing and dance on the deck, driving the boat at the same time. If someone saw me, he probably thought I was crazy. Crazy happy yes! And whatever the people think, it’s my life and I love it!

The St Lucie’s lock is already closed for the night, so I drop anchor just before. Then the sunset puts some awesome colors on the quiet river. The beauty of the nature. Until the mosquito come. Arrrrrg!

First night on the boat in the water, first breakfast cooked aboard, first anchor removed, and first going through the lock by myself. Some friends came to see me. The lock is much more easy than expected, because alone, I have the control of the entire boat and it’s easier to deal with the lines to be coordinated.

Once on the sea level (around 10 ft down), let’s go for the continuation of the way, a few more miles to arrive in Stuart, city on the ocean side. I take the opportunity to push the gaz to run the engine, who was sleeping a little to long, in higher RPM.

Because of all my friends from Indiantown, I know exactly where am I going to drop anchor to have a perfect spot to land easily, being close from the shops, and having good protection from the wind and the waves. So many good friends, so close and so far away at the same time, luckily today with internet, it’s easy to stay in touch.

The plan is to stay here for a week, waiting on the autopilot ordered a few days ago. So I have also the time to clean, organize and do all the small things I haven’t yet had the time to do.

Once my place found, the hook dropped and stocked (it took me close to one hour…), I sit down, with a cold beer under the midday sun and realize. After all this work to arrive here, I’m a nomad on the water. By taking a look around me, I see my neighbors from the work yard just next to me, in the mooring field! Meeting almost everyday people from Indiantown, make the transition of the departure smoother.

Finally I can take time to do the things, but having so much worked for the past months, it isn’t possible to stay quite and do nothing. So I start to organize, the afternoon of my arrival, my treasure locker 😉 … filled with teak (marine wood very expensive 😁).

Feeling so good on the water, I didn’t wanted to make a landfall for the first 24 hours! A fish in her element 🐠

The first exploration of a unknown place to spot a safe dingy dock, the first landing, it’s the joy and the excitement of discovering new places. Once I am on land, I realize I forgot to take shoes 😂😂 whatever, I’m not going hiking, so I just go on and walk bare foot on the warm concrete, who acts like a foot massage.

Discovering of the city part next to my anchorage, I’m on the road of the shopping center! Going up to the close bridge and having a nice view of my beautiful Nostromo, proudly anchored and ready to take off for new adventures. On my way back, a gentleman who speak Spanish, was surprised to see me bare foot, with the sun who warms up the concrete. Not a problem for me 😂👌

The projects keep going on, the days pass and finally my autopilot arrive! Some friends from Quebec brought it to me from Indiantown. The same afternoon, the installation is started, in the evening, the wheel is back, just have to do the electrical connections. I need a circuit breaker and waterproof connectors, so that means shopping tomorrow.

 

Autopilot installed, magnetic interferences check, everything is ready for the departure. For my last night in Stuart, a sailing and adventurous friend invited me for dinner. He pick me up with his Harley Davidson (my first ride on a Harley!!) and introduce me to his girlfriend, who has cooked a very yummy dinner for the occasion. Meeting with 2 artistic people, inspired, open minded.

After 3 months in a marina, making a lots of new friends and meeting new people almost everyday, it’s a little strange at the beginning, to be alone from one day to the next. But now I start to realize that it is my adventure, my project, my life. A normal feeling for most of the people you will tell, but when we have been for many years in a relationship who turned into a affective dependence, it is a return into oneself, into myself, for myself, from myself. One day at the time, and one foot after another.

And then it’s the departure!! The wind is a little more than the flat sea recommended to test the autopilot, but it isn’t a storm either!! And like the captain Ron said, what has to happen, will happen out there!!

 

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Les premiers pas sur l’eau

– 16 février 2018 ~ 24 février 2018 –

Une fois le tournant a 90 degrés passé, sortie de la marina et entrée sur la rivière, c’est un nouveau chapitre qui commence, voir un nouveau livre. Tout ce monde de marina et de travaux dont j’ai fait parti pendant presque 3 mois est maintenant derrière moi. Un nouveau départ est là, exactement là, sous mes pieds maintenant, un moment tellement attendu. Une petite appréhension aussi, seule pour la première fois sur mon bateau, sur cette rivière.

Les miles passent comme les heures, le soleil se rapproche de l’horizon pour bientôt disparaître derrière les arbres. Petit à petit je réalise… Je suis partie, seule, avec mon bateau, pour vivre de nouvelles découvertes et aventures. Une joie m’envahit alors, et je crie, chante et danse sur le pont, tout en naviguant. Si des personnes m’ont vu, ils ont très certainement dû me prendre pour une folle. Une folle heureuse oui! Et peut importe ce que les gens pensent, c’est ma vie et je l’aime!

L’écluse étant déjà fermée pour la nuit, je jette l’ancre dans le bassin juste devant. Le soleil se couche juste après, et de magnifiques couleurs inondent la calme rivière. La nature dans toute sa splendeur.

Première nuit dans le bateau sur l’eau, premier petit-déjeuner cuisiné dans mon bateau, première levée d’ancre, et première traversée de l’écluse seule. Des amis sont venus me voir. La traversée fût beaucoup plus facile que je ne le pensait, car seule, j’ai le contrôle de tout le bateau et il est plus facile de gérer les cordes de façon coordonnée.

Une fois descendu au niveau de la mer (environ 10 pieds/3 mètres), départ pour la suite du trajet, quelques miles supplémentaires pour arriver à Stuart, ville au bord de l’océan. J’en profite pour donner un peu de gas et dérouiller un peu le moteur, resté endormi un peu trop longtemps.

Grâce aux amis que je me suis fait à Indiantown, je sais exactement où aller m’ancrer pour être parfaitement positionnée, afin de descendre à terre facilement, d’être proche des différents magasins, et d’être bien protégée du vent et des vagues. Tant de nouveaux amis, si proches et si loin en même temps, heureusement de nos jours, grâce à internet, il est facile de garder le contact.

Le plan est de rester ici une semaine, en attendant l’autopilot commandé quelques jours auparavant. Ce qui me donne aussi le temps de faire les nettoyages, rangements et petits travaux que je n’ai pas encore eu le temps de faire.

 

Une fois ma place trouvée, l’ancre jetée et bien crochée (ce qui m’a pris pas loin d’une heure…), je m’assieds, avec une bière fraîche sous le soleil de midi et réalise. Après tout ces efforts pour en arriver là, je suis une nomade sur l’eau. En jetant un coup d’œil autour de moi, je remarque mes voisins de la zone de travail, juste à côté, dans la zone de bouées de la marina! Presque tous les jours, je rencontre des personnes connues de Indiantown, du coup la transition du départ se fait en douceur.

Enfin je peux prendre le temps de faire les choses, mais ayant tellement travaillé ces derniers mois, je ne peux rester tranquille sans rien faire. C’est ainsi donc que je commence à ranger/organiser, l’après-midi même de mon arrivée, mon coffre à trésor 😉 … rempli de teak (bois marin d’une grande valeur 😁).

Me sentant tellement bien sur l’eau, je n’ai pas voulu mettre pied à terre pendant les premières 24h! Un poisson dans son élément 🐠

La première exploration d’un endroit inconnu à la recherche d’un quai sécurisé pour le dingy, la première descente à terre, c’est la joie et l’excitation de découvrir de nouveaux horizons. Une fois amarrée, je met pied à terre et réalise que j ai oublié de prendre des chaussures 😂😂 peu importe, je ne vais pas aller faire une randonnée, je pars donc à pieds nus sur le béton chaud, qui me masse les pieds.

Découverte de la partie de Stuart juste à côté de mon point d’ancrage, je suis sur la rue de tous les magasins ! Un petit tour sur le pont pour observer mon beau Nostromo, fièrement ancré et prêt à partir pour de nouvelles aventures. Sur le chemin du retour, un monsieur parlant espagnol s’étonna de me voir pieds nus, avec le soleil qui chauffe le sol. Moi ça ne me dérange pas 😂👌

Les projets avancent, les jours passent et finalement mon autopilot arrive, grâce à des amis québécois d’Indiantown venus me l’apporter. L’après-midi même commence l’installation, le soir la roue est remontée. Il reste à faire les connections électriques, mais j’ai besoin d’un coupe-circuit et de connecteurs résistant à l’eau, donc un tour au magasin s’impose le lendemain.

Autopilot installé, contrôle des interférences magnétiques ok, tout est prêt pour le départ. Pour mon dernier soir à Stuart, un ami navigateur et aventurier, m’invite à souper, il m’emmène sur sa Harley Davidson (mon premier tour en Harley !!) et me présente à sa copine qui a préparé un délicieux repas pour l’occasion. Rencontre avec deux personnes artistiques, inspirées et ouverte d’esprit.

Après 3 mois en marina à me faire plein de nouveaux amis et rencontrer de nouvelles personnes quasi tous les jours, ça fait un peu bizarre au début de se retrouver seule du jour au lendemain. Mais là je commence à réaliser que c’est mon aventure, mon projet, ma vie. Un sentiment normal pour la plupart me direz-vous, mais quand on a été pendant plusieurs années dans une relation qui a déviée en dépendance affective, il s’agit d’un retour en soi, en moi, pour moi, de moi. Un jour après l’autre, et un pied après l’autre.

Et puis c’est le jour du départ !! Les vents sont un peu plus fort que « le calme plat » recommandé pour tester l’auto pilote mais qu’importe, ce n’est pas une tempête non plus!! Et comme disait le captain Ron, ce qui doit se passer, se passera là-bas !!

Indiantownmarina

Indiantownmarina: the place of endless work and endless friendships

arrived the 21 November 2017, moved in the work yard on the 1 December, splashed and departed the 16 February 2018 –

Once in the work yard, the serious stuffs begging. Like I said in the past article, the biggest part of the work will be done in 3 main projects:

– The deck:

After preparation, the teak of the back deck was removed (will be use for interior work, later). The front and both sides are sanded. Then I have done a coat of fiberglass overall and 2 coats of nonskid paint.

– The masts:

Both masts came down. Two sanding days later, I have fixed the holes from the dear birds woodpeckers with some wood filler epoxy, then 2 coats of penetrating epoxy and a lots of coats of varnish. The 4 first are made with Cetol Marine Natural Teak, and the rest (10 coats I think) with Captain Varnish from Petit, for the highly glossy effect.

All of this after removing many of the hardware from the masts, to make a easier working access, and also check every inches of cables and lines. A line, 2 rigging, a LED bulb are changed and a protection for the electrical cable is added (protection of the sun).

The beams are sanded and varnished, 15 coats, with some sanding between the coats to make a flat finish, but not between every coat, because that diminish the total thickness, who protect the wood.

– The topeside

Before redoing the painting of the top side, I wanted to open a small part to see what’s happen under, because I have felt some soft spots. And there, surprise… the core wood is all rotten. The wood become dust just by hand. Bigger opening around and it appears that it isn’t just a spot, it’s the all surface who is like that. So this means a lots more work than what I thought.

The topside has a complete lifting. Cutting the top coat of fiberglass, renewing the core wood, closing the fiberglass, fixing it, painting, in a very resume way.

For the « small »projects, it was:

– new bilge pump
– new floating switch for the other one
– changing all the light in the boat for LED (sometimes just the bulb, sometimes the all lamp)
– one new piece of wood to hold the floor (the old one had a big crack)
– removing the old freshwater pump with all the junk cables, and installing a new one with new cables
– fixing the steering wheel (she get out sometimes, not very good during navigation)
– redoing one leaking hatch
– 4 new pieces of teak around the mast
– new cushions inside (a few, not all)
– making the opening to let the water running out of the deck lower
– bottom paint
– servicing a winch
– shopping to be self sufficient in non perishable stuffs for many months
– transforming a project boat in a live aboard boat
– installing an autopilot (anchored, a week after leaving the marina)

For the work on the engine:

– taking out and cleaning the heat exchanger
– changing the coolant
– new « facet » to drain the coolant + new part to hold the heat exchanger
– installing a new glow plug
– new starter
– cleaning all the electrical connections on the engine
– changing oil and filter
– changing fuel filter and pre filter (on the road, a few weeks later)

All those works done in 2 and a half months, waking up at the sunrise, or a little later the after party days(…) From Monday until Sunday, 8 a.m. until 5 p.m., under the sun, the rain, the warm or the cold.

Next to this, I have met a lots of new people, very friendly and inspiring, ready to give a hand, support, encourage, give advices,…

Everyday or almost, there is the famous 5 to 7. Yes because the boat people work a lot to repair, maintain and upgrade their boat (only those who have a lots of money don’t belong to this category, but they also don’t belong to this marina). The 5 to 7 is a time to relax, meet people, laugh, and sharing happiness, pain and experiences. It is the comfort after the effort. Then everyone go to have dinner and enjoy the evening.

Often there is party events, organized by small group of people in the marina, themes dinners, restaurants,… A lots of animations and meetings in Indiantown.

There is also a less funny side but as much important, having to deal with the unexpected events. More work than excepted, fact almost normal with a boat, and that brings two points: the time and the money.

More working time isn’t really a big deal because I don’t have an obligation to go back somewhere. But after a few months, seeing the friends leaving one after another and doesn’t see the end of the work, become a little frustrating, but that’s manageable. On the other hand, the end of my stay (visa with a 6 months max stay) and the beginning of the hurricanes season, are fixed and non negotiable.

On the financial level, the works I have done coasted me in materials, but that was kind of included in the budget. But the longer working time make a longer stay in the work yard. And the raise of 50% of this price was not at all expected, until I get to pay the bill after the first working month.

And so it’s with a big happiness that I left (finally) he marina to go sail in new places, but also with a very sad feeling, to let so many people who have me deeply affected and marked by their friendship, kindness,support,help, encouragement and simply by being there around me at some times where I had, maybe without really realizing it by the time, most needed it. 1000 thank you all of you!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Indiantown marina : là où les travaux ne finissent jamais, tout comme l’amitié

– arrivée le 21 novembre 2017, déplacée dans la zone de travail le 1er décembre, mise à l’eau et partie le 16 février 2018 –

Une fois dans la zone de travail, les choses sérieuses commencent. Comme je l’ai dit dans l’article précédant, le gros des travaux va se faire dans 3 projets principaux :

– Le pont:

Après préparation, la partie arrière s’est vu enlevé le teak (conservé pour des réparations intérieur ultérieurs). Les parties avant et côtés sont poncées. Puis le tout à reçu une couche de fibre de verre et 2 couches de peinture antidérapante.

– Les mâts

Les mâts descendus, 2 jours de ponçage plus tard, réparation des trous, dû aux chers oiseaux et leurs becs pointus, avec une epoxy pour bois, puis 2 couches d’époxy pénétrante, et beaucoup de couches de vernis. Les 4 premières couches sont faites avec du Cetol Marine Natural Teak, puis le reste (10 couches, je crois) avec du Captain Varnish de Petit.

Tout ceci après avoir enlevé bien des éléments sur les mâts pour simplifier le passage, ainsi que contrôler chaque centimètre de câbles et cordes. Une corde, 2 haubans, une ampoule LED sont changés et une gaine de protection des câbles électriques est installée (protection du soleil).

Les baumes sont poncées et vernis, 15 couches au total, avec quelques ponçages entre les couches pour un fini plat, mais pas entre toutes les couches car cela réduit l’épaisseur finale, qui va protéger le bois.

– Le desssus de cabine

Avant de refaire la peinture du dessus de la cabine, je décide d’ouvrir un coin pour voir ce qui se cache dessous, sentant des endroits un peu mou. Et là, surprise… la couche de bois entre les couches de fibre de verre est totalement délaminée. Le bois s’effrite à la main. Ouverture plus grande autour de la zone et il s’avère que ce n’est pas local, c’est tout le toit de cabine qui est dans cet état. Ce qui signifie beaucoup plus de travail que prévu.

Le dessus de cabine a eu droit à un lifting complet. Découpage de la couche de fibre de verre supérieur, remplacement de la couche intermédiaire de bois, remise en place des couches supérieures, attachement solides de celles ci et peinture, en très résumé.

Pour les « petits » projets, il y a eu:

– installation d’une nouvelle pompe de cale
– remplacement du switch flottant de l’autre
– changement de toutes les lampes du bateau pour des LED (parfois juste l’ampoule, parfois toute la lampe)
– remplacement d’une poutre de bois soutenant le sol qui était fendu
– enlevé la vieille pompe à eau douce + tous le câblage et installation d’une nouvelle avec nouveaux câbles
– réparation sur la roue (elle se déboîtait, chose embêtante en pleine navigation)
– isolation et étanchéité d’une des fenêtre du dessus de cabine refaite
– nouveau 4 pilier en teak autour du mât principal
– nouveaux coussins à l’intérieur (une partie)
– agrandir les trous d’écoulement pour l’eau sur le deck
– anti fouling
– service d’un winch
– faire les provisions pour être autonome en produits non périssable pour plusieurs mois
– ranger afin de transformer un bateau-travail en bateau-habitation
– installation d’un autopilot (à l’ancrage, la semaine après avoir quitté la marina)

Puis au niveau du moteur:

– retirer puis nettoyer l’échangeur de chaleur
– changer le liquide de refroidissement
– nouveau « robinet » pour drainer le liquide de refroidissement + nouvelles caches pour maintenir l’échangeur de chaleur en place
– installation d’une nouvelle bougie
– nouveau démarreur
– nettoyage des connexions électriques sur le moteur
– changer huile + filtre
– changer pré filtre et filtre à essence (quelques semaines plus tard, sur la route)

Tout ce travail en deux mois et demi, me levant au levé du soleil, ou un peu plus tard certain lendemain de fêtes (…) Du lundi au dimanche, de 8h à 17h, sous le soleil, la pluie, le chaud ou le froid.

À côté de ça, j’ai rencontré énormément de nouvelles personnes, super sympa et inspirantes, prêtes à donner un coup de main, soutenir, encourager, donner des conseils,…

Tous les jours ou presque, il y a le fameux 5 à 7. Oui car les marins travaillent beaucoup pour entretenir et améliorer leur bateau (seul ceux qui ont beaucoup d’argent ne font pas partie de cette catégorie, mais ils ne font pas non plus partie de cette marina). Le 5 a 7 est un moment de détente, de rencontres, de rigolades, de joies, peines et aventures partagées. C’est le réconfort après l’effort. Puis chacun s’en va souper et profiter de sa soirée.

Régulièrement il y a des soirées organisées par de petits groupe de la marina, des soupers à thème, des sorties aux restos,… Beaucoup d’animations et plein de rencontres se font à Indiantown.

Il y a aussi le côté moins drôle mais tout autant présent de devoir gérer les événements imprévus. Les travaux sont plus lourds que prévu, fait quasi inévitable avec un bateau, et cela engendre deux points: le temps et l’argent.

Une rallonge au niveau du temps, ce n’est pas vraiment un problème étant donné que je n’ai pas de date obligatoire de retour. Mais après quelques mois, de voir les amis partir les uns après les autres et ne toujours pas voir la fin des travaux, cela devient un peu pesant, mais cela se gère. Par contre la fin de ma durée de séjour (visa avec séjour de 6 mois) et le début de la saison des ouragans doivent être pris en compte, ils sont fixes et non-négociables.

Au niveau financier, les travaux que j’ai entrepris m’ont coûtés en matériaux certe, mais cela était, en quelques sortes, prévu dans le budget. Par contre la rallonge de temps, engendre une rallonge de la durée en cale sèche. Et l’augmentation de 50% de ces prix n’était pas du tout attendue, jusqu’au moment d’aller payer la facture à la fin du premier mois de travail.

Et c’est donc avec joie que je quitte (enfin) la marina pour aller naviguer vers de nouveaux horizons, mais également avec un gros pincement au cœur, de laisser autant de personnes qui m’ont profondément émue et marquée par leur amitié, gentillesse, support, aide, encouragement et simplement par leur présence autour de moi dans des moments où j’en avais, peut-être sans vraiment le réaliser sur le moment, grand besoin. Milles merci à tous pour tout!!!

On the road again… Sur la route à nouveau

And here I am again!

 

New departure for Miami, the travel was good, more security check but everything was good. One night in Miami, first and last hotel room for a while. The fear of finding my boat wet make me leave the next morning.

But once arrived at the Indiantownmarina, oh surprise! My boat is dry and doesn’t smell the moisture!! So happy! So I had a beer on the deck and enjoy this moment of peaceful joy and admire my first sunset in the middle of the forest of masts surrounding me.

Deconection from this crazy stressful world in which I spent the last 9 months. Arriving in a world where the people around me works hard, but once it’s 5 p.m., relax and share the progress of their projects, as well as their past adventures. They meet and have some real humanity times.

A place where the people surrounding me make me feel good, like I’m on my way. My boat is my place, I’m feeling more at home, than in every appartement I have used to live, wherever the gps coordinates are.

But anyway, lots of work is waiting on me, finishing to fixe the leaks on my boat. And keep going the restoration of this antique beauty who get affected by the time that never stop running. Two possibilities: spend a year to restore my boat or set up the priorities and sail few months, making some level up, having good times, meeting new people and starting new projects.

So the goals for this season is to redone the top side, the front and sides deck, remove the back teak deck. Also redoing the varnish form the masts, getting really old. Some little work on the engine too, as well as some electricity check, lights, water pressure,…

After 10 days of preparation, removing stuffs, cleaning, buying products, the serious work can begin. Moving the boat in the work yard, with electricity and running water. All work is making much easier with the right tools, as precious time spared.

And meanwhile meeting many great peoples around with a lots of knowledges. We have a lots of fun, good meals, and happy hour almost everyday, with the gang of Quebec and other very cool sailors/campers.

Life is beautiful, we just have to enjoy the present, take the things as they come to us, don’t try to fight them. Staying open minded and having faith in the life, she know better than us what we really need right now to be able to grow up.

People around us are the mirror of ourself… Believe in your dreams, keep moving forward, and change what you have to, to have the life that you want.

I’m going to circumnavigate with my boat, and you, what’s your plan?

 

 

 

 

 

Et c’est reparti!

Nouveau départ pour Miami, le voyage s’est passé sans accro, les contrôles de sécurité se sont renforcés mais tout s’est bien passé. Une nuit à Miami dans un hôtel mais la peur de retrouver mon bateau dans un état humide me pousse à partir dès le lendemain matin.

Mais arrivé à la marina de Indiantown, oh surprise, mon bateau est sec et ne sent pas le moisi!! Quelle joie! J’en profite pour boire une bière sur le pont et profiter de ce moment de joie, de sérénité, et admirer mon premier coucher de soleil au milieu de la forêt de mâts qui m’entoure.

Une déconnexion de ce monde stressant, contraignant, et fatiguant dans lequel j’ai passé les 9 derniers mois. Une arrivée dans un monde où les gens qui m’entoure travaillent fort, mais arrivé 17h, se relaxent, rigolent et partagent les progrès de leur projets et leur aventures passées. Ils se rencontrent et partagent des moments forts d’humanité.

Un entourage où je me sens bien, comme à ma place. Mon bateau c’est mon chez moi, plus que tous les appartements où j’ai habité. Je m’y sens à la maison, peu importe les coordonnées GPS.

Malgré tout, de nombreux travaux m’attendent, pour finir de réparer les fuites d’eau et remettre en état tout ce qui s’est détérioré au fil des années. Deux possibilités : passé un an à restaurer mon bateau ou mettre les priorités et naviguer quelques mois, me faire de l’expérience, passer du bon temps, faire de nouvelles rencontres et commencer de nouveaux projets.

Les plans pour cette année sont donc de refaire le dessus de la cabine, le pont avant et de côté, et enlever le pont arrière en teck, pour le renforcer en fibre de verre. Également refaire le vernis des mâts en bois, âgé de plusieurs années. Quelques autres travaux sur le moteur et vérifier toute l’électricité, lumières, pompes,…

Après une dizaine de jours à préparer, démonter, nettoyer, et acheter les produits nécessaire, les travaux sérieux peuvent commencer. Déménagement dans la zone de travail, avec électricité et eau courante sur le bateau. Tout travail est grandement facilité avec les bons outils, ainsi que du temps précieusement économisé.

Et pendant ce temps là, rencontre de pleins de personnes très sympathiques, et compétentes, beaucoup de rigolades, bon repas et happy hour presque tout les jours, avec la troupe québécoise ou d’autres sympathiques navigateurs. De grandes journées de fête également pour Thanksgiving, Noël ou Nouvel-an, partiellement organisé par la marina, le reste par des gens motivés à passer du bon temps ensemble, dans la grande famille des navigateurs.

La vie est belle, il faut juste savoir apprécier le moment présent et accueillir les choses comme elles viennent, ne pas essayer de les combattre, rester ouvert et faire confiance à la vie, qui sait mieux que nous, ce dont nous avons besoin en l’instant présent.

Les gens autour de nous sont le miroir de qui nous sommes… Crois en tes rêves, avance, et fait les changements nécessaires pour vivre la vie que tu veux!

Moi je vais faire le tour du monde sur mon bateau, et toi quel est ton but?

 

Hello and welcome ou… bonjour et bienvenue!!

 

 

Hello everybody and welcome on my blog and his very first post!!

Traveling make us meet a lots of different peoples and cultures, as living extraordinary experiences. There’s no price for that and all the wealth of the world will never be able to buy it. Nobody neither nothing can take you that away because the memories are caved deep in your heart.

The only thing to do is going out and start somewhere!!

Traveling change the peoples as we say, and on my opinion, that’s absolutely true. The world is a wonderful place, made of beauty and wonder, but that you know it already.

But how starting to discover all this amazing planet? My adventure, started with a boat, a sailboat to be more exact. Started in 2012, this adventure has already evolved a lot.

The goal of this blog is to share my experience with you, with my beginning, my progress, and the next step 😉

 

 

Bonjour tout le monde et bienvenue sur mon blog et son tout premier article!!

Voyager nous fait rencontrer plein de personnes et cultures différentes, tout comme vivre des expériences extraordinaires. Cela n’a aucun prix et toutes les richesses du monde ne pourront jamais se l’approprier. De plus, rien ni personne ne pourra jamais vous l’enlever, les souvenirs étant gravés au fond de votre cœur.

La seul chose à faire est de sortir de chez soi et de commencer à quelque part!

Les voyages transforment les gens dit le proverbe, et selon moi, c’est tout à fait vrai. Le monde est un merveilleux endroit, rempli de monts et merveilles, mais cela vous le savez sûrement déjà.

Mais comment partir à la découverte de tout cela? Mon expérience a été de partir avec un bateau, plus précisément un voilier. Commencée en 2012, cette aventure à déjà beaucoup évoluée.

Le but de ce blog est de partager avec vous mes débuts, mon avancée, et la suite 🙂